ERP : une hypothèque sur le futur ?
Mozilla 24 - L’open Source en meeting transcontinental !

SCO en faillite, une nouvelle...réjouissante !

Sco_group_logo_2 Je n’ai pas l’habitude de me réjouir des malheurs d’autrui, mais il y a de rares cas où j’apprends avec grand plaisir une nouvelle de ce style.

SCO vient d’annoncer qu’ll passait sous la protection du “chapter 11”, en clair un dépôt de bilan. SCO a réagit très vite car un juge devait décider du montant de l'amende à payer à Novell !


SCO : Qui ?

Pour ceux qui ne sont pas au courant de cette longue histoire, je recommande la lecture d’un excellent article, dans Wikipedia, évidemment.

Comme le dit si bien l’article de NetwordWorld qui commente cette nouvelle : “SCO, once a respected Unix vendor...” (SCO, auparavant un distributeur d’Unix respectable..), c’était transformé il y a environ 5 ans en machine à procès.

Unixware7 SCO commercialisait une excellente version d’Unix, UnixWare, l’une des premières à fonctionner sur la gamme Intel X86.
SCO s’est transformé, avec l’arrivée d’un nouveau CEO, Darl McBride, en machine à procès autour des droits qu’ils posséderaient sur Unix System V.

Parmi ses plus célèbres élucubrations, figure la guerre contre Linux qui aurait copiè Unix, l’un des exemples les plus célèbres et détestables de cette approche FUD, que j’ai dénoncée récemment.

Parmi les cibles menacées par SCO, les plus connues sont IBM, Novell, RedHat et même ... Daimler-Chrysler !
La demande contre IBM dépassait le milliard de dollars ; sans commentaires.


SCO et Microsoft, des liens “incestueux” ?

Quelle est la société de logiciel qui a payé une “licence” à SCO pour les droits d’Unix, en 2003 ?  Vous ne devinez pas ? Elle est présidée par une personne qui était encore, en 2006, l’homme le plus riche du monde.

Attorney_2 Tenu à bout de bras par des financements “indirects” de Microsoft, un secret de polichinelle, SCO a dépensé des fortunes en avocats pour attaquer Novell, IBM et consorts.
Un fond “providentiel”, BayStar Capital, à qui Microsoft avait “recommandé” SCO, a investi 50 millions de dollars dans SCO.  McBride, son CEO, a immédiatement annoncé que cela lui permettrait de continuer le combat juridique.
Un long article de news.com l’explique très bien.


SCO, la fin ?

Cadaver Le 14 septembre, SCO a annoncé qu’il se mettait sur la protection du Chapter 11.  Avec un humour que chacun appréciera, SCO écrit, dans son communiqué de presse :
Chapter 11 reorganization is in the best long-term interest of SCO and its subsidiaries, as well as its customers, shareholders, and employees...
“La réorganisation chapitre 11 est dans l’intérêt à long terme de SCO et ses filiales, ainsi que ses clients, ses actionnaires et ses employés...”

Quelques remarques sur ce chef d’œuvre de langue de bois :
- Long terme : en jours ou en semaines ?
- Clients : je ne savais pas qu’il en restait...
- Actionnaires : les seuls qui peuvent en profiter, car les dettes sont gelées..

Même aux USA, dans le domaine du logiciel, le système juridique a parfois des réactions et des décisions raisonnables !
Vautour J’espère, sans trop y croire, que cette fin minable de SCO calmera un peu les ardeurs juridiques de tout une série de vautours qui ont transformé l’industrie informatique en un champ de bataille juridique où s’affrontent des défenses de brevets et IP (Intellectual Property) souvent ridicules.

Bye-Bye SCO, je n’irai pas pleurer sur votre tombe !

Commentaires