Vidéo Blog, par Jean-Michel Billaut
SOA vs MashUp

Microcost, en visite chez ... Microsoft !

(Pour ceux que ne le sauraient pas, je suis Président de Microcost)

Microsoft organisait à Paris, jeudi 27 avril, la conférence MIX06, dans la suite de celle qui avait eu lieu aux USA il y a quelques semaines.

Mix_paris_complet Je me suis inscrit à cette journée à laquelle je souhaitais participer de bout en bout. C’était important pour toute personne qui souhaite mieux comprendre quels sont les axes stratégiques de Microsoft dans Web 2.0.
La salle du théâtre Marigny était comble, les inscriptions ayant été arrêtées il y a quelques jours.

Je n’ai pas pu, hélas, rester pendant toute la conférence pour un problème de ... sécurité ! Nous sommes tous très heureux que Microsoft prenne la sécurité au sérieux, mais il me semble parfois qu’ils se trompent de cibles.
Lorsque j’ai voulu entrer dans la salle du théâtre, il y avait des gardes de sécurité à toutes les portes, équipés de détecteurs de métaux, ce que je comprends. Les choses se sont compliquées quand ils m’ont annoncé que... personne ne pouvait rentrer avec un ordinateur portable !

On croit rêver ! Interdire à plusieurs centaines d’informaticiens professionnels l’utilisation de leur outil de travail pendant une journée entière relève du délire sécuritaire. Même dans les avions qui volent aux USA, je peux me servir de mon portable et accéder à un réseau Wi-Fi.

Depuis le temps que Microsoft annonce sur tous les toits qu’il a fait de la sécurité sa priorité numéro un, j’ai pu vérifier que c’était vrai. Simplement, je croyais, naïvement, qu’ils parlaient de la sécurité de leurs produits logiciels.

Une journée sans pouvoir prendre des notes, sans accéder à mes mails... impensable !
C’est bien la première fois, depuis très longtemps, tous pays confondus, que je ne peux pas entrer dans une conférence informatique avec mes outils de travail.
Que Microsoft, qui se fait, à juste raison, le promoteur permanent de la mobilité, du TabletPC, de l’informatique utilisable partout, bloque l’usage de ces outils est, au choix :
- incompréhensible. 
- imbécile
- Inquiétant.

Le message transmis est très simple : vous n’avez pas un besoin impératif de ces outils pour votre activité professionnelle, c’est un “petit plus” dont on peut très bien se passer. 
Comble de l’ironie, j’étais assis au second rang pendant l’exposé de Steve Ballmer; il s’est, à un moment, tourné vers les deux premiers rangs en se moquant “gentiment” des personnes qui prenaient... des notes à la main !
J”en étais, mais bien malgré moi !

J’imagine ce que diraient les clients de Bic si, en arrivant au siège de cette entreprise, on confisquait tous les stylos à bille à l’entrée ! Ridicule.

Revenons à l’essentiel, le contenu de cette réunion.

Le Directeur Général de Microsoft, Steve Ballmer, était la vedette de la journée, ce qui est un signeSteve_balmer_seated fort que Web 2.0 est pris très au sérieux par les dirigeants de Microsoft.  Je suis donc revenu pour assister à sa présentation. 
Sur la forme, rien de particulier, on est loin des gesticulations immortalisées dans la célébrissime vidéo “dancemonkey” !

Parmi les nombreux points positifs repris dans cette présentation, j’ai spécialement noté :
- La promotion “appuyée” des postes clients intermédiaires entre les postes lourds et les clients légers, prenant le meilleur des deux mondes. Le PC n’est plus la seule option ; TV et objets mobiles sont aussi cités. Un CWR, Client Web Riche doit conserver l’ergonomie d’un client lourd et être aussi facile et économique à gérer qu’un client léger. Facile à dire ...
- L’importance de la dimension multimédia des interfaces utilisateurs.
- La reconnaissance que Web 2.0 s’appuie en priorité sur des communautés d’utilisateurs.
- Le changement des “business models” du monde du logiciel, qui ira de plus en plus vers les démarches de souscriptions et de financement par la publicité.
- La reconnaissance que Web 2.0 est une véritable rupture : j’ai relevé la phrase : “Change the world, again !”.

La séance de questions réponses.

Questions_steve_ballmer Microsoft a préparé la séance de question dans une logique Web 2.0, très communautaire.  Les questions pouvaient être posées par toutes les personnes inscrites et chacun pouvait voter pour ses questions favorites. En contrepartie, les questions “live” étaient impossibles ; je ne suis pas sur que si Web 2.0 doit interdire l’interactivité en réunion, son succès soit garanti !

Quelles sont les réponses qui, personnellement, m’ont paru pertinentes ?
- Respect des standards W3C : la réponse avait le mérite de la clarté ; nous sommes prêts à suivre les standards mais... pour tout ce qui permettrait à Microsoft d’augmenter sa compétitivité, n’y comptez pas.
- Logiciels Open Source : Oui, nous sommes en concurrence avec eux, mais nos armes, pour gagner, sont : innovation et un TCO plus bas.
- Acquisitions : Tous les ans, nous achetons plus d’entreprises que l’année précédente. Nous avons acheté 15 entreprises l’année dernière. 
(Grand sourire dans la salle quand il a annoncé que Microsoft venait d’acheter une entreprise pour 20 millions de dollars, en faisant passer le message que c’était du “pocket money” pour eux.)
- Notre concurrent principal : nos clients, qui utilisent déjà une version de nos logiciels, et qui ne sont pas convaincus que les nouvelles versions ont une valeur ajoutée suffisante pour les acquérir. Je partage tout à fait son point de vue et c’est un challenge majeur pour Microsoft !

Ballmer et... Google
Tout le monde sait que si l’on veut se fâcher avec Steve Ballmer, il suffit de citer Google.  Cette conférence a confirmé que Google est clairement identifié comme l’ennemi public numéro 1 de Microsoft.
Pendant son exposé, Steve Ballmer a cité plusieurs fois Yahoo, eBay ou Amazon.  Il a fallu attendre la fin de son exposé pour que le mot Google soit prononcé, une fois, et très discrètement.
De manière encore plus significative, lors de la séance des questions-réponses, la question qui était en tête de liste des préoccupations des personnes qui avaient répondu à l’enquête ; “ Que pensez-vous de la stratégie de Google ?”, a été posée.... en dernier !

Impacts immédiats pour les DSI

Ce n’est pas cette conférence qui va modifier profondément la position de Microsoft.  Elle permet, cependant, de confirmer sa stratégie émergente.
Microsoft a clairement embrassé le Web 2.0. Toutes les équipes Windows Live et Office Live développent des services Web intéressants, avec des nouveautés fréquentes.
Sur ce marché très concurrentiel, Microsoft n’est pas dominant comme il l’est sur les PC mais ce sera un des grands fournisseurs. 
Microsoft, Yahoo, Google, eBay, Amazon sont les poids lourds actuels de l’offre Web 2.0 ; je ne pense pas que l’un d’entre eux devienne aussi dominant et “quasi monopolistique” comme l’a été Microsoft dans les années 90.
L’exposé de Steve Ballmer a beaucoup plus insisté sur le marché grand public que professionnel ; ceci est en ligne avec l’ensemble du marché Web 2.0 qui cible en priorité le grand public. Myplace.com,  est leader des sites de “social networking” ; 85 % de ses clients sont des collégiens américains.
Rien de significatif n’est annoncé pour le marché professionnel ; Windows Vista a été cité une seule fois par Balmer pendant son exposé.
Pour le marché professionnel, Microsoft vise en priorité les développeurs avec son offre Atlas, un framework AJAX de qualité. 
Ce sera le grand concurrent des offres construites sur la plateforme Open Source Eclipse, qui regroupe tous les autres grands acteurs du marché.

Commentaires