L’innovation, une des clefs de la réussite ?
Les “anciens” sont formidables !

Innovation : deux exemples récents de Google

Google est classé numéro deux mondial des entreprises innovantes (voir bog précèdent sur BusinessWeek). Pourquoi ? Est-ce justifié ?
Deux exemples, très récents, très différents, vous persuaderont, je l’espère, que ce classement est largement mérité.

Maxim_las_vegas_pub_for_google_1 Maxim, une revue américaine pour hommes, dans la lignée de PlayBoy, a imaginé la première publicité ‘grand format” au sol, visible depuis... Google Earth.
Comme le montre l’image jointe, Maxim a construit, dans le désert du Névada, près de Las Vegas, une gigantesque image au sol, pour qu’elle puisse être vue par tous les utilisateurs de Google Earth. C”est manifestement le seul objectif de ce panneau publicitaire, non visible par un simple terrien passant à coté.

Les premiers annonceurs qui ont utilisé des panneaux routiers, au début de l’automobile, ont du entendre les mêmes critiques que celles qui seront faites à Maxim dans cet exemple ! Stupide, inutile, argent dépensé bêtement...

Ce qui me paraît intéressant dans ce premier exemple, c’est que cette “innovation” n’est pas venue directement de Google, mais dans l’écosystème que Google a su créer en ouvrant largement à des milliers de partenaires les API de son application GoogleEarth.
Je suis sur que personne, chez Google, n’avait imaginé un tel usage de ce service lorsqu’il a été lancé, courant 2005.

Google_home_page_da_vinci
Le deuxième exemple est plus significatif car Google est l’un des acteurs directs de cette innovation.
Depuis le début de cette semaine, Google et Sony ont lancé conjointement un jeu-concours qui précède la sortie mondiale du film “Da Vinci Code", le 19 mai 2006.
Sur la page du nouveau portail que souhaite pousser Google, a démarré un concours qui demande aux participants de résoudre des énigmes, de plus en plus complexes au fur et à mesure que la date de sortie du film se rapproche.
C’est la première fois que Google signe un accord de ce type avec un studio de cinéma. Pourquoi ? Où réside l’innovation ?

On trouve dans ce projet beaucoup d’ingrédients intéressants :Google_home_page_da_vinci_puzzle
- Il faudra visiter le site souvent, car il est “contraint temps” et seuls les 10 000 premiers participants qui auront répondu correctement aux premiers 24 puzzles pourront continuer.  Ceci obligera les participants à visiter souvent leur page Google pour être sur de ne pas rater l’un des tests
- Il faut disposer d’une adresse email gmail pour s’inscrire ; ceci devrait permettre à Google d’ajouter quelques centaines de milliers de membres aux plus de 50 millions existants.
- C’est un challenge intellectuel fort qui est proposé aux concurrents, très en ligne avec l’image de Google, repère des meilleures intelligences informatiques du moment.  Tous les développeurs de Google doivent consacrer 20 % de leur temps à des recherches personnelles ; sur l’intranet, uh hit parade des projets les plus prometteurs est mis à jour en permanence. La concurrence est féroce pour obtenir que “son” projet obtienne le feu vert du DG pour devenir, peut-être, un futur produit bêta Google;
- Le film ne l’a pas été au hasard ; il est bien ciblé, haut de gamme, intellectuel, en ligne avec le profil de nombreux utilisateurs de Google.
J’aurais été très surpris si Google avait choisi de promouvoir Rambo V !
-
Je vous propose quelques pistes de réflexion basées sur l’analyse de ces deux exemples.

Dans les deux cas, il ne s’agit pas d’innovations “stratégiques” mais de la mise en œuvre d’idées simples et qui s’appuient sur les outils et solutions déjà existantes chez Google.
Dans les deux cas, il s’agit d’innovations ‘”partagées”, avec Maxim ou Sony.  Les entreprises, et surtout les plus innovantes, ont totalement abandonné le syndrome du NIH - Not invented Here- et cherchent à partager leurs compétences.
Dans la même logique, Google n’hésite pas, quand il rencontre une innovation extérieure, à racheter l’entreprise qui en est à l’origine.  L’acquisition en mars 2006 de Writely, un logiciel d’écriture Web 2.0, illustre ce pragmatisme.

Innover ne demande pas, obligatoirement, des moyens énormes, des laboratoires sophistiqués, des projets multi-annuels ou des budgets pharaoniques.  Les entreprises qui ont su créer une culture forte d’innovation, à tous les niveaux de l'organisation, sont capables de produire, à jet continu, des innovations raisonnables qui font partie du quotidien de leurs activités.

Home_page_google_da_vinci NB : Ce concours est, hélas pour les Français, réservé aux personnes habitant les USA, la Grande Bretagne ou l’Australie.

Commentaires