Microsoft et Intel : divorce annoncé !
Chrome OS de Google : Le chant du cygne pour Windows ?

Météo informatique : Tsunami Cloud/SaaS à l’horizon ! Première partie : l’alerte !


Tsunami 1 De nombreux animaux, terrestres et marins, seraient capables d’anticiper un Tsunami, bien avant l’arrivée de la vague assassine, ce que les humains ne savent pas faire.

Je vous propose de jouer le rôle de ces “vigiles avancés” et de vous annoncer que :
le plus grand Tsunami qui a jamais frappé l’industrie l’informatique s’est déclenché ; il va, rapidement, submerger toutes les “plages informatiques” existantes.

Le nom de ce Tsunami : Cloud/Saas.


Une longue expérience des ruptures technologiques

Crevasse L’industrie informatique a déjà connu, au cours de ses 50 années d’existence, de nombreuses ruptures, des changements profonds :
- Les postes de travail graphiques, Macintosh puis Windows.
- Internet 1 ère génération : interconnexion des machines.
- Internet 2 éme génération, le Web = Interconnexion de pages.
- Internet 3 ème génération, le Web 2.0 = Interconnexion de personnes.
- L’invasion des ERP / PGI.
- Les communautés Open Source.
- ...

Le Tsunami Cloud/SaaS s’annonce comme la mutation la plus forte, la plus universelle, celle qui va impacter le plus en profondeur tous les secteurs de l’industrie informatique.

Il me faudra plusieurs textes pour essayer d’anticiper ses impacts (ses dégâts ?), mais avant, il est nécessaire de faire des rappels rapides, sur les concepts de Cloud Computing, de SaaS (Software as a Service) et d’innovation.


Rappel 1: Cloud Computing et SaaS (Software as a Service)

Ce sont deux concepts avec lesquels les lecteurs attentifs de mon blog sont familiers.
L’article anglais de Wikipedia sur le sujet est une remarquable mine de renseignements.

Cloud Computing plane @ - Le Cloud Computing, ce sont des infrastructures informatiques partagées, mises à la disposition des clients comme un service “Internet”.
Cette énergie informatique est :
+ Illimitée, en pratique.
+ Modulaire, que l’on peut consommer “à la carte”, en ne payant que ses besoins, qui peuvent varier selon les taches et les moments.

Saas - Les caractéristiques “fondatrices” des solutions SaaS :
+ S’exécutent sur des infrastructures Cloud Computing.
+ Sont nativement “multi-tenants” (multilocataires), ce qui signifie que la même instance du logiciel est partagée par de très nombreux clients.
+ Sont facturées comme un service, le plus souvent au temps et au nombre d’utilisateurs.

 Migration vers Cloud : SaaS Tous les acteurs de l’industrie informatique doivent se préparer à cette double rupture.
Toutes les entreprises doivent se préparer à cette double rupture.


Rappel 2 : l’innovation expliquée par Christensen

Clayton_christensen Clayton Christensen a révolutionné la compréhension que nous avons de l’innovation en publiant plusieurs livres sur ce sujet ; le premier de la série est “The Innovator’s dilemna”.

J’en ai souvent parlé dans mon blog ; c’est, à mon avis, la clef la plus puissance que je connaisse pour décrypter les évolutions d’une industrie qui évolue aussi vite que celle de l’informatique.

Sur ce schéma, très simplifié, de la démarche présentée par Christensen, je m’intéresse en priorité aux marchés de type C, pour Continuité.
Modèle Christensen-Tsunami Cloud:SaaS
Leurs caractéristiques :
- Des produits ou services surdimensionnés par rapport aux attentes de la grande majorité des consommateurs.
- Des acteurs dominants, en position de monopole ou d’oligopoles.
- Des innovations de continuité, qui ont de plus en plus de mal à “enthousiasmer” les acheteurs potentiels.

Ce que démontre brillamment Christensen, c’est qu’il n’est pas possible d’attaquer avec succès, de front, les leaders de ces marchés de type C en proposant des solutions similaires.
Il est indispensable d’innover, avec des produits et services de type R, pour Rupture.
Cette rupture peut prendre plusieurs formes :

Moto family - Des fonctionnalités nouvelles, que n’ont pas les produits existants ; un bon exemple est le premier iPhone d’Apple.

- Des coûts beaucoup plus bas, pour des services proches ; la Logan de Dacia/Renault en est un bon exemple.

- Miser en priorité sur le marché des “non-utilisateurs” : c’est le cas de la voiture indienne Nano qui cible les millions de familles qui voyagent encore en moto !


Topologie des secteurs informatiques impactés

Ce double rappel permet de mieux comprendre quels sont les marchés de type C qui ont tout à craindre de l’arrivée des solutions R, que sont le Cloud Computing et le SaaS.

Plages SI tsunami Tous les secteurs de l’industrie informatique “historique” sont directement touchés par cette double rupture, qui peut mettre à mal leur leadership actuel.

En fait, il est plus facile d’identifier les secteurs non impactés !

Dans mes prochains textes, je vais analyser les marchés qui seront les plus impactés par le Tsunami Cloud/SaaS.
Ce sont :
- Infrastructures : vendeurs de serveurs. En migrant sur le Cloud, les entreprises vont réduire le nombre, voire éliminer les serveurs qu’elles installent dans leurs Intranet.

- Infrastructures : matériels et logiciels des postes de travail historiques. Les CWR, Client Web Riche, majoritairement mobiles, serviront en priorité à accéder des usages SaaS sur le Cloud, depuis un navigateur.

- Fournisseurs de réseaux, filaires et sans fil. S’ils ne réagissent pas rapidement, ils sont condamnés à ne devenir que des vendeurs de “tuyaux”, sans différentiation, sans valeur ajoutée forte.

- Solutions logicielles transverses, bureautiques et “participatique”. Ce seront les premières applications à migrer en mode SaaS, car leur nature “universelle” représente un marché prioritaire, car gigantesque. Il y a au minimum 700 millions d’utilisateurs d’Office dans le monde !

- Editeurs d’ERP et progiciels intégrés. Les solutions SaaS privilégient une approche “Best of Breed”, avec des services spécialisés.

- SSII et sociétés de conseil. Il est “très” difficile de vendre des contrats millionnaires en euros, pour des développements spécifiques ou de l’”intégration” quand les solutions SaaS ont des coûts qui se mesurent en ... milliers d’euros !

- DSI et équipes informatiques internes.  Quand le pouvoir d’une DSI se mesure au nombre de serveurs gérés, à la taille des équipes et aux budgets d’investissements, une migration vers des solutions Cloud/SaaS aura peu de probabilités d’être accueillie à bras ouverts par les informaticiens de l’entreprise.

Boxing SaaS vs IT industry Dans tous ces domaines, il existe des entreprises informatiques très puissantes, proposant des solutions haut de gamme, qui maîtrisent très bien leurs marchés, bien implantées chez leurs clients.
Elles ont compris les dangers que représente ce Tsunami Cloud/SaaS ; il ne faudra pas s’étonner de leurs réactions fortes de défense de leurs territoires menacés.


Quand ?

Chrono arrivée Tsunami Reste une question complexe, essentielle, qui est celle du calendrier de l’arrivée de ce Tsunami Cloud/SaaS :

- Arrivera-t-il en plusieurs vagues, de plus en plus fortes ?
- Est-ce que toutes les “plages informatiques” seront touchées en même temps ?
- Les barrages que vont tenter d’établir les leaders actuels pourront-ils ralentir, voire bloquer ce Tsunami Cloud/SaaS ?

- La deuxième partie de cette analyse, consacrée aux serveurs, a été publiée le 23 juillet 2009.

- La troisième partie de cette analyse, consacrée aux postes de travail et objets d'accès, a été publiée le 26 juillet 2009.

- La quatrième partie ce cette analyse, consacrée aux éditeurs de logiciels applicatifs, a été publiée le 15 août 2009.

Commentaires