Intelligence Artificielle: les quatre âges

 

XAdS DPC Steps 1 2 3 4 S 635173969En ce début d’année 2024, j’ai choisi de revenir sur le thème de l’Intelligence Artificielle (IA). Il restera omniprésent cette année dans les réflexions et actions des dirigeants et des grands acteurs de l’industrie du numérique.

En définissant les quatre âges de l’IA, je fais à la fois œuvre d’historien, pour les deux premiers, et de prévisionniste pour les deux derniers.

J’ai choisi de synthétiser au maximum un sujet très complexe. J’espère que les professionnels du secteur seront indulgents; cela m’oblige à des raccourcis et des simplifications qui seront source de débats.

Avec ce texte, j’ai l’objectif ambitieux d’aider tous les responsables politiques et économiques à obtenir une vision d’ensemble claire du sujet qui, à mon avis, aura le plus d’impacts sur l’avenir de l’humanité.

J’espère que ce texte restera pertinent pendant de nombreuses années. Dans une industrie qui évolue aussi rapidement, c’est un sacré défi.

Avant de poursuivre la lecture de ce texte, je vous propose de répondre à un questionnaire simple: classer de 1 à 4, 1 étant le plus important, ces quatre dangers qui menacent l’humanité:

  • Dérèglement climatique.
  • Conflit nucléaire mondial.
  • Pandémies.
  • Intelligence Artificielle.

 

Les quatre âges: présentation rapide

Pour vous aider dans la lecture et la compréhension de ce texte, ce schéma résume les quatre âges de l’histoire de l’Intelligence Artificielle.

IA - Les 4 âges

  • 1956 - 2014: naissance des concepts essentiels de l’IA. Les idées fondatrices de l’IA sont définies, mais il n’y a pas de déploiement opérationnel.
  • 2015 - 2024: les solutions logicielles deviennent disponibles: la puissance de calcul et les capacités de stockage des Clouds Publics permettent la création de solutions logicielles IA de grande qualité.
  • 2025 - 2029: explosion des usages. Dans le monde entier, les entreprises et organismes publics mettent en œuvre de nombreuses applications de l’IA.
  • 2030 - 2040: AGI et ASI. La décennie 2030 verra l’arrivée de l’AGI, Artificial General Intelligence, suivie rapidement par celle de l’ASI, Artificial Super Intelligence.

Sur ce schéma, les lignes en pointillé signifient que les progrès vont continuer dans chacun de ces domaines.

 

1956 - 2014: naissance des concepts essentiels de l'IA

XDartmouth 1956 10 founding membersPour de nombreux spécialistes de l’IA, la naissance des idées fondatrices a eu lieu lors d’une conférence qui s’est tenue au Dartmouth College en 1956.

Pendant deux mois, une dizaine de scientifiques de haute volée ont travaillé sur des thèmes qui restent d’actualité en 2024, 68 ans plus tard !

Quelle belle preuve de leur exceptionnelle vision de l’avenir de l’IA !

L’expression Intelligence Artificielle a été lancée lors de cette conférence.

Ce texte était celui utilisé pour l’invitation à la conférence.

“We propose that a 2-month, 10-man study of artificial intelligence be carried out during the summer of 1956 at Dartmouth College in Hanover, New Hampshire. The study is to proceed on the basis of the conjecture that every aspect of learning or any other feature of intelligence can in principle be so precisely described that a machine can be made to simulate it. An attempt will be made to find how to make machines use language, form abstractions and concepts, solve kinds of problems now reserved for humans, and improve themselves. We think that a significant advance can be made in one or more of these problems if a carefully selected group of scientists work on it together for a summer.”

J’ai mis en gras deux expressions: “artificial intelligence” et “make machine use language”. 

Quelle a été la grande innovation des années 2022 et 2023? Les LLM, Large Language Models.


La période qui va de 1956 à 2015 est souvent appelée “l’hiver de l’IA”. 

XLeonard de Vinci - Vis aérienne hélicoptèrePourquoi? Il était impossible de mettre en œuvre les idées fondatrices par manque de moyens informatiques suffisamment puissants.

Ce n’est pas un phénomène nouveau dans la science. Ce dessin de Léonard de Vinci représente une “vis aérienne”, ce que l’on nomme aujourd’hui un hélicoptère. Il a fallu attendre plusieurs siècles pour que cette vis aérienne puisse être construite !

 

2015 - 2024: les solutions logicielles disponibles

XCLoud Revenues 2023 - 20272006: AWS lance S3, son premier service IaaS, Infrastructure as a Service. C’est la naissance du Cloud Public.

2023: le CA du Cloud Public dans le monde dépasse 600 milliards de dollars.

Cette croissance rapide de la puissance de calcul et des capacités de stockage dans les Clouds Publics a servi de base au développement des outils logiciels nécessaires pour mettre en pratique les concepts clés de l’IA tels que le Deep Learning.

Cette période a aussi été l’occasion pour des fournisseurs de processeurs spécialisés, de type GPU, de devenir des acteurs essentiels du marché. Nvidia, Cerebras, AMD et Intel sont en compétition pour équiper les éditeurs de logiciels de solutions d’IA des puissances de calcul nécessaires.

Lors d'une réunion de spécialistes de l’IA organisée en 2015, ils ne sont plus 10, mais 135 personnes à y participer !

XConférence AI 2015 - 135 participants

La fin de l’année 2022 et toute l’année 2023 ont été marquées par la naissance des premiers outils d’IAG, IA Générative, dont le plus célèbre est ChatGPT d’OpenAI.

Dans le domaine de l’IAG, l’offre continuera à s’améliorer rapidement en 2024, avec cinq tendances fortes:

  • La consolidation des offres des géants américains du Cloud Public, Microsoft avec OpenAI, AWS avec Q et Google avec Gemini.
  • L’arrivée de Clouds Publics spécialisés dans l’IA. Cerebras, Nvidia, Scaleway en France font partie des acteurs importants de ce secteur à haut potentiel. J’ai écrit un billet LinkedIn sur ce thème des AIPC, Artificial Intelligence Publics Clouds.
  • La montée en puissance d’éditeurs de logiciels indépendants tels que Anthropic, MistralAI en France, Llama ou Cohere. A la fin de l’année 2024, il devrait rester une petite dizaine de fournisseurs qui auront réussi à atteindre la taille critique pour résister aux géants du Cloud Public. La majorité de ces modèles indépendants sont ou seront disponibles sur les Clouds Publics, comme MistralAI sur GCP de Google.
  • Le remplacement rapide des LLM, Large Language Models par des FM, Foundation Models. Les FM ne sont plus seulement alimentés par des textes, mais aussi par des images, photos, vidéos… 

XFM Foundation Models - Google example

  • Les modèles spécialisés dans un type d’usage vont continuer à s'améliorer, dans une logique “Best of Breed”. Midjourney, LeonardoAI ou Stablediffusion pour les images, Poolside AI ou CodeWhisperer d’Amazon pour la création de codes informatiques en sont quelques exemples.

En résumé:

  • Fin 2024, l’offre de solutions IA et IAG est d’une exceptionnelle qualité et variété, très en avance sur les usages qui en sont faits dans les entreprises.
  • L’offre n’est plus sur le chemin critique des déploiements en entreprise.
  • Ces offres vont continuer à s’améliorer à une vitesse exponentielle dans les mois et années qui viennent.

Tout est en place pour que l’on assiste à… une explosion des usages.

 

2025 - 2029: explosion des usages

Pendant ces cinq années, toutes les entreprises vont “consommer” beaucoup d’IA et d’IAG.

La célèbre phrase du philosophe Esope: “la langue peut être la meilleure et la pire des choses” s’applique très bien à l’IA.

Impacts positifs de l’IA

L’IA sera à l’origine de progrès spectaculaires et très rapides dans de nombreux métiers, et on en voit déjà les prémices.

Quelle en est la raison principale ?

                     l’IA compresse le temps

Cette capacité à compresser le temps permet d’innover beaucoup plus vite qu'auparavant. De nombreux secteurs d’activités vont en profiter et je vais en citer trois.

Médecine. C’est probablement le secteur d’activité qui va le plus profiter de l’IA et dans de très nombreux domaines. Je prendrai un seul exemple.

Cela fait 60 ans que l’on n’a pas mis au point un nouvel antibiotique et la résistance des bactéries aux antibiotiques existants est devenue un problème majeur de santé dans le monde entier.

Au MIT, sous la direction du Docteur Jim Collins, un laboratoire s'est donné comme mission de créer… Sept nouveaux antibiotiques contre sept maladies en sept ans !

Jim Collins l’explique très bien dans cette vidéo TEDx.

Le premier de ces antibiotiques a été annoncé à la fin de l’année 2023.

Des millions de vies seront sauvées par des chercheurs utilisant l’IA dans les années qui viennent. Qui oserait s’en plaindre ?

Industrie. L’un des domaines les plus prometteurs est celui des nouveaux matériaux.

XGoogle Gnome project materialsPour le projet GNOME, l’équipe DeepMind de Google a utilisé l’apprentissage profond pour identifier… plus de 2 millions de nouveaux matériaux qui pourraient exister !

380 000 d'entre eux devraient être stables. Le nombre des matériaux stables connus aujourd’hui était de 20 000. Ce nombre vient d’être multiplié par 20 !

700 de ces nouveaux matériaux ont déjà été créés et sont en phase de test dans des laboratoires. De nombreux secteurs industriels comme les panneaux solaires, les batteries ou les composants électroniques pourraient en bénéficier rapidement.

Météo. En novembre 2023, GraphCast, un nouveau modèle de prévisions météorologiques utilisant l'IA, a surclassé les modèles classiques qui existent depuis des dizaines d’années.

XAI progress in metéoComparé au modèle le plus performant en Europe, ECMWF, GrapCast a obtenu de meilleures performances sur 90% des 1380 indicateurs utilisés, plus rapidement et à moindre coût.

Cette “compression du temps” a été confirmée par Matthew Chantry, spécialiste IA à l’ECMWF: “La météorologie a fait des progrès beaucoup plus tôt et plus impressionnants que ce que nous espérions il y a deux ans seulement”. 

Il y a un autre secteur où l’IA et l’IAG auront des impacts positifs rapides, les collaborateurs terrain, les FLW, Front Line Workers en anglais. C’est un domaine où je travaille depuis plusieurs années avec la solution WizyVision dont je suis l’un des cofondateurs.

Les collaborateurs terrain, ce sont les personnes qui ne peuvent pas télétravailler.

 Pour eux, à l’inverse des personnes dans les bureaux, traitement de l’information égale perte de temps. Ils sont transporteurs, infirmiers, plombiers, jardiniers… Le temps passé à “faire de la paperasse”, c’est autant de temps en moins pour faire ce qu’ils aiment… leur métier.

J’ai identifié quatre secteurs qui emploient de nombreux travailleurs terrain dans lesquels l’IA pourrait, dans les cinq ans qui viennent, avoir des impacts extrêmement positifs pour nos pays:

  • La santé: médecins, infirmiers, ambulanciers…
  • L’accompagnement des personnes âgées.
  • La police, la gendarmerie, tous les métiers de maintien de l’ordre.
  • Les collectivités locales.

XAdS DPC Policier remplissant un formulaire S 676328387Ils se plaignent tous de passer entre 30% et 40% de leur temps à remplir des formulaires, faire des comptes rendus d’intervention ou autres activités chronophages qui réduisent leur temps utile.

Ce sont aussi des métiers “en tension”. J’entends souvent les politiques promettre de créer plus d'emplois dans ces métiers.

“Petit” problème: cela coûte très cher et prend beaucoup de temps.

Pour réduire cette “tension”, il existe une réponse innovante, que l’on peut mettre en œuvre immédiatement: utiliser l’IA pour aider ces personnes à créer des contenus informationnels plus rapidement et de manière plus fiable, ce que nous faisons tous les jours avec WizyVision. D’autres solutions numériques peuvent aussi apporter leur contribution.

Comment créer l’équivalent de 20% de médecins, de policiers, de gendarmes en plus, sans embaucher une seule personne? La réponse est simple, opérationnelle et très économique: réduire de 50% la part de temps de leurs activités consacrée à traiter de l’information!

J’espère que ce message sera lu et compris par des responsables des ministères de la Santé, de l’Intérieur et des collectivités locales !

Cette première liste des bénéfices que l’IA peut apporter rapidement à l’humanité pourrait être complétée par beaucoup d’autres exemples.

Il y a hélas, aussi, beaucoup d’impacts négatifs potentiels liés à l’IA et l’IAG.

 

Impacts négatifs de l’IAG: grand public

J’ai moins de compétences dans le domaine des usages grand public que dans celui du monde professionnel, mais il est important d’aborder aussi ce thème.

Dans les usages grand public, le plus grand danger immédiat que je vois venir est celui lié à la qualité extraordinaire des contenus créés par les IAG dans tous les domaines:

  • Textes.
  • Images, photos.
  • Vidéos.

Les outils disponibles en 2023 sont déjà exceptionnels. En 2025, il sera en pratique impossible de faire la différence entre un contenu “réel” et un contenu “IAG”.

Ces deux exemples montrent les progrès spectaculaires réalisés par la solution MidJourney entre les versions 5.2 et 6.0, en réponse à une même question;

XExemples Midjourney 5.2 vs 6.0

Sur l’image du bas, la capacité à traiter du texte dans les images est pour la première fois opérationnelle.

Il n’est pas difficile d’imaginer les progrès impressionnants qui seront obtenus, fin 2024, avec les versions 8 ou 9 de Midjourney. 

XAI Fake photo Gaza Adobe StockCette image, d’une explosion à Gaza pendant le conflit entre le Hamas et Israël, venant du très sérieux journal Washington Post, avait été publiée sur Adobe Stock, la collection de référence d’images dans le Cloud, avant d’être retirée quand on a découvert que c’était un “fake”. Combien d’entre-nous auraient été capables de reconnaître que c’était un faux ?

C’est encore plus spectaculaire, donc plus inquiétant, dans le domaine de la vidéo et de la TV. Channel 1 est une nouvelle chaîne de télévision qui sera lancée en 2024 et dont les contenus et les présentateurs seront, pour l’essentiel, créés par des IA. 

Cette vidéo donne une première idée de ce que sera cette chaîne.

Quand on regarde cette vidéo, il est encore aisé de s’apercevoir que les présentateurs ne sont pas des humains: leurs gestes sont trop répétitifs. Serons-nous capables de le faire à la fin de l’année 2024 ? J’en doute fort.

Cette perte de crédibilité dans les contenus aura des conséquences catastrophiques, et en particulier dans le domaine politique.

Ce que je crains le plus, ce n’est pas que les contenus IAG deviennent indétectables, mais que pour la majorité de l’humanité se crée une défiance totale vis-à-vis de toutes les informations auxquelles elle a accès.

Il y aura en 2024 beaucoup d’élections dans le monde, comme l’indique cette liste publiée par Wikipedia. Quatre milliards de personnes seront appelées à voter en 2024.

Parmi les grands pays “raisonnablement” démocratiques où il y aura des élections en 2024, on trouve les Etats-Unis, le Mexique, l’Inde, la communauté européenne, Taiwan, la Turquie, la Corée du Sud et l'Australie.

XDeep fakes political leaders as gang leadersCette image de chefs d’état transformés en chefs de gang fait sourire, car elle ne trompe personne. 

Il n’est pas difficile d’imaginer que des manipulations plus subtiles vont se produire dans les mois qui viennent, les rendant plus difficiles à identifier comme des faux. Je ne parle bien évidemment pas des personnes qui auront envie d’y croire, car cela renforcera leurs choix radicaux.

Je suis profondément inquiet en imaginant les impacts majeurs que ce mélange de sources d’information réelles et générées par des IA pourrait avoir sur ces élections, dès 2024.

Il deviendra de plus en plus difficile de faire des choix politiques raisonnés et raisonnables quand on devra se poser, devant chaque article de presse, chaque photo, chaque vidéo, la question de savoir si on peut leur faire confiance.

 

Impacts négatifs de l’IAG: usages professionnels

Des entreprises innovantes ont commencé de premières mises en œuvre de solutions IAG en 2023 et vont accélérer en 2024.

A partir de 2025, les usages de l’IAG vont se généraliser dans toutes les entreprises, publiques ou privées, de toute taille. Pourquoi ? 

Pour le comprendre, il est utile de segmenter les usages de l’IAG en trois familles:

  • Usages directs des outils d’IAG.
  • Usages Indirects des IAG au travers de toutes les solutions SaaS déjà déployées.
  • Éventuellement, pour des usages cœur métiers, en construisant des modèles spécifiques.

XIAG direct & indirect usages

Usages directs. Ils représentaient en 2023 la majorité des usages professionnels. Les entreprises ont mis en œuvre les solutions existantes, avec ChatGPT comme leader actuel.

En 2025, ces usages directs vont continuer, mais ils deviendront minoritaires par rapport aux usages indirects.

Usages indirects. Tous les éditeurs SaaS ont annoncé qu’ils allaient ajouter des fonctionnalités IAG a leurs outils existants. C’est déjà le cas pour Microsoft 365 et Google Workspace. SAP, Workday, Adobe, Salesforce… Tous auront des versions IAG de leurs outils avant la fin de l’année 2024.

Il est important de comprendre que les entreprises seront utilisatrices de solutions d’IAG sans avoir pris la décision de le faire. Ces usages indirects seront largement dominants à partir de 2025.

Usages cœur métiers. Ceci concerne en priorité les grandes entreprises et les ETI, qui ont les ressources suffisantes pour construire des usages cœur métiers spécifiques. Les dirigeants de ces entreprises doivent se poser immédiatement la question suivante:

Est-ce que certaines de mes activités cœur métiers peuvent être profondément améliorées ou menacées par l’ajout de fonctionnalités IAG ?

En s’appuyant sur les LLM ou FM disponibles, ces entreprises peuvent utiliser leurs données pour construire leurs modèles. Les fournisseurs de solutions dédiées IAG ou de Clouds Publics garantissent tous que ces données privées… resteront privées et ne seront pas utilisées pour entraîner leurs modèles.

Les solutions de “confiance” comme S3NS ou Outscale auront un avantage concurrentiel majeur dès lors que les entreprises considèrent que ce sont des données sensibles: ce sera souvent le cas.

Emplois tertiaires: un tsunami en approche

Quelle est la principale activité des collaborateurs dans les bureaux? Créer des contenus, en partant de contenus existants, que ce soit en finance, marketing, commerce ou ressources humaines.

Que font, très bien, les outils d’IAG ? Créer des contenus, en partant de contenus existants.

J’ai écrit il y a quelques mois un texte sur LinkedIn pour annoncer que l’IAG allait réduire fortement les besoins en emplois tertiaires, informationnels, et très vite.

Ce texte est plus que jamais d’actualité.

XAdS DPC Tsunami Immeubles bureaux S 329724679Ce tsunami sur le monde du bureau est en approche. Il va frapper avec force des millions d’emplois tertiaires à partir de l’année 2025.

Je lis souvent des analyses optimistes qui annoncent que de nouveaux emplois informationnels seront créés par l’IAG. C’est vrai, mais dans une proportion infime par rapport aux emplois détruits. Un exemple: on parle beaucoup en ce moment d’un métier qui monte, créateur de “prompt” pour les IAG. Nous serons tous, demain, des créateurs de “prompt” et ce métier spécialisé ne devrait plus exister en 2030.

D’autres personnes pensent qu’il sera possible de former les personnes touchées par ce tsunami à de nouveaux emplois. J’ai un problème avec cette analyse: je ne vois pas quelle pourrait être la nature de ces emplois de substitution.

J’ai évoqué plus haut les apports positifs de l'IA et de l’IAG sur les emplois terrain.

Une partie de la réponse pourrait venir de personnes qui exercent des emplois de bureaux et décideront de basculer vers des emplois terrain, qui auront acquis une nouvelle noblesse, dont ils avaient vraiment besoin. Ce sont souvent de “beaux” métiers, et ils resteront pendant longtemps à l’abri d’un tsunami similaire à celui qui va frapper les emplois de bureaux.

 

2030 - 2040: AGI et ASI

Le consensus d’une majorité de professionnels de l’IA est clair: l’arrivée des AGI (Artificial General Intelligence) devrait se produire entre les années 2030 et 2040.

J’ai longuement abordé ce sujet dans un récent billet de blog qui s’appuie sur deux livres intéressants à lire par tous ceux qui se préoccupent des impacts de l’AGI sur l’avenir de l’humanité.

XComing Wave book coverJ’ai terminé la lecture d’un autre ouvrage passionnant sur ce sujet des AGI, “The Coming Wave” de Mustafa Suleyman. Ancien cofondateur de DeepMind, il est maintenant CEO et cofondateur d’InflectionAI, l’une des premières ESN spécialisée dans l’IA. Cela ne surprendra personne: il faisait partie des 135 personnes présentes à la conférence de 2015 que j’ai référencée dans ce texte.

Mustafa Suleyman pense que le principal défi que doit relever l’humanité est celui du “Containment de l'IA”, que l’on peut traduire par l’endiguement de l’IA.

Dans son analyse de la “prochaine vague” il prend en compte deux phénomènes essentiels:  l’IA et un domaine de la biologie qu’il nomme la biologie synthétique,” la capacité de lire, éditer et maintenant écrire le code de la vie”(page 83).

Il rappelle aussi que le coût du séquencement du DNA a baissé un million de fois en vingt ans: c’est un progrès mille fois plus rapide que la loi de Moore !

J’ai évoqué plus haut les potentiels majeurs de l’IA dans le domaine de la médecine, idée reprise dans le livre de Suleyman.

Comme la majorité des ouvrages écrits par des spécialistes de l’IA, la partie consacrée aux risques est la plus fournie. Chez Suleyman, cela représente 11 chapitres sur 13. Seuls les deux derniers essaient de proposer une solution.

Le dernier paragraphe du chapitre 11 résume bien ce dilemme. Je cite:

“Regardez le monde et il semble que l’endiguement n’est pas possible… Pour le bien de tous, l’endiguement doit être possible.”

Il est difficile d’être optimiste sur la capacité de l’humanité à endiguer de manière efficace l’arrivée d’AGI. Le nombre de conditions à réunir pour que cet endiguement soit possible est vraiment très, très élevé.

Reddit a publié un bon résumé des 10 étapes nécessaires pour réussir cet exploit.

Après AGI, combien de temps avant  l’arrivée des ASI

Je ne suis pas trop inquiet sur l’arrivée des AGI, les IA ayant les mêmes compétences universelles que les humains. On reste sur une situation d’égalité de performances.

Par contre, la croissance exponentielle des performances est réservée aux solutions d’IA, pas à l’humanité! 

Combien de temps faudra-t-il pour que les AGI deviennent des ASI dix fois, puis cent fois, puis mille fois plus performantes que nous le sommes ?

Quelques mois ? Quelques années ?

Que se passera-t-il si des ASI non endiguées ont avec l’humanité le même écart d’intelligence que nous avec des animaux comme les chimpanzés ?

XIntelligence human animals

Un petit rappel: chaque jour les humains tuent sans trop d’états d'âme 900 000 vaches et 202 millions de poulets, des animaux intelligents.

Quelles pourraient être les décisions prises par ces ASI face aux comportements catastrophiques des humains: destruction de la planète, guerre, racisme, mauvaise répartition des richesses, inégalités homme-femme…? 

XTime Cover - AI end of humanityLa couverture de la revue Time de juin 2023 en tire des conclusions fortement anxiogènes: la fin de l’humanité.

Au début de ce texte, je vous avais proposé de répondre à ce questionnaire:

Quels sont les plus grands dangers qui menacent l’humanité?

  • Dérèglement climatique.
  • Conflit nucléaire mondial.
  • Pandémies.
  • AGI et ASI.

L’IA peut apporter des réponses positives à ces risques, climat, pandémies.

L’IA peut aussi exacerber ces risques: pandémies, énergie, conflits nucléaires, en les utilisant comme moyen de détruire l’humanité si cela devient l’objectif.

Pas besoin de créer des armées de robots comme on l’imagine dans de nombreux films de science-fiction: de simples actions informationnelles suffisent.

Je vous propose de répondre une deuxième fois à ce questionnaire, après avoir lu ce billet de mon blog. Avez-vous donné les mêmes réponses, avant et après la lecture ?

 

Synthèse

XAds DPC Path to uncertainty  S 334167159Mon objectif prioritaire, dans ce texte, est d’aider les dirigeants d’entreprises publiques et privées et les responsables politiques à mieux comprendre pourquoi la révolution induite par l’IA sera la plus importante qui ait jamais existé pour l’avenir de l’humanité.

Le fait que l’on n’ait pas de réponses claires aux défis majeurs posés par l’IA n’est pas une raison pour ne pas se poser immédiatement les questions liées à la croissance exponentielle des potentiels des outils d’IA, au contraire.

Je suis heureux de constater que des entreprises l’ont compris et sont nombreuses à me demander d’animer des conférences en interne pour leur COMEX et leurs responsables, à tous les niveaux.

Je l’ai écrit au début de ce texte: en essayant d’anticiper les impacts de l’IA et de l’IAG sur la période 2025-2029 et la décennie qui commence en 2030, je prends le risque de me tromper, mais je l’assume.

Le plus grand danger, pour l’humanité, c’est d’ignorer les grands défis posés par l’IA et l’IAG. 

En essayant de les anticiper, on peut espérer éviter des catastrophes.

En les ignorant, on est certain que des catastrophes se produiront.

 

 


Bravo, la France du numérique qui passe à l’offensive! Les annonces Scaleway du 17 novembre 2023

 

XAI Pulse - ScalewayJ’ai passé ce vendredi 17 novembre 2023 une matinée formidable, qui restera longtemps gravée dans ma mémoire.

Scaleway, filiale du groupe Iliad de Xavier Niel, est un acteur français du Cloud Public dont j’ai souvent dit du bien.

Scaleway avait organisé ai-PULSE, une réunion exceptionnelle pour présenter ses innovations dans le domaine de l’Intelligence Artificielle (IA).

Ce billet de blog est long, mais l’importance de l’événement le justifie amplement.

 

ai-PULSE, l’événement.

XScaleway File attentePlus de 1000 personnes étaient inscrites à la réunion ai-PULSE. Scaleway avait été obligé de refuser l’inscription d’un grand nombre de personnes qui souhaitaient s’y inscrire. Il y avait une longue file d’attente pour rentrer car des mesures strictes de contrôle d’identité avaient été mises en place, ce que j’ai accepté sans rechigner.

C’est tout sauf une coïncidence: ai-PULSE était organisé à Station F. C’est un espace dédié aux startups du numérique, inauguré en 2017 et dans lequel Xavier Niel a investi environ 250 M€.

Les conférences de la matinée étaient organisées dans l’un des grands halls de Station F. Les places assises étaient “chères” et un grand nombre de participants sont restés debout pendant toute la matinée.

XScaleway Salle pleine

Cette vidéo YouTube, de 1h30, vous permettra de visualiser l’essentiel des discours de cette matinée exceptionnelle.

 

 

Le thème général de l’événement : quand le Cloud Computing se met au service de l’IA

Il y a quelques mois, j’avais publié sur LinkedIn un texte sur le thème des AIPC, Artificial Intelligence Publics Clouds.

J’y expliquait qu’il restait des places à prendre sur le marché des Clouds Publics, non pas en essayant de copier les géants actuels tels que AWS, GCP, ou Azure, mais en créant des Clouds Publics spécialisés pour l’IA, en mettant à disposition des entreprises des processeurs dédiés GPU, dont le leader mondial est NVidia.

J’y suggérais que la France se positionne rapidement sur ce marché des AIPC,... Scaleway l’a fait.

 

Des intervenants prestigieux

XScaleway DG et COOLa matinée était animée par Anne Durand, Directeur Général délégué de Scaleway, qui l’a fait de main de maître. C’est Damien Lucas, le CEO de Scaleway, qui a pris la parole en premier avant de céder la place à des intervenants extérieurs. Bravo à tous les deux.

Vous connaissez beaucoup d’entreprises qui sont capables de réunir en un même lieu autant de personnalités de haut niveau et venant d’univers aussi différents? Moi, non!

En une matinée, j’ai pu entendre les interventions de:

  • Emmanuel Macron, Président de la République Française (en visio).
  • Jean-Noël Barrot, Ministre délégué du numérique.
  • Jensen Huang, CEO de NVidia. (en visio).
  • Xavier Niel, CEO d’Illiad.
  • Rodolphe Saadé, Chairman et CEO de CMA CGM.
  • Eric Schmidt, ancien CEO de Google.
  • De nombreux chercheurs prestigieux en IA, et je reviendrai plus loin sur eux.

 

L’écosystème Scaleway dans l’Intelligence Artificielle

J’ai résumé sur ce graphique ma compréhension des annonces faites par Scaleway dans le domaine de l’IA.

XScaleway AI ecosystem

J’ai identifié cinq composants clés:

  • Une infrastructure AIPC, du nom de Nabu 2023.
  • La capacité d’y exécuter plusieurs LLM comme Mistral AI ou Hugging Face.
  • Un accord stratégique avec NVidia pour l’utilisation de leurs GPU les plus performants.
  • La création d’un centre de recherche sur l’IA, Kyutai.
  • Des investisseurs capables de mettre plusieurs millions d’euros sur la table.
  • Et un sixième… le soutien officiel du gouvernement français.

Je vais analyser chacun de ces composants, mais la principale valeur de cet écosystème tient aux interactions entre toutes ces briques.
Cet écosystème est unique en France. Je n’en connais pas d’équivalents en Europe ou aux Etats-Unis.

 

Les investisseurs, sans qui cet écosystème n’existerait pas

 C’est bien évidemment Xavier Niel qu’il faut féliciter en premier pour ses investissements massifs dans le numérique français.

En plus de Station F, déjà cité, il a mis 200 M€ sur la table pour acquérir les processeurs GPU de NVidia dont avait besoin Scaleway.

L’annonce importante faite ce 17 novembre 2023 est la création d’un centre de recherches en IA doté pour son démarrage de 300 M€, ce qui garantit son fonctionnement pour une durée minimale de 4 ans.

XNiel Saadé SchmidtXavier Niel a convaincu Rodolphe Saadé et Eric Schmidt, déjà cités, de se joindre à lui pour entrer dans une fondation qui dispose maintenant de ces 300 M€.

Les trois investisseurs ont lancé un appel pour que d’autres investisseurs se joignent à eux pour accroître les ressources de cette fondation.

Cela fait chaud au cœur de voir trois grands dirigeants, qui n’ont plus rien à prouver, investir massivement pour que la France dispose d’un centre de recherches en IA parmi les meilleurs au monde.

 

Kyutai, le nouveau centre de recherches en IA basé en France

C’était l’annonce que personne n’attendait, que je n’avais pas anticipée.

Pourquoi avoir nommé ce centre de recherches Kyutai, mot japonais qui signifie “sphère”. A mon avis, cela permettra de faire un jeu de mots en le prononçant “Cute AI”, l’IA mignonne.

XKuytai founding team & adavisorsLes six brillants chercheurs qui font partie de l’équipe de démarrage de Kyutai étaient présents et ont présenté rapidement les sujets sur lesquels ils vont travailler.

Leurs noms: Patrick Pérez, Hervé Jégou, Laurent Mazaré, Alexandre Defossez, Edouard Grave et Neil Zeghidour.

Trois chercheurs reconnus et chevronnés font partie du comité scientifique qui va aider Kyutai: Yejin Choi, Bernhard Schölkopf et Yann LeCun.

Le mot clé employé par tous les intervenants était “Open”.

On a beaucoup parlé Open Source, Open Science, Open Research, Open AI…

Cela fait des années que j’explique que la principale richesse de la France dans le numérique, ce sont ses talents exceptionnels. 

Leur donner les moyens financiers et techniques de mener leurs recherches en France au sein de Kyutai, c’est à mon avis la meilleure nouvelle de l’année 2023 pour faire que notre pays reste compétitif dans le domaine de l’Intelligence Artificielle.

 

Accord avec NVidia

Les processeurs GPU de NVidia sont aujourd’hui des ressources rares et… chères.

Les H100 sont commercialisés à des prix qui approchent les 40 000 $ l’unité.

XNvidia CEO at ScalewayLa longue intervention, par visioconférence, de Jensen Huang, CEO de NVidia, a montré l’importance qu’il accorde à ses accords avec Scaleway.

Il n’a pas hésité à comparer la puissance de Nabu 2023 à celle du plus puissant des supercalculateurs dédiés à l’IA de NVidia, Eos, et à ceux que NVidia fournit à Azure de Microsoft.

J’ai retenu de son exposé trois idées fortes:

  • L’Europe est un grand vivier de compétences en IA. Ce n’est pas moi qui vais le contredire!
  • L’Europe et des pays comme la France devraient entraîner des LLM, Large Language Models, sur des jeux de données spécifiques pour prendre en compte les différences culturelles et linguistiques.
  • Il y a un grand avenir pour des LLM spécialisés par secteurs d’activités comme la santé, la biologie et l’industrie, secteurs où l’Europe a de fortes compétences et des entreprises performantes.

Venant de la personne qui a construit les processeurs GPU qui sont à l’origine des progrès fulgurants de l’IA et de l’IAG, IA Générative, ces messages ont beaucoup de poids.

 

Nabu 2023, l’AIPC de Scaleway

XNabu 2023 NVIDIANabu 2023, le Cloud Public dédié à l’IA (AIPC) construit par Scaleway est au cœur de toutes les annonces faites ce 17 novembre 2023.

Comme toutes les infrastructures numériques, Nabu 2023 fait partie des fondations indispensables pour développer des usages innovants dans l’IA.

Nabu 2023 utilise plus d’un millier de GPU H100, les plus puissants disponibles aujourd’hui sur le marché.

Toutes les entreprises françaises et européennes, et pas seulement Kyutai, peuvent maintenant utiliser Nabu 2023. Cette dimension européenne est importante: j’ai échangé avec la personne de Scaleway qui est chargée de la commercialisation sur le marché espagnol.

Avec Nabu 2023, j’espère ne plus jamais avoir à entendre dans le monde de l’IA les arguments ridicules qui ont bloqué la croissance des Clouds Publics en France sous de fallacieux prétextes de souveraineté numérique!

Nabu 2023 appartient à une entreprise française, elle est localisée sur le territoire français, ceci devrait permettre à toutes les entreprises françaises, publiques ou privées, OIV ou autres de faire un saut immédiat dans le monde de l’IA et de l’IAG.

Merci, Scaleway.

 

Accès à de nombreux LLM

Nabu 2023 mettra à disposition des entreprises plusieurs modèles LLM.

XModèles LLM dans Nabu 2023 ScalewayTrois d’entre eux ont été annoncés pendant cette conférence:

  • Mistral AI, créé en France en mars 2023 par trois anciens de Meta et Google, et dont le premier modèle est déjà disponible depuis la fin du mois de septembre 2023.
  • Huggins Face, entreprise créée à New York par trois ingénieurs français.
  • Poolside, entreprise créée aux Etats-Unis et qui a pris en 2023 la décision de s’installer en France. Poolside est un LLM spécialisé dans la création de codes informatiques.

Ces trois modèles sont aussi construits dans une logique Open Source, en cohérence avec les démarches promues par le nouveau centre de recherches Kyutai.

 

Des soutiens politiques… de poids

La matinée a été clôturée par l’intervention de deux poids lourds de la politique en France, Jean-Noël Barrot, ministre délégué chargé de la Transition numérique et des Télécommunications, et le Président de la République Emmanuel Macron.

XJean-Noël Barrot ScalewayJean-Noël Barrot s'est exprimé en anglais.

Je n’ai pas été souvent en phase avec les discours de Mr Barrot lorsqu’il parle de souveraineté numérique. Je suis donc heureux de pouvoir dire aujourd’hui que j’ai beaucoup aimé une grande partie de son exposé.

Cela fait du bien d’entendre dire, enfin, oui, que la France a déjà perdu des batailles dans le numérique, mais que la guerre n’est pas pour autant perdue.

Cela rejoint mon discours sur le fait que l’Europe doit choisir ses combats dans le numérique et passer à l’offensive, que j’ai formalisé dans cette conférence TEDx.

C’est exactement ce que fait Scaleway avec les annonces majeures de cette conférence et entendre le ministre les féliciter sur ces actions, cela fait du bien.

Il y a un autre point sur lequel il a insisté, ce sont les risques que font peser sur l’innovation dans le monde de l’IA les projets européens de régulation tels que l’IA Act.

C’était aussi le discours d’Eric Schmidt qui recommandait à la France de se méfier de… Bruxelles!

Entendre dire que la France doit être un super champion de l’innovation dans l’IA, pas un super champion dans la régulation de l’IA, cela change agréablement des discours qui font la promotion de tous les “Act” qu’a pondu l’Europe dans le monde du numérique.

Il conclut en remerciant Xavier Niel et Rodolphe Saadé pour leurs initiatives. Ce rapprochement entre le monde politique et le monde des entreprises, c’est une excellente nouvelle.

Le Président Macron est intervenu en visioconférence. Lui aussi, il n’a pas résisté au plaisir de terminer son exposé en anglais.

XScaleway Macron Salle

Au-delà du contenu assez classique de l’exposé du Président, le fait même qu’il est accepté d’intervenir est un succès majeur pour Scaleway et leurs projets dans le monde de l’IA.

L’une des idées exprimées qui m’est apparue intéressante c’est celle de faire que les défauts du centralisme excessif de la France deviennent des… qualités dans le monde de l’IA en permettant d’utiliser ces grandes bases de données centralisées.

Lui aussi y est allé de son petit couplet contre la réglementation européenne.

On sentait clairement, dans tous les exposés sur ce thème, la volonté de la France de prendre le leadership en Europe dans la création de compétences en IA.

 

Résumé: L’IA en France, un combat que l’on peut gagner

XLogo scalewayUn très grand merci à Scaleway et toutes ses équipes pour avoir organisé ce remarquable événement.

Au-delà de l’événement, c’est bien évidemment toutes les annonces qui ont été faites qui ont illuminé ma journée en montrant que, oui, il y a encore en France des entreprises qui ont compris les défis posés par le numérique et sont prêtes à investir massivement pour les relever.

L’écosystème IA mis en place par Scaleway, avec les cinq composants que j’ai présentés, est une structure très innovante et qui a tout pour réussir.

Etre optimiste sur l’avenir de la France dans des domaines du numérique, c’est une situation dans laquelle j’aimerais me trouver plus souvent.


Deux livres pour mieux comprendre les défis sociétaux de l'Intelligence Artificielle

 

XTrois niveaus IA - ANI  AGI  ASIJ’ai commencé à écrire sur les sujets liés à l’Intelligence Artificielle (IA) en 2017, avec deux billets de blog pour présenter les concepts de base, les trois familles d’IA:

  • A N I : Artificial Narrow Intelligence, des IA mono tâches.
  • A G I : Artificial General Intelligence, des IA capables de faire aussi bien que les humains dans tous les domaines informationnels.
  • A S I : Artificial Super Intelligence, des IA dont les capacités sont supérieures à celles de tous les humains.

Au cours de ces dernières années, j’ai lu plusieurs dizaines d’ouvrages qui parlent d’Intelligence Artificielle. Ils ne représentent qu’une infime partie de la littérature sur ce sujet.

J’ai choisi aujourd’hui de vous recommander deux livres très différents, mais qui, chacun dans son style, devraient vous aider à mieux comprendre pourquoi l’IA est à mon avis l’innovation la plus importante dans le monde du numérique.

  • Scary Smart, par Mo Gawdat.
  • Life 3.0, par Max Tegmark.

Ce ne sont pas des livres “techniques”: ils ne parlent pas ou peu des solutions existantes où des technologies nécessaires pour faire fonctionner les outils numériques IA.

Ces deux livres mettent l’accent sur les relations entre les humains et l’Intelligence Artificielle, comme le démontrent les deux phrases que l’on trouve en couverture:

  • Scary Smart: The Future of Artificial Intelligence and How You Can Save Our World.
  • Life 3.0: Being human in the age of Artificial Intelligence.

Ces deux ouvrages sont de grands succès de librairie; je n’ai pas la prétention de vous faire “découvrir” des pépites ignorées.

Scary Smart est d'abord facile, il peut se lire rapidement et il présente les idées de l’auteur de manière très didactique. C’est un grand compliment de ma part: il est difficile de parler d’un sujet aussi important d’une manière accessible au plus grand nombre. Bravo, Mo Gawdat.

Life 3.0 demande un effort de lecture plus important, mais je vous promet que vous ne serez pas déçu et qu’il vous fera faire des pas de géant dans votre compréhension des défis majeurs que l’IA pose à l’humanité.

Dans la suite de ce texte, je présente quelques-unes des idées qui m’ont le plus interpellées dans ces deux livres.
Il ne s’agit pas d’en faire un résumé.

Je souhaite simplement vous donner envie de les acheter et… de les lire.

 

Scary Smart, par Mo Gawdat

XCover Scary smartLe livre Scary Smart a été publié récemment, en 2022. Il comprend deux parties très différentes:

  • The scary part, la partie “effrayante”.
  • Our Path to Utopia, notre chemin vers l’utopie.

J’ai beaucoup aimé la première partie: elle présente de manière très didactique et claire sa vision des évolutions de l’IA, vers l’AGI, Artificial General Intelligence et l’ASI, Artificial Super Intelligence.

Les quatre messages essentiels à retenir:

  • L’IA va arriver et on ne peut pas stopper son arrivée.
  • Les machines deviendront plus intelligentes que les hommes, et plus vite que vous le pensez.
  • L’IA va diriger notre futur, il faut l’accepter et s’y préparer.
  • Des erreurs et des impacts négatifs forts vont se produire.

Il propose même un calendrier:

  • AGI en 2029. Je trouve cette précision surprenante, et j’aurais préféré qu’il dise “autour des années 2030”.
  • ASI: en 2049 les IA seront un milliard de fois plus “intelligentes” que les humains les plus brillants. On y retrouve le concept de “singularité”, souvent évoqué quand on parle d’IA.

J’aime aussi beaucoup cette idée, qui met l’accent sur l’importance des données:

“Les “émotions” ressenties par les IA ne viennent pas des programmes mais des données qu’elles analysent. Ces données servent à “éduquer” les IA comme nous le faisons avec nos enfants.”

Ce n’est pas le code qui va dicter les comportements des IA, mais les données que nous leur fournissons pour leur apprentissage. 

Le discours actuel sur les biais des IAG va dans ce sens: les IAG ne font que propager les idées dominantes dans notre société. Ce ne sont pas les IAG qu’il faut critiquer, mais… nous tous. 

Demander aux IAG d’être plus vertueuses que nous, quelle outrecuidance!

L’humanité a beaucoup de défauts:

  • L’humanité est “arrogante” et a beaucoup de mal à imaginer que d’autres formes d’intelligence puissent exister.
  • Les humains n'ont pas une bande passante suffisante pour partager efficacement nos connaissances, à l’inverse des machines.
  • L’humanité travaille sur l’intelligence en “silos”: personne ne peut avoir une vision unifiée du monde.

XScary Woman créée par IASa vision du futur est effectivement “scary”:

  • L’IA n’est plus un outil, comme les créations techniques actuelles, c’est une intelligence comme vous et moi.
  • Personne, absolument personne ne peut prédire ce qui va se passer. 
  • Nous ne serons pas assez intelligents pour comprendre les ASI.
  • Personne ne peut imaginer ce que les IA super intelligentes seront capables d’inventer. Ceci équivaut à demander à une mouche comment fonctionne un ordinateur!
  • Les humains n’auront plus grand chose à proposer pour contribuer au marché du travail.

Ces hypothèses vous inquiètent, vous font peur?

La deuxième partie de ce livre est là pour proposer des solutions et éviter que le futur d’une l’humanité dominée par l’IA ne soit apocalyptique.

J’ai un vrai problème: je ne suis absolument pas convaincu par les réponses apportées par Mo Gawdat.

Quelles sont-elles? Je vous laisse les découvrir…

 

Life 3.0, par Max Tegmark

XCover Life 3.0

Life 3.0 est un livre plus ancien que Scary Smart; ll a été publié en 2017.

Il existe aussi en version française, la vie 3.0, que je n’ai pas lue.

Max Tegmark est un physicien, professeur au MIT à Boston, avec de fortes compétences dans l’étude du cosmos et en Machine Learning.

Il est le créateur du “ FLI, Future of Life Institute”, à l'origine de la grande réunion de 135 spécialistes de l’IA à Puerto Rico en 2015. Elle a réuni l’élite scientifique mondiale sur le sujet. 

X135 participants AI Future of life 2015

Sa culture scientifique et son goût pour le cosmos influencent beaucoup sa vision de l’avenir du monde.

Après un chapitre 5 consacré aux 10 000 prochaines années, le chapitre 6 n’hésite pas à analyser le prochain… milliard d’années et au-delà!

La principale valeur de ce livre est pour moi le très grand nombre de questions complexes qu’il pose concernant l’intelligence, l’humanité, l’IA et leurs interactions.

Je l’ai lu avec un crayon et il y a très peu de pages (il y en a 335) où je n’ai pas souligné une phrase importante.

J’ai choisi, de manière très personnelle, une toute petite partie des messages que portent ce livre et qui m’ont particulièrement marqués.

Sa définition de l’intelligence: la capacité à atteindre des objectifs complexes.

L’intelligence n’implique pas de jugements de valeur sur le bien ou le mal: des personnes peuvent être très intelligentes et aider les autres ou leur faire du mal. C'est la même chose pour les IA.

Il y a deux formes d’intelligence:

  • Basée sur le carbone, l’humanité.
  • Basée sur le silicium, l’IA.

Une machine super intelligente sera capable de concevoir d’autres machines encore plus intelligentes. Conséquence: la première ASI sera la dernière invention que l’humanité fera, l’ASI prendra ensuite le relais. Ce sera un point de rupture: quand les progrès des IA ne seront plus créés par les humains, mais par les IA elles-mêmes. Les progrès de ces IA deviendront exponentiels.

Avoir aujourd’hui avec tous les responsables politiques et économiques des  conversations sur l’IA est essentiel, en termes d’urgence et d’impacts. Comment répondre à cette question: c’est quoi être un humain dans un monde où existe une ASI?

Bien avant que nous soyons concernés par le fait que les ASI remplacent l’humanité, les impacts négatifs sur le marché du travail vont être majeurs. (C’est le grand sujet à court terme, que j’ai évoqué dans un billet récent.)

Dans le chapitre 7, Max Tegmark analyse en profondeur le thème des “objectifs” (goals en anglais) de ces IA:

  • Oui, les IA ont des objectifs.
  • Comment aligner les objectifs des IA avec ceux de l’humanité: il reste trois problèmes pas encore résolus: 
    • Les apprendre aux IA.
    • Faire que ces IA les acceptent.
    • Faire que les IA les gardent.

Il n’y a pas d’AI mauvaises à priori, simplement le risque est que leurs objectifs ne soient pas alignés avec les nôtres.

Enfin, et c’est pour moi le chapitre le plus instructif, le chapitre 5 présente 12 scénarios différents sur les relations entre les ASI et les humains. 

Ce  premier tableau définit ces 12 scénarios.

XLife 3.0 scenarios ASI

C’est l’une des analyses les plus complètes que j’ai pu lire sur ce sujet essentiel.

Ce second tableau anticipe les impacts sur l’humanité de ces scénarios. 

XLife 3.0 impacts after ASI scenarios

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ne sont pas nombreux, les scénarios positifs pour l’humanité.

Je vous laisse analyser ces 12 scénarios et choisir celui qui vous convient le mieux.

Max Tegmark, lui, refuse de choisir, et laisse les lecteurs faire leur choix;

 

Vous l’avez compris, c’est un livre passionnant, essentiel. 

Toute personne qui pense que l’avenir de l’humanité dépend en grande partie de notre capacité à comprendre les évolutions possibles des IA doit faire l’effort de lire ce livre.

Ensuite, et ensuite seulement, il est possible d’avoir des points de vue différents, mais argumentés sérieusement, sur ces impacts de l’IA sur l’humanité.

Les discours “café du commerce” sur l’IA, ce n’est vraiment plus le moment!

 


½ siècle d’informatique et de numérique, et ce n’est pas terminé

 

XAdS DPC 50 years S 191336570J’ai croisé Christophe Coupez quand il travaillait dans le Groupe Bouygues. En 2023, il a repris contact avec moi pour me demander si j’accepterai de publier un texte pour son projet “Digital Rétro” sur ma “longue” vie professionnelle dans l’informatique et le numérique. 

J’ai dit oui, et profité du calme relatif du mois d’août 2023 pour le rédiger.

Avec son accord, j’en ai repris une grande partie dans ce long billet de blog.

J’ai choisi de privilégier un petit nombre de moments forts de ma carrière, sélectionnés car ils permettent, je l’espère, de donner des pistes d’action qui sont toujours valables aujourd’hui pour vous.

Je fais partie des personnes, peu nombreuses, qui ont vécu les principales évolutions du monde de l’informatique et du numérique depuis ses débuts, et… qui restent actives dans ce secteur.

Mon objectif, en publiant ce long texte, n’est pas de parler de moi, ce qui a peu d’intérêt. Mon objectif, c’est de tirer de mes expériences des enseignements qui puissent vous aider, un peu, à vous préparer, à vivre vos propres aventures, passionnantes et complexes, dans le monde du numérique d’aujourd’hui et demain.

Je les ai regroupés dans une douzaine de thèmes.

 

Merci, le système éducatif français

Le système éducatif public français que j’ai connu était exceptionnel.

L’essentiel de mes études, je les ai faites dans le système public français, même si une grande partie de mes études jusqu’au baccalauréat se sont déroulées hors de France, dans les lycées français à l’étranger.

XSalle de cours Lycée St LouisMes trois années de préparation des concours des grandes écoles scientifiques, je les ai réalisées dans un lycée public parisien, Saint-Louis, dans un environnement matériel très “rustique”, comme le montre cette photo d’une salle de classe de l’époque!

J’ai été admis à Supélec, devenu depuis CentraleSupélec, l’année de la mort de mon père. Boursier de l'État pendant mes trois années d’études,  j’ai donné de nombreux cours particuliers pour ne pas être une charge trop lourde pour ma mère.

J’ai fait mon service militaire de 18 mois, oui cela existait encore, comme scientifique du contingent.

En parallèle, j'ai suivi une formation MBA à l’Université Publique Paris I, à l’IAE, Institut d’Administration des Entreprises. La formation était organisée pour des personnes ayant une activité professionnelle, avec des cours les vendredis soir et presque tous les samedis. 

  • C’était difficile de faire les deux en même temps? Oui.
  • Cela demandait-il de sacrifier la majorité de ses week-ends? Oui.
  • Sans effort, sans une volonté forte, est-il facile de progresser? Non.

J’ai obtenu mon diplôme de l’IAE de Paris en même temps que je terminais mon service militaire.

Quelques années plus tard, j’ai participé à un concours très sélectif organisé par un organisme public, la FNEGE, Fondation Nationale pour l’Enseignement de la Gestion des Entreprises. Ayant fait partie de la quarantaine de personnes sélectionnées, j’ai obtenu un financement de 12 mois, voyages, études et résidence, pour étudier dans une université du continent américain. Entre Austin au Texas, Sherbrooke au Canada et Northwestern à Chicago, j’ai choisi Northwestern. C’était la plus prestigieuse, même si le climat de Chicago n’est pas réputé le meilleur!

En contrepartie de ce financement, je m’étais engagé à enseigner en France pendant un minimum de 5 ans, ce que j’ai fait, et j’y reviendrai.

 

Ne pas hésiter à demander conseil

Je suis rentré à Supélec, école qui comme son nom l’indique est tournée vers l’électricité. Est-ce que c’était un choix raisonné? Non.

La méthode française des concours scientifiques fait que l’on postule à des écoles dans de nombreux domaines, généralistes, aériens, travaux publics… et que l’on rentre dans l’une des écoles pour laquelle on a réussi le concours.

Est-ce que l’électricité m’a passionné? Pas vraiment.

XAdS DPC 3 ways sign S 137193688Pour choisir une voie professionnelle après Supélec, l’IAE et mon service militaire, j’ai demandé leur avis à plusieurs personnes, dont le dirigeant d’une entreprise de conseil en France. Il m’a conseillé deux secteurs d’activités, l’informatique ou le nucléaire. 

L’informatique, à la fin des années 1960, c’était un domaine très jeune, en émergence, dont on parlait peu. J’ai suivi son conseil et cela a orienté toute ma carrière.

J’ai repris le flambeau et j'aide souvent des jeunes qui me demandent conseil, qu’ils participent aux enseignements que j’anime ou qui me contactent en m’expliquant pourquoi ils souhaitent me parler.

Quand j’en croise quelques-uns après plusieurs années et qu’ils me disent que mes conseils ont été utiles pour eux, c’est l’une des plus grandes satisfactions que l’on peut avoir dans sa vie professionnelle.

 

Saisir les opportunités

XControl Data Computer CDC 3600J’ai commencé ma carrière informatique chez Control Data, le leader des supercalculateurs de l’époque qui a disparu depuis. J’ai travaillé, en FORTRAN, sur des calculs scientifiques pour ELF Aquitaine (devenu TotalEnergies) et ensuite le CEA.

Dans une deuxième étape, je suis rentré comme chef de projet informatique aux Chargeurs Réunis, entreprise de transport maritime. J'étais chargé de l’informatisation des conteneurs, forte innovation à cette époque, avec un focus fort sur les transports vers l’Afrique. 

Je travaillais sur l’un des tous premiers ordinateurs IBM 360, en utilisant le langage COBOL.

Bref, un début de carrière classique pour l’époque.

Un jour, je suis tombé par hasard sur une annonce dans le journal “Le Monde” de la FNEGE, dont j’ai parlé plus haut:

  • J’avais prévu de partir aux Etats-Unis? Non.
  • J’avais prévu de faire un MBA? Non.
  • J’avais prévu de m’engager à enseigner pendant 5 ans? Non.

C’est pourtant ce que j’ai fait en acceptant de répondre à cette annonce qui a eu un impact majeur et très positif sur la suite de mes activités professionnelles.

Tout au long de ma carrière, des rencontres, des lectures m’ont amené à démarrer de nouvelles aventures professionnelles. Elles n’étaient pas dans un “schéma directeur de carrière” à 20 ans!

La croissance exponentielle des potentiels des outils numériques s'accélère. Nous devons tous, vraiment tous, être en permanence à l’écoute de ces évolutions. 

Elles sont porteuses de destruction d’activités dans de nombreux secteurs du numérique, et en même temps, créatrices d’opportunités fortes.

Saisir des opportunités, cela ne veut pas dire attendre passivement qu’elles vous soient proposées.
Saisir des opportunités, c’est être curieux, proactif, à l’écoute et savoir les provoquer.

 

Anticiper

Anticiper, ce n’est pas faire des prévisions: c’est se préparer pour l’arrivée d’un événement certain ou quasi certain. 

J’ai choisi un exemple personnel simple, mais qui montre que de petites anticipations peuvent avoir des bénéfices majeurs.

Quand j’ai su que j’étais accepté par la FNEGE, on m’a annoncé que mon départ à Northwestern aurait lieu dans quelques mois.
En me renseignant auprès de l’université, j’ai appris que tous les documents remis aux professeurs devaient être dactylographiés.

En France, à cette époque, aucun cadre, aucun ingénieur ne maîtrisait l’usage du clavier, activité considérée comme “non noble” et réservée à des métiers spécialisés de dactylographes.

XMAE portativeJ’ai pris la décision d’acheter… une machine à écrire mécanique portative avec un clavier français, seul outil disponible à l’époque. J’ai aussi acheté une méthode d’apprentissage de la dactylographie.

Pendant une bonne centaine d’heures, j’ai fait des exercices, très “rasoirs”, pour acquérir la capacité d’écrire au clavier avec 10 doigts, aussi vite qu’à la main, sans regarder le clavier. 

Nous étions une quinzaine de Français envoyés par la FNEGE à arriver à Northwestern en septembre. J’étais… le seul à avoir anticipé ce besoin et apporté dans ma valise la machine à écrire que je savais utiliser. Tous les autres ont dû, en urgence, acheter une machine à écrire américaine, inutilisable en France à leur retour, car avec un clavier américain. Je les voyais tous les soirs, quand nous travaillions ensemble, taper à deux doigts, avec une vitesse dérisoire, quand j’étais capable de créer mes documents entre cinq et dix fois plus vite qu’eux, et avec moins d’erreurs.

Petite cause, grands effets!  Cette maîtrise du clavier m’a beaucoup aidé à suivre en 12 mois, sur quatre trimestres, tous les cours nécessaires pour obtenir un MBA complet, ce que les étudiants classiques font en 2 années scolaires. Oui, aux Etats-Unis, les universités ne ferment pas pendant l’été et j’ai pu continuer à suivre pendant l’été les cours qui me manquaient. Au lieu de suivre quatre cours par trimestre pendant six trimestres, je me suis inscrit à… six cours par trimestre pendant quatre trimestres. 

Ceci voulait dire suivre des cours dans la journée et d’autres le soir, prévus pour les étudiants américains inscrits au MBA tout en travaillant pendant la journée.

Facile, Non! Satisfaisant, oui!

Cet apprentissage du clavier me rend encore service aujourd’hui quand j’utilise un ordinateur portable. C’est l’un des meilleurs investissements que j’ai pu faire pour augmenter ma productivité quotidienne, et ce depuis des dizaines d’années.

 

S'indigner

XLivre indignez vousOui, il m’arrive de m'indigner, dans le monde du numérique. S'indigner, c’est pousser un coup de gueule quand vous voyez des choses qui vous choquent, quand vous pensez que des décisions qui sont prises peuvent avoir des conséquences négatives fortes.

Il est plus facile de jouer le rôle du mouton docile, de suivre les consensus, les conseils du genre: tout le monde agit ainsi, on a toujours fait comme cela.

Le monde du numérique n’échappe pas à ce mouvement de fond, parfaitement identifié par Machiavel quand il écrivait dans “Le Prince”:

“Les innovateurs se créent des ennemis de tous ceux qui bénéficiaient du système ancien et ne disposent que d’un soutien mou de ceux qui pourraient bénéficier du nouveau système.”

Selon les époques, IBM, SAP, Microsoft, Oracle et quelques autres ont largement bénéficié de ce mouvement moutonnier.

En 2023, je mène un combat majeur pour que l’Europe du numérique existe encore en 2030.

J’ai une position forte, qui me vaut l’hostilité d’une grande partie de l'establishment politique, économique et professionnel. Je défends l’idée que l’Europe et la France doivent choisir leurs combats numériques et ne pas disperser leurs ressources, limitées, en livrant des combats que je considère comme définitivement perdus, telles que les solutions IaaS de Clouds Publics ou les outils bureautiques dans le Cloud.

Il serait plus facile, plus confortable pour moi de ne rien écrire sur ces sujets sensibles et de faire semblant de croire que tout le numérique peut et doit devenir “souverain”.

Je préfère mettre en lumière, de manière positive, quelques domaines dans lesquels l’Europe a des atouts forts et peut avoir une démarche de conquête, offensive, au lieu de rester sur des positions défensives.

 

Partager ses compétences

Je suis rentré dans le monde de l’enseignement à la suite des engagements que j’avais pris avec la FNEGE.

Mon premier poste: professeur de Recherche Opérationnelle et d’Informatique à l’INSEAD, l’une des plus prestigieuses écoles de Management en Europe. J’étais plus jeune que la majorité de mes élèves et n’avais jamais suivi de formation me permettant de me préparer à l’enseignement. Ce fut une année extrêmement difficile!

Je n’ai pas arrêté d'enseigner depuis. CentraleSupélec, l’IAE de Paris, Science Po Paris, ESCP, EPFL à Lausanne, ISEP, GEM… elle est longue la liste des lieux où j’ai eu l’honneur d’enseigner.

XWebinar Louis Naugès WizyJ’ai aussi animé des centaines de séminaires sur l’informatique et le numérique, dans plus de 20 pays, en français, anglais et espagnol. 

Ce sont des activités passionnantes, que je continue à mener, de manière moins intensive, étant pris par mes activités d’éditeur de logiciels SaaS.

J’encourage tout le monde, je dis bien tout le monde, à faire les efforts nécessaires pour se mettre devant un public et partager ses compétences. Nous avons tous des choses intéressantes à dire, à partager.

On peut le faire en commençant par des présentations à l’intérieur de son entreprise.
Ensuite, il faut chercher des opportunités pour intervenir pendant des conférences professionnelles ou pour donner des cours comme enseignant invité dans des écoles ou universités.
Le faire bien, cela demande beaucoup de temps et d’efforts, et rien n’est jamais acquis.

Un exemple personnel et récent: j’ai accepté en 2022 de réaliser une conférence TEDx pour CentraleSupelec, d’une durée de 17 minutes sur le thème qui me tient à cœur, l’Europe du Numérique.

 

Fort de mes expériences passées, des centaines de conférences que j’avais déjà animées, je n'avais pas imaginé le gigantesque travail que cela représenterait.

J’avais le soutien d’une coach professionnelle de grande qualité. Malgré cela, j’ai passé des dizaines d’heures pour préparer ces 17 minutes.

Oui, je vous encourage tous à animer des cours et des conférences.
Oui, mais faites-le seulement si vous êtes prêts à investir beaucoup de temps et d’efforts pour préparer sérieusement chacune de vos interventions.

C’est une question de respect pour les personnes qui vous font l’honneur de vous écouter.

 

Le droit à l’erreur

Dans mes activités de conseil, j’ai eu souvent pour mission d’aider des entreprises à anticiper les tendances majeures dans le numérique pour les aider à ne pas garder trop longtemps des solutions en fin de vie.

XAdS DPC Wrong Right S 69377375J’ai eu une majorité de succès dans ces actions, mais il m’est aussi arrivé de me tromper, et lourdement! 

Quelques exemples:

  • La mort des mainframes IBM, que j’avais annoncée vers la fin des années 1990. En 2023, plus de 5 000 grandes entreprises les utilisent encore.
  • Le remplacement des ERP intégrés par des solutions “best of breed”. L’arrivée des solutions SaaS dans le Cloud a accéléré ce mouvement, mais les géants comme SAP continuent à vendre leurs ERP intégrés avec des taux de croissance raisonnables.
  • J’ai essayé, au début des années 2000, de promouvoir les usages professionnels des mondes virtuels de Second Life, sans succès. Échaudé par cet échec, je suis devenu prudent sur l’avenir pour les entreprises de ses successeurs du type Metaverse.
  • J’avais prévu la marginalisation rapide des clients lourds, remplacés par les navigateurs Web. En 2023, dans le monde professionnel, une majorité de personnes continuent à utiliser les outils de Microsoft Office, Outlook, Excel, Word et autres PowerPoint sur leurs clients lourds Windows ou Macintosh. Je n’en fais pas partie…

 

Connaître ses limites

J’ai fait beaucoup d’erreurs dans ma vie professionnelle, mais l’une des plus importantes a été de croire que je pouvais tout faire, et tout faire bien.

XAdS DPC own limits S 596619792Il m’a fallu plusieurs années pour découvrir que je n’étais pas fait pour le métier de Directeur Général, de CEO. J’ai peu d'appétence, donc peu de réussites, dans la gestion opérationnelle d’une entreprise, de ses budgets, de sa trésorerie ou de ses ressources humaines.

Quand on crée sa première entreprise, en l'occurrence Bureautique SA, il est naturel de vouloir en être le DG. Cela n’a pas fonctionné et il a fallu trouver un DG pour m’aider.

Les deux entreprises les plus récentes que j’ai créées, Revevol et Wizy, je l’ai fait avec Laurent Gasser comme DG, et c’est un excellent DG.

La complémentarité de nos compétences donne d’excellents résultats, et il n’y a pas de risques de conflits, chacun ayant conscience de ses limites et travaillant dans les domaines où il est le meilleur.

 

La recherche permanente de l’innovation

L’innovation dans le monde du numérique, c’est certainement l’idée qui a le plus orienté mes activités et ma carrière.

Cela fait des années que je passe en moyenne 2 heures par jour à faire de la veille technologique. Il ne se passe pas une journée sans que je découvre une idée, un produit innovant dont j’imagine rapidement les potentiels.

Je vais illustrer cette recherche permanente de l’innovation par trois exemples. J’ai à dessein choisi des cas anciens pour montrer que c’est une démarche qui me guide depuis le début de ma carrière.

L’un des chocs technologiques les plus impressionnants que j’ai vécu a été, à la fin des années 1970, la visite du PARC, Palo Alto Research Center en Californie. J’y avais été invité par Paul Strassmann, CIO de Xerox, une personne exceptionnelle.

Le PARC, c’était un centre de recherches financé par Xerox, avec 300 personnes du plus haut niveau. J’y ai découvert le réseau Ethernet, les écrans graphiques, les imprimantes laser, la transmission à haute vitesse de graphiques…

Cette vidéo est exceptionnelle: en 10 minutes, elle présente les principales innovations nées au PARC. 

 

Le décalage entre le monde extérieur et ce que l’on pouvait observer à l'intérieur du PARC, ce fut un choc comme je n’en ai jamais eu depuis. On y parlait de “Bureau sans papier” Paperless office, ou Office Automation. 

L’échec du PARC chez Xerox est un bon exemple du décalage entre la culture de la maison mère, Xerox, qui gagnait des fortunes avec les copieurs et le papier et celle du centre de recherche PARC qui parlait de… paperless. 

C’est à la suite de cette visite que j’ai eu l’idée de créer le mot Bureautique, car je trouvais l’expression Office Automation très “moche”.

XLouis SVM interviewLe deuxième exemple, ce sont mes réflexions sur le télétravail. J’ai publié il y a quelques mois sur LinkedIn une copie de l’entretien que j’avais eu avec la revue SVM, Science et Vie Micro, sur ce thème, en … 1984. Les idées que j’y exprimais n’ont pas pris trop de rides.

A ma grande surprise, ce texte a eu un succès viral avec 600 000 vues!

Le troisième exemple me permet de mettre en avant une entreprise française, le Groupe Bouygues, un pionnier dans les usages innovants de technologies informatiques, et ce depuis longtemps.

En septembre 1985, Alain Pouyat, DSI du Groupe Bouygues, m’a invité à donner une conférence devant 50 cadres dirigeants du groupe, dont le fondateur Francis Bouygues.

Le thème: la bureautique.

De tous les DSI que j’ai croisé dans ma carrière, et il y en a beaucoup, Alain Pouyat et celui qui m’a le plus impressionné. Yves Caseau, actuel DSI de Michelin et l’un des plus brillants DSI aujourd’hui en activité a fait une partie de sa carrière dans le Groupe Bouygues. Une coïncidence? A mon avis, non.

Nous sommes en 1985: c’est la première fois que j’anime une conférence diffusée en vidéotransmission vers trois autres sites. L’utilisation du satellite Telecom 1, non géostationnaire, obligeait Bouygues à choisir une heure pour la conférence compatible avec le passage du satellite au-dessus de Paris. Des camions portant des antennes de 2 mètres de diamètre avaient été installés sur chacun des trois sites distants.

Les questions étaient posées en utilisant le réseau téléphonique classique, Telecom 1 n’étant pas bidirectionnel.

Sur ce schéma, j’ai regroupé quatre images tirées de la vidéo de cette conférence. La qualité des images est moyenne, mais n’oubliez pas que l’on est en 1985.

XConférence Bouygues Bureautique 1985 Louis Naugès

  • Le titre de l’intervention.
  • Le schéma de l’installation de télétransmission.
  • Mon utilisation d’une technologie “révolutionnaire”, les transparents avec un rétroprojecteur. Les transparents étaient imprimés sur une laser Apple, en noir et blanc, dont j’avais acheté l’un des premiers exemplaires en 1984, directement auprès de Jean-Louis Gassée, PDG d’Apple France.
  • Enfin et surtout, l’intervention de Mr Francis Bouygues à la fin du séminaire pour confirmer l’importance qu’il donnait à ce sujet et à sa volonté de faire de l'informatique un outil clé de compétitivité pour le Groupe Bouygues.

En parallèle à la conférence, Alain Pouyat avait organisé une exposition qui mettait en évidence quelques usages innovants de l’informatique dans le Groupe Bouygues.

Cette conférence est restée gravée dans ma mémoire. C’est un bel exemple d’une triple innovation:

  • Le thème: la bureautique au service des cadres et dirigeants.
  • La technologie utilisée: vidéotransmission satellitaire.
  • Management: la volonté du fondateur du Groupe Bouygues de mettre l’informatique au service de la compétitivité de son entreprise.

Et tout cela, ne l’oubliez pas, c’était en… 1985, il y a presque 40 ans!

(Je suis en attente de l'autorisation du Groupe Bouygues pour ajouter un lien vers cette vidéo exceptionnele.)

 

Entrepreneur, quel beau métier!

La première entreprise que j’ai créée, à la fin des années 1970, se nommait Bureautique SA. Logique, j’étais propriétaire de la marque Bureautique, que j’avais déposée.

XLouis Sylvain blancToutes les entreprises que j’ai créées, je l’ai fait avec un associé. C’est à mon avis une démarche efficace si l’on veut réussir. Être au moins deux personnes pour prendre des décisions, cela permet d’analyser plus efficacement les options qui sont sur la table.

Quelques exemples:

  • Pierre Benhamou et le Groupe Dataid pour Bureautique SA.
  • Sylvain Jouanny pour Finaki Espagne.(sur cette photo avec moi).
  • Laurent Gasser pour Revevol et Wizy.io.

Bureautique SA, c’était la première société de services dédiée aux usages universels de l’informatique. Il y avait à l’époque des dizaines de fournisseurs spécialisés: Wang, Wydec, DEC, Olivetti, IBM… La majorité d’entre eux ont disparu depuis.

L’un des grands succès de Bureautique SA a été la création des Arènes de la bureautique, une conférence annuelle qui réunissait fournisseurs et clients dans des lieux sympathiques, qui changeaient tous les ans.

Pendant les arènes, devenues ensuite les Arènes de l’Informatique, nous avons organisé le premier concours en France, et probablement dans le monde, de développement No-code. Le jour de leur arrivée, on donnait aux fournisseurs présents un problème à résoudre en 36 heures. Les résultats étaient présentés à la fin des journées et les participants élisaient les vainqueurs.

En 2006, j’ai été l’un des fondateurs de Revevol, la première ESN Cloud en France, avec un focus fort sur… la bureautique collaborative dans le Cloud. 

Février 2007: Google présente à Paris, en première mondiale, Google Apps, devenu depuis Google Workspace. C’est, à ma connaissance, la seule et unique fois qu’un nouveau produit de Google n’a pas été annoncé en premier à Mountain View, au siège de la compagnie.

Pourquoi? Quand Google m’a demandé, fin 2006, de trouver des “early adopters” de leur futur produit Google Apps, j’ai contacté quelques dizaines de DSI que je connaissais, ouverts à l’innovation.
Résultat: 60% des early adopters dans le monde étaient… français.

C’est aussi une entreprise française innovante, Valeo, qui a été la première grande entreprise au monde à déployer massivement Google Apps pour plus de 35 000 collaborateurs, dès 2007.

C’est une belle démonstration que les entreprises françaises peuvent être pionnières dans les usages de l’informatique et du numérique. Et oui, je suis fier d’avoir participé au lancement dans le monde de la bureautique collaborative native dans le Cloud.

 

Aujourd’hui: Cofondateur de WIzy.io

Toujours avec Laurent Gasser, et après avoir cédé notre participation dans Revevol qui continue ses activités avec succès, nous avons créé Wizy.io.

Xlouis laurent phoenixCette photo a été prise à Phoenix (Arizona) en 2008. Laurent et moi étions les seuls non américains invités à parler au “KickOff Meeting” de Google Entreprise. Le logo de Google sur les chapeaux a beaucoup changé depuis!

C’est pour moi, une fois de plus, la découverte d’un nouveau métier. J’ai quitté le monde du conseil et des services pour devenir éditeur de logiciels, SaaS, Software as a Service dans le cloud public,  évidemment.

Wizy commercialise deux produits:

  • WizyEMM: un outil pour gérer et sécuriser les terminaux Android. Face à la forte concurrence de “PME” comme Microsoft, VMWare ou IBM, WizyEMM propose une solution moderne, économique, native SaaS, construite sur les architectures les plus récentes d’Android.

AdS DPC FLW take picture S 397080572

  • WizyVision: c’est une première mondiale, au service des collaborateurs en première ligne, qui s’appuie sur la photo, la voix et  beaucoup d’IA embarquée pour permettre aux équipes terrain de rentrer dans le numérique sans avoir à utiliser le clavier, ce dont ils ont horreur.

Avec WizyVision, j’ai l’ambition de redonner aux équipes en première ligne la place, essentielle, qu’ils devraient avoir dans le monde du numérique. C’est loin d’être le cas, aujourd’hui, et dans le monde entier.

Après avoir créé le mot Bureautique pour parler des outils universels des collaborateurs dans les bureaux, je vous propose aujourd’hui d’utiliser le mot Frontique pour parler des outils universels des travailleurs terrain, les FLW, Front Line Workers en anglais, ce qui sont en  première ligne, au front.

 

Et demain ?

DLC, Date Limite de Consommation: il n’y a pas de DLC pour Louis Naugès!

XLouis Naugès DLCTant que mon corps et mon cerveau me le permettront, je continuerai à travailler dans ce monde fascinant du numérique.

Pourquoi ?

  • Avec WizyVision, j'agis pour réduire la plus grande fracture numérique au monde, entre les équipes en première ligne et les collaborateurs bureau. WizyVision permet aux entreprises d’obtenir des ROI rapides tout en améliorant la qualité de vie au travail de leurs collaborateurs terrain. C’est aussi le moyen de lutter contre un fléau mondial, l’illettrisme. 48% de la population mondiale est illettrée, incapable de comprendre un texte qu’elle lit. Difficile de trouver une mission plus motivante en ce moment.
  • Chaque matin, je me lève en sachant que je vais découvrir une innovation numérique importante, et en parler pour donner aux entreprises l’envie de s’en emparer.
  • Le décalage entre les potentiels actuels des solutions numériques et leurs usages dans les entreprises, publiques ou privées, s'accroît tous les jours de manière dangereuse. Par mes écrits et mes actions de sensibilisation, j’essaie de toutes mes forces de réduire, un peu, ce décalage.
  • Des ruptures fortes se produisent en permanence. En 2023, l’IA Générative a fait une percée spectaculaire et ses impacts sur un grand nombre de métiers seront forts et immédiats, comme je l’ai expliqué dans ce billet de mon blog.
  • Européen convaincu, je mène un combat permanent pour que l’Europe du Numérique existe encore en 2030. Face aux géants américains, chinois et de l’Asie non chinoise (Corée du Sud, Taiwan, Japon) l’Europe doit choisir les combats qu’elle peut et doit mener pour garder une place raisonnable dans cette industrie mondiale du numérique.
  • Je suis persuadé que le numérique peut avoir des impacts forts et positifs sur l’avenir de notre planète, et de deux manières: 
    • En faisant des choix intelligents, les entreprises peuvent réduire rapidement et fortement les impacts de leurs usages numériques. Un exemple: en fermant les centres de calcul “on premise” pour basculer dans les clouds publics, on réduit dans un rapport 4 à 8 ses consommations d’énergie.
    • En développant des solutions métiers qui aident les entreprises de tous les secteurs d’activités à innover pour proposer des réponses efficaces aux défis posés par les dérèglements climatiques actuels.

 

Et maintenant… à chacun d’entre vous de reprendre le flambeau

XFlamme Paris 2024Sur tous ces sujets, et beaucoup d’autres, il y a tellement à faire dans le numérique que je ne comprendrais jamais les professionnels de ce secteur qui sont blasés, pessimistes ou négatifs.

Dans le numérique, la ressource la plus importante en France et en Europe, et de loin, ce sont ses talents disponibles.

J’espère que ces quelques idées simples et fortes que j’ai mises en évidence pour parler de mon ½ siècle de vie professionnelle dans l’informatique et le numérique vous donneront quelques pistes utiles pour que chacun d’entre vous, à sa manière, devienne un héros du numérique.

L’Europe et la France en ont un besoin urgent.




Repenser l’enseignement de fond en comble, dans un monde où l’IA et l’IA Générative seront omniprésentes

 

AdS DPC old school benches S 382214316La rentrée scolaire approche en France et dans beaucoup de pays de l'hémisphère nord.

Au risque de leur pourrir ces derniers jours avant la rentrée, je recommande fortement à toute personne qui, de près ou de loin, est impliquée dans le monde de l’enseignement et de la formation d’investir quelques heures pour lire les longs documents que je référence dans ce billet.

Science Po Paris interdit ChatGPTFin 2022, l’arrivée de ChatGPT avait déjà créé quelques réactions épidermiques d’organismes de formation qui avaient tenté d’en interdire l’usage par les étudiants. (Je vous laisse admirer la superbe faute d’orthographe dans ce texte de France Info!. ChatGPT en fait beaucoup moins.)

Des questions beaucoup plus fondamentales se posent aujourd’hui dans le monde éducatif face à la croissance exponentielle des potentiels des outils d’IAG, IA Générative.

 

Des analyses importantes


Ces deux documents scientifiques, écrits par des enseignants ou professionnels de l’enseignement, sont très complémentaires.

Le premier a pour titre: le futur de l’IA dans l’éducation: 13 choses que l’on peut faire pour en minimiser les dégâts.

Future of AI in Education how to minimize damage

Le ton général de ce document de 45 pages est donné dès le titre: “How to minimize damage”, comment minimiser les dégâts.

Les deux chapitres les plus importants sont les suivants:

  • Quatre scénarios possibles sur les évolutions de l’IAG.
  • Treize recommandations sur la manière de traiter l’IAG dans l’éducation.

Je vous laisse les découvrir et en évaluer la pertinence.

IAG revolution in education UNiversitéLe deuxième document, référencé par le premier, est une étude de 37 pages, plus universitaire,mais il fournit beaucoup d’informations utiles.

Merci à Diginomica, un remarquable site d’information sur les tendances du numérique, de m’avoir signalé ces travaux.

Pour vous montrer pourquoi il est essentiel de lire ces différents textes, j’en ai extrait ce tableau.

Human vs ChatGPT scores on tests

Sur 7 tests utilisés dans l’éducation aux Etats-Unis, il compare les résultats de la moyenne des humains à ceux de ChatGPT 3.5 et 4.

Les résultats sont impressionnants:

  • GPT 3.5 obtient de meilleurs scores sur 5 des 7 tests.
  • GPT 4 dépasse les humains sur les 7 tests.
  • Il n’est pas difficile d’imaginer que GPT, 6 ou 7, obtiendront un score maximal sur les 7 tests, avant la fin de 2024.



Les impacts des différentes formes d’Intelligence Artificielle

Oui, tout le monde est conscient que le monde éducatif à de nombreux problèmes à court terme à régler: manque d’enseignants, surpopulation des classes, harcèlement…

Mais ce sont les problèmes à long terme qui deviennent essentiels. Les enfants qui rentrent dans le monde éducatif en sortiront dans 15, 20 ou 25 ans.

Que faut-il leur enseigner aujourd’hui pour qu’ils soient préparés pour affronter les défis d’un monde où l’IA et l’IAG auront augmenté leur puissance dans des rapports supérieurs à 1 million ou plus par rapport à 2023?

ANI AGI ASINous sommes encore, aujourd’hui dans la génération ANI, Artificial Narrow Intelligence, des IA qui font très bien une activité, mais une seule activité.

La génération suivante se nomme AGI, Artificial General Intelligence. Une AGI est capable de faire l’essentiel des activités diverses que peut réaliser un humain, au moins aussi bien.

La troisième famille, qui devrait suivre très vite après la génération AGI se nomme ASI, Artificial Super intelligence. Une ASI fait tout ce que sait faire un humain, mais… beaucoup mieux.

J’ai abordé ces sujets dès 2017 dans deux billets de blog:

La question qui agite beaucoup en ce moment la communauté des professionnels de l’IA est celle de la date à laquelle l’AGI sera opérationnelle. Certains l’annoncent pour la fin de cette décennie d’autres pour dans plus de 100 années.

Amazon name an AGI ExecutiveDébut août 2023, Amazon a nommé un dirigeant de très haut niveau responsable de l’AGI. Il sera rattaché directement au CEO d’Amazon, Andy Jassy.

C’est un signal fort: je ne pense pas qu’Amazon ait prévu d’attendre 100 ans avant d’avoir des résultats…

 

Repenser l’enseignement

Dans la suite de mon analyse je fais l’hypothèse, raisonnable à mon avis, que l’AGI sera opérationnelle quand les enfants qui rentrent dans le système scolaire en 2023 auront terminé leurs études, en 2038.

Entre l’entrée dans le primaire et la sortie du système éducatif, quel devrait être le contenu de ce long parcours éducatif d’une quinzaine d’années?

ANI AGI education

Comment, en permanence, faire évoluer les enseignements pour s’adapter le moins mal possible aux évolutions très rapides et imprévisibles de ces outils d’IA?

Si l’AGI est omniprésente, capable de tout faire mieux que chaque humain, il faut se poser ces questions “existentielles”, et immédiatement.

Quel sera l’intérêt de l’éducation si les hommes et les femmes n’ont plus aucun avantage concurrentiel par rapport aux outils d’AGI?

AdS DPC enfant calcul tableau S 392084061Sera-t-il encore nécessaire de savoir lire, écrire, calculer, rédiger un document ou une thèse?

Je n’ai pas de réponses magiques à ces questions, mais le fait même qu’il faille se les poser immédiatement est un signe fort que nous sommes face à une révolution dans le monde éducatif comme nous n’en avons pas connu depuis Gutenberg.

Avant l’invention de l’imprimerie par Gutenberg, les étudiants écoutaient les professeurs qui donnaient leurs cours oralement. Ils étaient capables de tout mémoriser et de répéter, mot à mot, des cours de plusieurs heures. J’imagine les réactions négatives des professeurs de l’époque quand les élèves ont dit: “nous pouvons trouver les textes de vos cours dans des livres, pourquoi les mémoriser dans leur intégralité.”

Je constate déjà les premiers impacts de l’IA sur ces sujets des compétences scolaires.

Avec WizyVision, nous avons construit un outil SaaS au service des équipes terrain.

WizyVision embarque beaucoup d’Intelligence Artificielle autour de la photo et de la voix. Ceci permet aux travailleurs terrain d’utiliser leur smartphone sans avoir besoin du clavier. Ce n’était pas prévu au départ par WizyVision, mais nous avons découvert que l’illettrisme est un fléau mondial: 48% de la population mondiale est illettrée, incapable de comprendre un texte écrit.

Ads DPC Illetrisme livreEn pratique, WizyVision permet à des personnes qui ne savent pas lire ou écrire de rentrer dans le monde du numérique. Toute personne qui sait prendre une photo avec son smartphone et ajouter un commentaire vocal peut utiliser son smartphone et saisir des informations que l’on peut transmettre aux applications informatiques existantes. 

 Dans le monde, coexiste aujourd’hui deux déficiences informationnelles différentes:

  • Illectronisme: incapacité par des personnes qui maîtrisent la langue à utiliser les outils numériques.
  • Illettrisme: capacité à utiliser les outils numériques par des personnes qui ne maîtrisent pas la langue.

Et si, demain, l’illectronisme devenait une déficience plus pénalisante que l'illettrisme?

Ce sont des questions qu’il faudra avoir le courage de se poser.

Quels seront les métiers pour lesquels les humains auront encore un minimum d’avantages sur les IA? J’ai abordé récemment ce thème dans un billet de blog.

 

Résumé

AdoS DPC MEN Français S 536372297_Editorial_Use_OnlyTous les pays devront répondre à ces questions, et très vite.

Quelles sont les bonnes, ou les moins mauvaises réponses? 

Être ministre de l’Education, c’est probablement le métier le plus important et le plus difficile du monde aujourd’hui.

La pire des réponses, ce serait de continuer comme si rien n’allait changer. 

Il faudra, dans les mois qui viennent:

  • Prendre des décisions difficiles.
  • Refondre tous les programmes d’enseignements de fond en comble, du primaire à l’université.
  • Former les enseignants et leur demander de tout changer dans leurs métiers actuels.
  • Accepter de modifier en permanence les cursus d’enseignement.

Combien de pays seront prêts à mener cette révolution majeure? 

Combien en auront le courage politique?