Les “anciens” sont formidables !
Vidéo Blog, par Jean-Michel Billaut

Stockage Web illimité et gratuit ; vers un duel de Titans ?

Duel2 Je parle rarement de produits ou services non disponibles rapidement ;
le sujet que j’aborde aujourd’hui mérite une exception, car il annonce une évolution majeure du Web, et il est important d’y réfléchir, immédiatement.
Dans les 12 mois qui viennent, tous les utilisateurs du Web, soit plus d’un milliard de personnes, se verront proposer des “services” de stockage de toutes leurs informations, textes, photos, images et vidéos.
Des services de ce type existent déjà, aujourd’hui ; où se trouve donc l’innovation ? Elle tient en deux mots :
- Illimité
- Gratuit

Les deux entreprises qui vont s’opposer le plus dans les années qui viennent pour prendre le leadership d’une informatique grand public Web 2.0, sont Microsoft et Google. Les informations dont on dispose maintenant montrent que l’une des armes les plus redoutables choisie par ces deux titans de l’informatique sera de proposer des services de stockage illimités et gratuits.
L’offre de Microsoft, Live Drive, fera partie de la plateforme Windows Live.  Elle pourrait êtreWindows_live_beta annoncée dans les mois qui viennent.  C’est ce que laisse entendre Ray Ozzie dans un long et passionnant interview de la revue américaine Fortune. (Lire aussi "Bill (Gates) aurait-il compris ?” sur mon blog)

Googledrive On ne connaît pas avec précision le calendrier de GDrive, l’offre concurrente de Google. Les informations publiées récemment par l’un des blogs de veille technologique les plus sérieux, TechCrunch, donnent un avantage calendaire à Microsoft.  GDrive pourrait n’arriver qu’en 2007.

Ces annonces représentent un changement majeur dans les modèles économiques actuels, basés en priorité sur des offres de services logiciels gratuits.
Les coûts matériels de ces offres seront élevés ; il faudra construire des fermes de serveurs de stockage gigantesques et dimensionner les réseaux pour permettre les transferts rapides, en montée et en descente, de ces volumes de données.

Je vous propose de faire un rapide calcul sur des bases raisonnables, à fin 2008 :
- 100 millions de clients pour chacun des services.
- 50 GB de stockage par client : c’est la taille minimale d’un disque dur de PC, aujourd’hui.
Ceci représente quand même une capacité respectable de ... 5 ExaB.
(Ce calcul ne tient pas compte des fonctions de back-up et de duplication qui seront nécessaires.)
Vous ne connaissez pas encore l’Exa ?  Une rapide mise à niveau des échelles de mesure s’impose ; au-delà du mega on trouve, dans l’ordre croissant :
    giga - tera - peta - exa -zetta - yotta.

Les investissements à réaliser dans les réseaux qui donneront accès à ces fermes de serveurs seront, eux aussi, importants.  Il ne faudra pas que ces réseaux soient l’un des maillons faibles de la chaîne de transmission entre le serveur et le poste de travail des clients.  Ceci suppose un minimum de 10 Mbit/s par utilisateur simultané.  Si l’on prend comme hypothèse que 5 % des utilisateurs peuvent demander des accès au même instant, on arrive à un débit de ... 50 Terabit/s.Phtobucket_home_small
PhotoBucket, qui propose des hébergements photos et vidéos gratuits, a 14 millions de clients et enregistre 30 000 vidéos nouvelles par jour.  PhotoBucket consomme ... 2 % du trafic Internet US.

5 ExaB de stockage, 50 Terabit/s de transfert : même en tenant compte des réductions de coûts des infrastructures, ces chiffres demandent des investissements colossaux, en milliards de dollars. Faut-il chercher beaucoup plus loin l’une des raisons qui ont poussé Google à lever 4 milliards de dollars supplémentaires cette année ?

Impacts sur les offres actuelles

Titans_by_microsoft Ce qui c’est passé avec l’arrivée de Gmail peut servir d’illustration. Quand, en 2004, Google a annoncé Gmail avec 1GB de mémoire gratuit, tous les concurrents ont dû réagir.  Au lieu des rachitiques 10 MB que j’avais, Netscape me propose maintenant 250 MB et Yahoo 1GB. Pendant ce temps, Google continue à augmenter ma capacité de stockage, qui est aujourd’hui de 2,7 GB.

En 2009, proposer des stockages payants sur le Web deviendra commercialement très difficile ! Tous les acteurs actuels de ce marché devront aller vers la gratuité ; aujourd’hui, PhotoBucket facture $25/an pour 5GB.
Yahoo, eBay, Amazon et quelques rares autres grands du Web auront les moyens de suivre ; en auront-ils la volonté ?
Il y aura de moins en moins de place pour des petites structures, financièrement incapables de supporter des investissements aussi massifs dans des infrastructures.

Réactions possibles des clients

Toutes mes photos, tous mes documents, toutes mes vidéos, sur le Web, et gratuitement ? Génial !
Ce sera vraisemblablement la première réaction des clients à qui un tel service sera proposé.  Il faudra pourtant se poser des questions sérieuses sur les impacts potentiels d’une telle offre :
- Sécurité : le premier réflexe des clients sera probablement de se demander ce qui se passera si leurs données disparaissent.  Ce risque sera, à mon avis, mineur. Google et les autres offriront sûrement des niveaux de sécurité largement supérieurs à ceux que l’on peut obtenir sur son PC ou avec un back-up local.
- "Privacité" : c’est, à mon avis, le problème le plus sérieux.  Quels seront les usages faits de cesVideo_emmanuelle_1 informations par Microsoft ou Google, en termes de publicité, par exemple.  Recevoir des emails me proposant des revues ou des DVD du même style que ceux que j’ai archivés pourrait être embarrassant, dans certains cas !
- Confidentialité : même en faisant confiance à Google ou à Microsoft pour protéger au mieux ces informations des regards indiscrets, nous savons tous que les solutions infaillibles n’existent pas.  Que se passera-t-il si une personne, mal intentionnée, arrive à accéder à mes informations ? Quels dangers en découlent ?

Conséquences pour les DSI

L’informatique Web 2.0 est plus avancée, en terme de services proposés au grand public, que les applications existantes dans les entreprises.
D’ici à 2008, un grand nombre de salariés auront accès à ces services de stockage gratuits et illimités. 
Ils comprendront de moins en moins que leur DSI favori limite la taille de leur boîte aux lettres professionnelle à des dimensions ridicules, de l’ordre de 100 MB.

Google a déjà annoncé que Gdrive sera aussi disponible pour les entreprises. C’est déjà le cas pour Gmail : l’entreprise “Microcost” peut créer des boîtes aux lettres “nauges@microcost.com” qui sont hébergées par Gmail. La priorité initiale sera donnée aux PME qui pourront ainsi disposer d’un stockage illimité de tous leurs documents.

L’autre conséquence majeure de ces offres et que l’on apprendra vite que l’on peut accéder à l’ensemble de ses données, depuis tout objet doté d’un navigateur, sans avoir besoin de garder les données, localement.  Ce mouvement vers la recentralisation des informations est en marche, tant pour le grand public que pour les entreprises.

Rapidement, dans l’esprit des dirigeants, va s’ancrer cette logique de ressources informatiques infinies, à coût nul ou très faible.  Les challenges que cela va poser aux DSI et aux fournisseurs traditionnels seront majeurs ; comment expliquer que, dans les entreprises, et surtout dans les grandes, cette logique ne s’applique pas ? Difficile !
Cette dynamique est déjà très réelle dans le monde du logiciel ; la pression sur les prix est de plus en plus forte, poussée par les solutions économiques Open Source.

Lisbonne_air_france_1 Il devient difficile, pour Air France ou Iberia, de vendre des billets d’avion chers quand les clients ont en tête des prix “Low cost”.
Il deviendra de plus en plus difficile de vendre des infrastructures et des applications “chères” quand les clients auront goûté aux joies de l’informatique “Micro-cost” !


Préçisions sur les volumes de stockage (27 Avril 2006)

Il faudra réviser à la hausse les chiffres estimés sur les capacités de stockage nécessaires.  A la date d'aujourd'hui, Google annonce sur son site qu'il utilise déjà plus de 2,7 ExaB pour les 50 millions de clients de Gmail.  Les 5 ExaB que j'avais calculé me paraissent maintenant sous évalués ; multiplier par 10 ce chiffre, à l'horizon 2009, me semble plus réaliste.

Commentaires