Les ors du libre !
Quand les “Top DSI” cogitent sur le Web 2.0 !

Web 2.0, ou comment utiliser nos CPI, “Cycles Perdus d’Intelligence”.

Pc_usages_stats_2 Beaucoup d’entreprises s’inquiètent de la faible utilisation des outils informatiques qu’elles mettent à disposition de leurs collaborateurs.
Que ce soit pour des PC sur les bureaux ou des serveurs centraux, il est fréquent de mesurer le taux d’utilisation et de se lamenter sur le fait que 90 % des “cycles machines” ne sont pas utilisés.

Ne pas surdimensionner des outils informatiques est une décision, de bon sens, mais il ne faut pas oublier que ... la personne qui est devant le PC a un coût et une intelligence incomparablement plus grands !

Chris Andersen, auteur du best-seller “La longue traîne ”, pose très bien la question dans un texte récent sur son blog :
The Awesome Power of Spare Cycles (L’impressionnant pouvoir des cycles disponibles)

Oil_rig J’ai eu envie de rebondir sur son thème : nous disposons tous de ce que je propose de nommer des “Cycles Perdus d’Intelligence” (CPI dans la suite de ce texte) et ce sont des gisements inépuisables, à consommer “sans modération”.


Des gisements inépuisables ... d’intelligence !

Dry_soil24 Les réserves de pétrole disparaissent, nous allons manquer d’eau potable ! Les scientifiques nous alertent, avec raison, sur les pénuries qui menacent notre monde.

Dans le même temps, le nombre de personnes sur terre, donc le nombre de cerveaux augmente.  Même si le niveau d’éducation est encore dramatiquement bas dans de nombreux pays, des progrès majeurs ont été faits au cours des cinquante dernières années. 

Ce potentiel illimité de nos intelligences est très bien résumé par ce célèbre dicton, d’origine chinoise, je crois :

Si l’on donne un poisson à un homme, on le nourrit pour un jour.
Si on lui apprend à pécher, on le nourrit pour la vie...”

(Remarque : Il est très antérieur aux premiers PC !)

Je traverse encore trop souvent des espaces de travail qui “transpirent” l’ennui absolu, où les capacités des personnes présentes sont dramatiquement sous-employées, où la période utile d’activités se mesure en dizaines de minutes par jour.

Contrairement à une idée reçue, la paresse est un défaut rarissime, aussi bien chez les enfants que chez les adultes.
Que faire de ces CPI quand votre activité professionnelle ne consomme que quelques % de la puissance de votre cerveau ? 

- Les laisser en friche : comme toute ressource non utilisée, elle s’atrophie rapidement ; regardez les corps d’anciens athlètes qui ont arrêté toute activité sportive ; leurs muscles se transforment très vite en graisse.  Des entreprises (pas la votre, cela va sans dire !) sont, hélas, trop souvent peuplées de collaborateurs aux “cerveaux adipeux” car on ne leur a pas donné suffisamment d’occasions de faire de l’exercice.

- Les utiliser pour d’autres activités : Wikipedia, Second Life, l’Open Source et de nombreuses autres activités se nourrissent, intelligemment, de ces CPI. 
Sourceforgenet_community_3 95 % des 3 millions de développeurs de la communauté Open Source y participent bénévolement. Un informaticien passionné de son métier, à qui l’on demande de réécrire en Cobol la version 14.5 d’un programme de comptabilité maintiendra son cerveau en activité en participant à un projet Open Source où la consommation des CPI  est plus efficace !

Cette deuxième option est de loin la meilleure, pour le collaborateur et pour l’entreprise. 
Je propose donc une annexe au règlement intérieur de votre entreprise qui dira :
“Tout salarié qui est, momentanément, privé de la possibilité d’utiliser ses CPI pour son travail, est encouragé à travailler sur un projet Open Source, améliorer une entrée dans Wikipedia ou même... s’attaquer à un Sudoku complexe.”


Web 2.0, capteur de Cycles Perdus d’Intelligence (CPI) !

Et si le succès récent du Web 2.0 était né de la conjonction de ces CPI disponibles, de la volonté des personnes de les utiliser et de... nouveaux outils facilitant cette opération ?

J’ai envie de proposer une nouvelle définition du Web 2.0 :

Web 2.0 = ensemble d’outils permettant d’utiliser efficacement les CPI, Cycles Perdus d’Intelligence.

Web_20_panneau_solaire L’analogie avec les panneaux solaires s’est immédiatement imposée : ce sont des outils opérationnels, simples, fiables, capables de transformer en énergie une ressource sans limite, le rayonnement solaire.

Je vous propose donc de regarder, à partir d’aujourd’hui, les blogs, Wikis et autre Google Apps comme des ... capteurs de CPI.
Difficile d’imaginer un investissement plus rentable : ces outils collaboratifs Web 2.0 sont très économiques, ont été testés dans le grand public pendant plusieurs années et permettent de transformer, très vite, une énergie inépuisable que vous avez à votre disposition ; les CPI de vos collaborateurs.


Le meilleur investissement : installer des capteurs de CPI

La situation est claire :
- Dans toutes les entreprises, il existe des gisements gigantesques de CPI dans les cerveaux de leurs collaborateurs.
- Les outils Web 2.0 sont disponibles, pour capter cette énergie inépuisable.
- Reste une question : où les installer, en priorité ?

Four_solaire_odeillo Ce n’est pas par hasard si le four solaire de Font Romeu a été installé dans les Pyrénées Orientales, dans un site ou le niveau d’ensoleillement est maximal.  Ce n’est pas faire injure à mes amis bretons de dire que Brest n’aurait pas été le meilleur site pour cet outil.

Je vous propose une démarche d’analyse qui vous permettra de trouver, dans votre organisation, les meilleurs emplacements pour vos panneaux solaires Web 2.0.
En suivant cette analogie “solaire”, j’ai construit une matrice à quatre positions, comme le font tous les grands cabinets d’études. Il semblerait que, au-delà de quatre, les managers ont du mal à assimiler le modèle !
Quadrant_mteo_web_20 Les deux axes d’analyse sont :

- La puissance des rayons solaires : le soleil produit plus d’énergie sur l’équateur qu’au Pôle Sud.

- Le niveau de nébulosité : Douala voit beaucoup plus de nuages que Tombouctou.
En termes organisationnels :

- Puissance des rayons solaires = le volume et la qualité des CPI disponibles dans votre entreprise ; il peut être très variable, d’un département à un autre, d’un pays à un autre.

- Niveau de nébulosité = tous les nuages que peut imaginer une entreprise pour bloquer ou ralentir l’arrivée des rayons solaires. 
Dans ce domaine, l’imagination des entreprises est sans limites ! J’en citerai quelques uns :
- Cumulus : culture top-down, qui bloque toute initiative du terrain.
- Nimbus : très fort niveau de contrôle a priori de toute action.
- Stratus : sécurité maladive, qui interdit toute ouverture vers l’extérieur.
Je vous laisse imaginer toutes les autres familles de nuages possibles, dans votre entreprise ; ce sont le plus souvent des combinaisons des familles principales : Cumulonimbus, stratocumulus, nimbostratus...
(Merci, Wikipédia !)

Ceci définit quatre familles possibles de situations, auxquelles j’ai donné le nom de régions “climatiques” :
Californie : beaucoup de soleil intellectuel, une culture sans nuages, de liberté, d’autonomie, de forte concurrence ; l’installation des capteurs d’intelligence produit immédiatement des mégawatts ! 
Le centre de développement de Google, où chaque personne a le “devoir” de consacrer 20 % de son temps à des projets personnels, en est l’illustration la plus célèbre.

Clouds_darkly_2 - Cameroun : beaucoup de soleil, beaucoup de nuages.  Avant d’installer des capteurs d’intelligence Web 2.0, il est indispensable de réaliser un grand nettoyage du ciel, sinon les capteurs ne vont pas produire l’énergie dont ils sont capables.
L’image qui me vient à l’esprit serait celle du centre de recherche d’une grande entreprise où de brillants chercheurs sont sous des nuages qui ont pour nom : sécurité excessive, contrôle des contenus, hiérarchie forte, segmentation par domaines étroits de compétence....

- Finlande : peu de soleil, peu de nuages.  la mise en place des capteurs d’intelligence doit s’accompagner d’un accompagnement humain fort pour bien orienter les rares rayons de soleil vers les capteurs. J’ai choisi ce nom de pays en pensant à Nokia, qui a su tirer un parti exceptionnel de la compétence d’un peuple où le niveau d’éducation est très élevé, malgré les handicaps liés à la taille et l’éloignement du pays.

- Pôle Sud : peu de soleil, beaucoup de nuages.  Passez votre chemin ! Cherchez d’autres lieux d’implantation de vos capteurs Web 2.0, vous ne récupérerez jamais votre investissement.
J’ai rencontré il y a un mois une grande banque française qui envisageait d’installer les outils Google Apps ; elle souhaitait, en même temps, que les salariés de la banque ne puissent échanger des emails qu’avec ... d’autres salariés de la banque ; sans commentaires !


Une analyse “climatique” pour réussir ses projets Web 2.0

Carte_mto_2 La majorité des grandes organisations sont “multiclimatiques ”, avec des filiales ou des directions qu’il est possible de classer dans chacune des quatre grandes familles définies ci-dessus.

Comment augmenter la probabilité de réussite des premiers projets Web 2.0 et éviter des échecs qui retarderaient de plusieurs années le déploiement de ces solutions ?
Je vous propose de mener une rapide étude climatique de votre entreprise en classant les clients potentiels d’un projet Web 2.0 dans chaque famille.
Le choix des candidats se fera ensuite en s’appuyant sur deux critères très différents :
- La famille climatique, en éliminant tous les “Pôles Sud”.
- Les potentiels de gains.  Cette deuxième dimension est au moins aussi importante que la première.  Même si la Principauté de Monaco appartient à la catégorie Californie, le volume des gains possibles sera peu significatif.

Nigeria_olpc Dans certaines entreprises, on pourra décider de démarrer un Cameroun ou une Finlande avant une Californie si les bénéfices attendus sont exceptionnels. 
En attendant, un “quick win” sur un projet Californie permettra de se roder et d’acquérir la maîtrise des outils Web 2.0.
Installer des OLPC  (One Laptop Per Child), les célèbres PC à $100 dans un pays africain est un bon exemple de projet dans un espace “Cameroun”.

Californie ? Finlande ? Cameroun ? Pôle Sud ?
Dites-moi à quel climat vous appartenez, je vous donnerai la probabilité de succès de votre projet Web 2.0 !

Commentaires