Du “Wi-Fi-Fi” chez les télécoms
Une bonne nouvelle pour les fans du Web 2.0

Contenus dématérialisés (suite) : le marché explose !

Bo_4_system_1 Je n’ai pas la prétention de croire que ce sont mes deux textes récents qui ont fait bouger le marché, mais, en moins d’une semaine, trois événements, parmi d’autres, confirment mes intuitions. 
Demain, très vite, il sera possible de se procurer des contenus, images, sons, vidéos, sur des supports informatiques effaçables.

Bang & Olufsen (B&O), Amazon, Business Week : trois exemples qui montrent que ce mouvement s’accélère, est irréversible.

Sauf surprise “eneaurme”, Apple annoncera aussi, le 12 septembre, premier jour d’Apple Expo à Paris, l’ouverture de sa boutique de distribution de films online.  Les principales inconnues concernent l’étendue de l’offre et la politique de prix.

B&O System 4

B&0 vient d’annoncer une nouvelle chaîne musicale, avec une publicité pleine page cette semaine dans l’Express ; il s’agit du modèle, System 4, au design remarquable, comme d’habitude pour cette marque.
Beethoven_sd_card_1 L’innovation, car c’en est réellement une, est que cette chaîne dispose d’un lecteur enregistreur de mémoire flash au format SD.
Comme le montre la publicité, tout Beethoven tient sur ... 1 carte SD de 2Go, ce qui est moins encombrant que les dizaines de CD de Mozart et Bach !
La qualité de l’image n’est pas exceptionnelle, je m’en excuse, mais B&0, que j’avais contacté à ce sujet, a refusé de me transmettre une image de bonne définition ; j’ai donc été obligé de scanner la publicité.

Carte_sd_sur_b0_1 Le reproducteur de CD permet aussi d’enregistrer le contenu du CD sur la carte SD.  Un mélomane n’a plus besoin d’avoir un ordinateur pour réaliser le transcodage.

B&0, qui a bien compris la demande potentielle, permet ensuite à chacun de récupérer cette musique sur carte SD pour la relire sur un baladeur compatible.
Beocard_multilecteur C’est le “ Nirvana” pour les amateurs de musique qui, avec leur petite carte SD, peuvent, en tous lieux, sur différents objets, écouter leurs compositeurs favoris.  Il faudra simplement faire attention de ne pas perdre la carte SD !  Heureusement qu’on peut en faire une copie de sécurité sur un disque dur ou, mieux encore, sur Internet.

Je pense qu’il est clair pour tous que B&0 ne m’a pas “payé” pour ce texte, que je ne possède pas de chaîne B&0 et qu’ils ne m’ont en rien facilité la tâche, c’est le moins que l’on puisse dire !

Amazon.com ouvre une boutique de films “online”.

Amazon_unbox_video_download_2 Depuis hier, de manière semi-confidentielle, Amazon.com a ouvert une boutique, Amazon Unbox, qui permet de télécharger des films provenant des grands studios.

Je pense que cette annonce précipitée a été faite pour essayer de couper l’herbe sous le pied d’Apple, qui a invité les journalistes à une grande conférence de presse le 12 septembre.
Le texte sur le carton d’invitation, “Its showtime”, laisse peu de place à l’ambiguïté sur les annonces qui seront faites.

Apple_showtime Unbox est pour le moment un service doublement “exclusif” : il est réservé au marché américain et aux utilisateurs de Windows, car il utilise le DRM de Microcost.
Heureusement, comme le fait remarquer, avec humour, Techcrunch, les logiciels anti DRM sont déjà disponibles sur le Web !

Brigands_1 Je ne désespère pas que, dans un jour pas trop lointain, les dirigeants d’Amazon comprennent que leurs clients ne sont pas des brigands de grand chemin et qu’il serait peut-être temps de leur faire confiance !

Cette paranoïa anti piratage est ridicule : il suffit de proposer aux clients des contenus à des prix raisonnables pour que le problème disparaisse !
Ceci m’amène à parler d’un article publié par Business Week online.


Business Week, sur la vente directe de musique

Ma revue américaine favorite, Business Week, propose à ses abonnés une lettre d’information quotidienne, toujours passionnante.
Elle publie aujourd’hui un article sur les avantages de la vente directe de musique, sans passer par les intermédiaires classiques, (archaïques?) que sont les majors.
Cet article présente, entre autres, le cas d’un petit groupe musical, Maybe Pete , qui a gagné de l’argent en vendant ... 1000 exemplaires d’un CD après un peu de promotion sur le site mySpace et en distribuant gratuitement leur single. 
Business Week estime qu’il aurait, était nécessaire, par les canaux traditionnels, de produire 100 000 CD, 100 fois plus, pour que les musiciens obtiennent le même bénéfice. Sans commentaires !

Je pourrai multiplier les exemples à l’infini.  Je vous propose deux autres illustrations de ce mouvement vers la distribution de contenus dématérialisés :

MP3Tunes, qui propose de la musique et le stockage online de vos collections musicales
Green_cin_divx_1
Greencine, où l’on peut louer ou acheter des films déjà codés en Divx. Ce sont, pour le moment, des films plutôt anciens, car les grands studios boudent encore, bêtement, ces distributeurs “suspects”.

Clicmovies, un site équivalent est annoncé en Suisse, mais je n’ai pas pu y accéder.

Demande des consommateurs + intérêts des artistes + Internet + contenu dématérialisé = cocktail explosif qui sera, très vite, l’équation gagnante de toute la distribution de contenus, musicaux, vidéos ou même textes.

Toute tentative de résister à cette vague de fond est vouée à l’échec.

Dernière minute !

Blogmusic_1 Au moment où j’allais publier ce texte, j’ai découvert, grace à Techcrunch, le site Blogmusic.  Il contient une impressionnante collection de musique, disponible en streaming. Vous avez l’impression d’avoir accès à un iPod de capacité illimitée ; impressionnant !

En recherchant “Ray Charles”, j’ai trouvé 91 thèmes disponibles.

Blog_music_ray_charles_2 Allez y vite, conseille Techcrunch, car il est fort possible que sa présence sur Internet soit très ephémère !

Commentaires