Bureautique raisonnable, et Web - l’obsolescence des suites obèses !
Les applications, demain ? - Dialogue avec Jean-Pierre Corniou

Windows sur Mactel : Quelles conséquences dans les entreprises ?

Bootcamp_1 Apple vient de donner son “blanc-seing” à l’utilisation de Windows XP sur ses nouvelles machines Mactel, qui utilisent les processeurs Intel.
Pour le faire, il suffit d’installer la version ß du logiciel Boot Camp sur son ordinateur pour pouvoir démarrer, au choix sur MacOS X ou sur Windows XP.

Il faut tout d’abord saluer la performance technique réalisée, rapidement.
Cette fonction de “Dual boot” semble bien construite ; les utilisateurs pourront, à tout instant, passer d’un OS à l’autre.
Dans les mois qui viennent, le “triple boot”, obtenu en rajoutant une version professionnelle de Linux, sera une réalité ; il permettra aux informaticiens avertis de se régaler en choisissant, selon leurs besoins ou leur humeur l’un des trois 0S du poste de travail du marché.
Pour compléter cette approche démarrage multiple, on trouvera aussi, avant la fin de l’année, des outils performants de virtualisation, permettant de faire fonctionner simultanément deux ou trois de ces OS. La société Parallels présente déjà une offre dans ce sens.

Quelles sont les intentions de Steve Jobs ? Quels en seront les impacts sur le marché des PC, enSteve_jobs_stanford particulier dans le monde des entreprises ?
Essayons d’y voir clair, même si les réponses ne sont pas évidentes !

Un premier signal fort a été donné par la bourse de New York où le titre Apple a gagné près de 10 % dans la journée qui a suivi cette annonce.(graphique joint de Google Finance)

Apple et Microsoft ont tous les deux annoncé “Urbi et Orbi” qu’ils ne proposeraient pas de support technique aux utilisateurs de Boot Camp.  Il n’est pas très difficile d’imaginer que ce discours officiel sera vite adapté aux réalités du terrain.  N’oublions pas non plus que Boot Camp fera partie de la prochaine version, Leopard, de MacOS, disponible au deuxième semestre 2006.

Apple_share_after_bootcamp_1 Je serais très surpris que la banque japonaise Aozora qui a annoncé cette semaine qu’elle remplaçait tous ses PC (plus de 2 500 machines) par des Macintosh ait pris cette décision sans espérer la moindre assistance d’Apple !

Pour les utilisateurs domestiques, le plus évident sera certainement l’accès à tous les jeux vidéos du monde PC Windows ; l’offre ludique sur Macintosh était jusqu’à présent beaucoup moins riche.

Quels impacts dans les grandes entreprises ?

Le Macintosh avait perdu la bataille des grandes entreprises il y a dix ans, avec l’arrivée des applications Client/serveur Windows.  Il existe quelles poches de résistance dans des départements isolés, tels que la communication ou la création graphique.

Quelles pourraient être les raisons qui amèneraient un DSI à proposer à sa Direction Générale d’équiper tout ou partie des collaborateurs de ces nouveaux Macintosh, en substitution des PC existants ?

Xp_on_mac_2_1 Sur le plan technique, les principaux obstacles sont levés ; il restera des difficultés ponctuelles, comme la gestion de périphériques spécialisés tels que les lecteurs de chèques ou les imprimantes spécialisées.
S’équiper de Macinsosh pour utiliser exclusivement Windows XP n’a aucun intérêt ; ce changement n’a de sens que si, progressivement, l’entreprise souhaite que les utilisateurs basculent sur MacOS/X.

Utilisateur Macintosh depuis 20 ans, j’en connais bien les avantages concurrentiels forts, indéniables : fiabilité, sécurité, ergonomie. Malgré tout, 20 ans après, les débats MacOS - Windows sont toujours aussi vifs ! Il suffit de lire les forums et les blogs que déclenche toute annonce dans ces domaines.
Ces avantages classiques sont-ils suffisants pour justifier un basculement généralisé ? Honnêtement, je n’en suis pas convaincu.

A l’horizon 2011, les questions essentielles concernant les postes de travail seront l’arbitrage entre postes puissants et postes allégés d’un côté, fixes ou mobiles de l’autre.
Pour toute entreprise qui envisage de garder un pourcentage significatif de postes puissants, les options opérationnelles sont maintenant au nombre de trois :
- Rester sur le monde Windows, avec Vista
- Utiliser les MacTel, MacOS étant l’OS cible
- Des postes de travail Linux

TCO, confort des utilisateurs, sécurité seront les paramètres clefs du choix, maintenant que la technologie est devenue raisonnablement transparente.
Sur ces trois dimensions, les MacTel sont bien placés. Toute analyse, objective, devrait permettre aux MacTel, fixes et mobiles, de prendre une place plus importante dans les infrastructures des grandes entreprises.

Le MacTel, un citoyen parmi d’autres dans la grande famille des postes de travail, ni hégémonique, ni marginal, cette situation pourrait se banaliser dans les cinq années qui viennent.

Dans ce lent, et difficile mouvement vers une raisonnable variété des solutions dans tous les domaines de l’infrastructure informatique des grandes entreprises, l’arrivée de Windows sur MacTel est une bonne nouvelle ; elle permet aux décideurs de proposer à leurs clients des solutions qui collent de mieux en mieux à leurs véritables attentes.

Welcome back, Mac !

Mise à jour du 10 Avril

Ce n'est probablement pas un hasard si le groupe d'études Pfeiffer Consulting vient de publier une longue étude sur les TCO relatifs des postes Windows vs Macintosh.

C'est une étude payante, ce qui me parait normal. Vous pouvez quand même obtenir, sur leur site, des informations gratuites utiles par téléchargement de quelques pages du rapport, ce que j'ai fait. 

Cette étude a été réalisée avec des Macintosh "classiques", avant l'arrivée des MacTel ; j'espère qu'il realiseront très vite une mise à jour de l'analyse avec ces nouvelles machines.

Commentaires