L’économie française face à la révolution du Web 2.0
Web 2.0 : la “N” génération (Nous génération)

Microsoft : Steve Ballmer 1, Ray Ozzie 0

Ozzie Il y a quelques mois, j’avais exprimé l’espoir que m’inspirait l’arrivée de Ray Ozzie aux postes de commande de Microsoft ; il prenait la place de Bill Gates comme CSA - Chief Software Architect.

Ray Ozzie est un innovateur brillant, à l’origine de produits tels que Lotus Notes ou Groove Networks.  Il a une forte culture Web, collaborative, ouverte, multiplateformes.
Il représente le futur de Microsoft, Steve Ballmer étant l’homme des solutions “legacy”, autour des PC, de WIndows et Office.

La mauvaise pente ?

Le Technology Investment Symposium, est un séminaire de haut niveau, organisé par Goldman Sachs, les 26 &  27 février 2007 à Las Vegas.  Parmi les intervenants, il y avait Rich Templeton, CEO de TI (Texas Instruments) et... Ray Ozzie .
PCWorld était présent et a fait un bon résumé de son exposé.

J’ai repris le texte complet, long, en anglais de cette présentation dans un “Google Document” .

J’en ai extrait les points qui m’ont le plus interpellé, venant d’une personne censée représenter les visions innovantes de Microsoft.
L’essentiel des questions posées par les analystes présents concernait Google, qui venait d’annoncer, une semaine auparavant, son offre Bureautique 2.0 professionnelle.

J’ai eu le sentiment que Ray Ozzie était obligé de privilégier le court terme, en protégeant les vaches à lait Windows et Office. Ceci l’amène à dire que les solutions d’avenir, à base de services Web, ne sont que des “compromis”.
Les arguments avancés sont, hélas, aussi classiques qu’éculés :
- Les réseaux n’ont pas la performance nécessaire.
- Il n’est pas possible de travailler quand on est non connecté, “off-line”, et Outlook est donc indispensable.

Tout professionnel honnête de l’informatique, capable d’anticiper ce qui va se passer dans les 12 à 18 mois qui viennent, sait que ces arguments ne tiennent pas.

Chemin de Damas

Chemin_de_damas Le 27 juillet 2006, lors d’une présentation faite par Microsoft aux analystes financiers, Ozzie parlait, très bien du futur et du rôle cler qu'allaient jouer les Services Web dans la stratégie de Microsoft. Le texte complet est disponible sur le site de Microsoft.

J’en ai extrait un court paragraphe :

Ozzie_en_sept_06_2 “Je pense fermement que les services Internet vont jouer un rôle essentiel pour Microsoft dans le futur.  J’ai donc pensé que j’allais consacrer tout mon temps, aujourd’hui sur ce sujet spécifique...En premier, pourquoi je crois qu’un virage fondamental vers les services et une piste d’action nécessaire et appropriée pour toutes les entreprises technologiques en ce point d’inflexion...”

Je comprends le dilemme de Microsoft : il est difficile de scier la branche sur laquelle on est assis quand elle rapporte 20 milliards de dollars par an !

Je suis aussi déçu et triste de voir que Ray Ozzie est obligé de tenir un discours qui ne peut pas ne pas aller contre ses convictions.

Demain ?

Kickboxing Le match n’est pas terminé ; il reste encore quelques rounds avant le verdict final. Il a mal commencé pour Ray Ozzie.
C’est une mauvaise nouvelle pour les clients, les salariés et les actionnaires de Microsoft.

C’est aussi une bonne nouvelle pour les concurrents de Microsoft, qui peuvent continuer à gagner des parts de marché en aidant les entreprises innovantes à préparer leur entrée dans le Web 2.0 sans avoir à se battre contre un acteur majeur de l’informatique qui leur laisse, pour le moment, le champ libre.


Petite mise à jour : Les commentaires de Steve Ballmer !

Ballmer Le 14 mars, devant les étudiants de l'Université de Standford, Steve Ballmer a, gratuitement, donné ses conseils aux dirigeants de Google en leur disant :

"Google should reinvent itself"
(Google doit se réinventer).

Je pense qu'il a fait un lapsus et qu'il voulait dire :
"Microsoft should reinvent itself",
ce que tente de faire Ray Ozzie, contré en permanence par Steve Ballmer !

En créant Google Apps Premium Edition, qui peut (et va ?) faire disparaître demain 80 % des ventes que fait Microsoft avec Office et Exchange, il me semble que Google n'a pas attendu Ballmer pour se réinventer !

Commentaires