Réduire les budgets informatiques de ... 426 milliards d’euros/an !
Les 7 piliers de l’Entreprise 2.0 (troisième partie)

A lire d’urgence, pour comprendre l’avenir de l’informatique !

Cover_big_switch_3 Nicolas Carr est devenu célèbre après avoir publié un article, puis un livre sur le thème :
Does IT matter? ( Est-ce que l’informatique est importante ?)

Il vient de publier son deuxième livre :
“The Big switch”

Un titre difficile à traduire, surtout après avoir compris que le mot “Switch” est utilisé pour parler de l’informatique et de l’énergie électrique. (Google translate propose : “Le grand passage” ! Cela rassurera les personnes qui m’avaient reproché de faire l’éloge de ce service de traduction)
Je propose quand même : “Le grand virage”, sachant qu’il est possible de trouver mieux ; j’accepterai avec plaisir les suggestions des lecteurs.

Ce livre est déjà disponible sur Amazon.com et annoncé sur Amazon.fr ; je reviendrais sur ce point à la fin de ce texte.


L’avenir de l’informatique = “On the Cloud”

La première partie du livre, les 7 premiers chapitres, est une remarquable démonstration de l’évolution des infrastructures informatiques “on the cloud” et des applications vers une logique SaaS, Software as a Service”.

Burdenwheel_2 Nicolas Carr reprend l’analogie entre l’évolution de l’électricité et de l’informatique.
Au milieu du XIX siècle, chaque entreprise industrielle fabriquait son énergie ; l’un des exemples cités est celui de la plus grande roue hydraulique du monde, de 20 mètres de haut, construite par Henry Burden, pour fabriquer des clous pour les rails et des fers pour les chevaux.

50 ans plus tard, cette roue était immobile, inutile, remplacée par de l’énergie électrique, grâce aux inventions de Thomas Edison.
Centralebugey 30 ans plus tard, les “utilities” électriques, créées par Samuel Insull, un collaborateur d’Edison, fonctionnant en courant alternatif et à partir de centrales très puissantes, avaient marginalisé les petites centrales locales en courant continu d’Edison

Rice_data_centerNicolas Carr pronostique que l’informatique va, rapidement, suivre une évolution similaire :
- Les entreprises ont créé leur propre énergie informatique à l’époque des Mainframes et du client serveur

Datacenter_abandonn - Les progrès des réseaux et du Web vont, rapidement, rendre obsolètes les centres de calcul construits par les entreprises pour leurs propres usages.

Googledatacenter_2 - L’essentiel de l’énergie informatique mondiale sera, très rapidement, fournie par les “centrales nucléaires informatiques” construites à coups de milliards de dollars par Google, Amazon, eBay ou Microsoft.
Carr cite (page 67) une étude qui estime que Google a un prix de revient informatique 10 fois plus bas que celui d’une entreprise normale !


Électricité, énergie informatique : similarités, différences

Carr note aussi avec pertinence que l’énergie informatique et l’électricité partagent deux caractéristiques fondamentales :
Google_data_center_2 - Économies d’échelle en production : centrales nucléaires ou thermiques, centres de calculs géants permettent des économies d’échelle majeures ; ceci se traduit par des prix de revient très compétitifs qui rendent les petites unités de production non concurrentielles.

- Transport aisé sur de longues distances : les réseaux haute tension, les fibres optiques permettent de transporter électrons ou bits sur des milliers de kilomètres.

La principale différence tient aux “usages”, aux applications, et c’est là où l’analogie s’arrête.
Les outils d’utilisation des réseaux électriques, lampes, machines à laver, aspirateurs... sont locaux, branchés sur des prises universelles
Saas_2
En informatique, les “utilities” peuvent aussi transmettre des applications ; toute la démarche SaaS, Software as a Service, est basée sur ce principe.
Il est aussi possible d’utiliser, pendant une période transitoire, des applications “locales”, sur un PC par exemple.

Carr pronostique que les SaaS vont rapidement s’imposer, que ce soit pour des usages bureautiques, Google apps, ou des applications structurées telles que celles proposées par Salesforce.com et son écosystème.

L’informatique “On the cloud” peut donc proposer et les infrastructures, puissance de calcul et réseaux, et les usages, en SaaS.
Pour définir cet ensemble, Carr utilise souvent dans son livre l’expression World Wide Computer (WWC), qu’il espère voir remplacer World Wide Web.


Deuxième partie du livre : impacts sociétaux

Je ne vais pas commenter en détail la deuxième partie de “The Big Switch”, à partir du chapitre 8.  Nicolas Carr se livre à une analyse beaucoup plus philosophique des impacts potentiels du World Wide Computer. 

Fighting_the_net_2 Il se montre plutôt pessimiste, en termes d’emplois, de sécurité, de protection des données individuelles et des évolutions de l’humanité.  Le titre du chapitre 9 est à cet égard très révélateur :
“Fighting the Net”: (Combattre Internet)
Cette partie est plus centrée sur les impacts du WWC sur les personnes que sur les entreprises ; sa lecture est intéressante, mais moins directement applicable aux décisions que doivent prendre les entreprises.


Remarques sur la “forme” de ce livre

J’ai été frappé par le coté 100 % textuel de cet ouvrage qui parle de technologie ; pas un seul graphique, une image, une photo dans les 250 pages de ce livre !
Il y a par contre une longue bibliographie, de plus de 20 pages, avec quelques liens Web.

Carr_blog_2 Je vais proposer à Nicolas Carr de mettre sur son blog, dont je conseille beaucoup la lecture, une page où seront disponibles tous les liens ; ceci devrait faciliter la vie de ses lecteurs !


Remarques sur l’achat de livres en France et aux USA

Full_cost_carr_amazoncom_2 J’ai acheté le livre de Nicolas Carr sur Amazon.com dès sa parution ; il m’a été livré en une semaine, le 2 janvier 2008.  Comme j’en avais acheté deux exemplaires, le prix, livré à Paris, était de $46,23, en tenant compte de la remise de 34 %, légale aux USA.

Big_switch_amazonfr_2 En France, il n’est toujours pas disponible : pour profiter de la livraison gratuite, à partir de 20 euros, il faut aussi en acheter 2 exemplaires.
L'analyse économique des deux options d'achats est instructive :
- Prix achat US, 2 livres livrés Paris : $ 46,23 soit 31,23 €
- Prix achat France 2 livres : 37,12€
- “Bénéfices” : 6 euros (20 %) + disponibilité immédiate !


En guise de conclusion

Le message de Nicolas Carr est clair :

Hors de l’informatique “On the cloud”, pas de salut !

On_the_cloud_2 Infrastructures hébergées et SaaS seront les solutions dominantes demain, pour les entreprises de toutes tailles, de tous les secteurs économiques.

Ce n’est pas moi qui vais dire le contraire !

Commentaires