Previous month:
juillet 2009
Next month:
septembre 2009

PRaaS, Process as a Service

(Version anglaise, modifiée, d’un texte publié auparavant en Français.)

Yes, I know; another .aas acronym!
Why talk about PRaaS? What are the differences with SaaS solutions? This is what I will discuss now.

PRaaS, PRocess as a Service: attempt of a definition

Photo Phil Reading a recent post on the excellent blog of my friend Phil Wainewright was the trigger that helped me formalize an idea that I have worked on for many years.

Service Channel for PRaaS In his post "Thinking Beyond SaaS As We Know It", Phil referred to "Service Channel", a company which provides the management of a complex process in the Cloud: the outsourcing of cleaning and maintenance services for organizations that are geographically distributed.

What are the skills that were needed to create "Service Channel"?
- An IT team to build this service in the Cloud; yes, of course, but ... this is not essential!
- First and foremost, a team of professionals in the field of channel services, knowing all its specific characteristics and complexities, which was able to create a "service" that could be used by thousands of companies.
This is one of the key points of "Service Channel" competitiveness, which you can read on their website: "Every member of our team has a deep understanding of the challenges that facility managers and contractors face every day ..."

"Service Channel" is a good example of what could be called a PRaaS, PRocess as a Service!

I therefore propose a first definition of a PRaaS:
PRaaS has four basic characteristics:
- A service available on the Cloud.
- Provides a complete solution to manage an entire process.
- Targets not only an organization but also its external stakeholders, customers, suppliers or providers.
- Can be used directly by business professionals, without requiring the intervention of IT professionals.


PRaaS, "Process oriented software" and BPO (Business Process Outsourcing)

Why promote PRaaS, another concept in our digital world already full of neologisms and acronyms?
There is one good reason to do so. I am convinced that this represent a significant innovation, which will play a key role over the next five years.

PRaaS lies at the confluence of three major movements:

Offshore BPO - BPO, Business Process Outsourcing. For decades, companies have outsourced their "back office" to IT services providers, often located offshore in India, North Africa or Eastern Europe.

- The emergence of "Process Oriented Software" – software built around a process.
- Cloud Computing, which provides software vendors with infinite, reliable and secure computing power at a very competitive cost.

US - Définition PRaaS 2 - BPO : Processiel:Cloud It is now possible to combine the advantages of BPO, "Process oriented software" and Cloud computing ... in a PRaaS:

- An organization can accelerate its move towards BPO, using PRaaS, to handle more specialized process-oriented tasks, focusing more on "Front Office".
- An organization that has a strong expertise in a specialized complex business process can develop and sell a powerful PRaaS to customers all around the world.

Amiando events US - Like Service channel, Amiando is another good example: this PRaaS supports the organisation of events and conferences. It has been used for more than 70,000 events, and the service is already available in English, French, German and Spanish.

- The Cloud provides an infrastructure that can accommodate these PRaaS, freeing PRaaS developers from performance constraints and heavy investments in infrastructures.

Here is another definition of PRaaS:

A PRaaS, or when BPO encounters a "Process Oriented Software" on the Cloud.


PRaaS, one more component of the Cloud Computing environment

The rapid development of PRaaS solutions will increase the attractiveness of Cloud Computing for organizations of all sizes and all sectors.

US - Iaas, PaaS, SaaS Today, within an organization, IT departments are the main partners
of Cloud players. They implement the three main components of the Cloud Computing:
- IaaS, Infrastructure as a Service = availability of resources such as servers or storage capacity. AWS, Amazon Web Services is a leader of the IaaS.
- PaaS, Platform as a Service = tools available for development teams, to write programs in Java, Phyton or other languages. Google App Engine or Force.com are two examples of PaaS.
- SaaS, Software as a Service. This is the best known component of the Cloud. Jeff Kaplan has been publishing for more than 2 years "SaaS Showplace", a catalog which now contains more than one thousand SaaS entries.

US - Iaas, PaaS, SaaS, PraaS PRaaS, the fourth cloud component I am defining today, is the first one aimed directly at business managers within an organization.
This does not mean, however, that CIOs can't play a useful role, by supporting businesses and helping these PRaaS interact with existing legacy applications.

It's a major turning point in the history of computing. IT solutions become sufficiently "Industrialized" for business users and managers to be able to select, deploy and use them directly, without IT professionnals help.


Tools for building PRaaS

To complete this picture, let's have a look at a family of tools that will complement SaaS and PRaaS: Software that can ... help build PRaaS on the Cloud.
Whatever the quality and variety of SaaS / PRaaS solutions available, organizations will always need some flexibility to manage processes that are specific to their own way of working.
Lotus Notes/Domino has been, for 15 years, one of the best tool for these specific processes.

Incoming new tools, built for Cloud Computing, are still very young, but full of promises.
Let's take the example of two French companies, that offer different approaches to build these "customized" PRaaS processes:
RMP pour PRaaS - RunMyProcess (RMP): RMP is a Cloud based BPM solution; its help develop processes build on top of existing SaaS solutions in the enterprise. As an example, Revevol,(I am President of this consulting company) has used RMP to automate our Google Apps orders process. (Disclaimer: Revevol is a partner of RunMyProcess).

- VDoc Software from Visiativ. I met them recently and find their approach very cleaver. Their tool allows users to quickly develop specialized autonomous process that can run on the Cloud. This will be a tool used primarily by consultants or organizations with a strong expertize in a specific activity. This tool will allow them to build ... PRaaS!

The arrival of PRaaS is great news for all businesses using IT solutions.
Within five years, a large catalog of PRaaS will cover most of the generic business support processes.
This will give IT departments more time and resources to concentrate their energy on key core business processes, which will be used as tools for competitiveness and differentiation.  

Bill Macnee Just before the publication of this post, I had many emails exchanges with Bill McNee, the President of Saugatuck, one of the best (in my view) market research organizations focusing on SaaS and Cloud Computing.
I strongly recommend that anyone interested in these topics subscribe to Saugatuck free newsletters.

While agreeing with me on the general ideas of this text, Bill was not sure we needed another acronym to define it. He feels we will have a hard time separating SaaS and PRaaS.  He gave me, however, very good examples of solutions Saugatuck has already covered in their reports which, in my view, are perfect ... PRaaS, like:
- BirchStreet, e-procurement for hotels and restaurants.
- Ketera, for generic procurement management.

He made also an important comment on BPO and PRaaS; one of his ideas is that large BPO providers, like Infosys, will continue to manage the outsourced process of their large clients, but will rely, more and more, on PRaaS solutions to do it.

Updated on September 3. A very interesting post by Phil Wainewright, commenting on my PRaaS idea and giving one more example of PRaaS from a very "small" organization: WallMart.


Météo informatique : Tsunami Cloud/SaaS à l’horizon ! Une vision américaine, très proche !

Ce texte sera, pour une fois, très court !

Cloud Computing Tsunami - Gartner Je vous le propose comme un bon exercice pour rafraichir votre anglais après quelques jours, quelques semaines de vacances.

Je viens de tomber sur ce texte, en anglais, avec un titre “familier” pour les lecteurs de ce blog :


Il est toujours rassurant de lire, sous la “plume Web” d’autres professionnels de l’informatique, des idées proches de celles que vous défendez.

Si vous avez quelques minutes, et si vous maîtrisez un peu l’anglais, je vous conseille de lire ce texte qui fait un bon résumé des impacts forts du Cloud Computing sur l’industrie informatique.Pour les autres, c’est une bonne occasion de tester la “raisonnable qualité” de Google Translate en lui soumettant ce texte.

Cloud Computing Tsunami - French Pour vous faciliter la tache, j’ai déjà mis dans le lien l’adresse du texte à traduire, vous aurez donc directement la réponse.

Bonne rentrée à tous.


(Humeur !) Comment augmenter son Chiffre d’Affaires grâce aux pannes de son Système d’Information : l’exemple d’Air France


Logo Airfrance J’aime bien Air France et suis un membre “Gold” de leur club Flying Blue depuis de nombreuses années.
Leurs tarifs sont souvent compétitifs avec ceux des autres compagnies “Low Cost” que j’utilise aussi souvent, telles que Vueling ou EasyJet.

Pourquoi ce "billet" ? (Pour une fois, la traduction de blog par billet est très pertinente, vu le sujet.)
Je viens de vivre pendant une semaine une expérience “intéressante” en essayant de faire une réservation par Internet.


Le contexte

Cloud computing conference Nov Santa Clara J’ai été invité comme conférencier à la “Cloud Computing Expo” de Santa Clara (Californie) du 2 au 4 novembre 2009.

Louis Conf Cloud Computing conference santa Clara Le thème de mon intervention : Cloud & SaaS Proponents: know your enemies.

C’est la plus importante conférence américaine sur le sujet et elle réunit plusieurs milliers de participants.

Soucieux des deniers de mon entreprise, je décide de faire une réservation le plus tôt possible pour bénéficier de tarifs compétitifs.

Tout commence... très bien !
Je trouve un départ, sur le vol direct Air France à 350 € et un retour, avec correspondance, à 309 € ; moins de 700 € pour un A/R à San Francisco, cela me semble raisonnable et je continue donc ma réservation.
Pour aller aux USA, il faut donner de nombreuses informations complémentaires : passeport, lieu de résidence.... ce que je fais, très consciencieusement, connaissant le “manque de souplesse” de mes amis américains.
J’obtiens même mes numéros de siège ; tout est OK, et j’appuie sur le “bouton fatidique” confirmer votre réservation.

Air France indisponible Un superbe message s’affiche alors sur mon écran : "système de réservation indisponible

Commence alors une “odyssée” pleine d’enseignements sur les bons, et moins bons usages de l’informatique.


La saga d’une réservation Internet qui ... refuse de s’exécuter

J’avais déjà eu ce message plusieurs fois, mais je ne m’inquiète pas outre mesure. Comme tous les professionnels de l’informatique, je comprends la complexité de ces applications métiers et accepte qu’elles aient parfois une “courte défaillance”.
Toute la soirée, je réitère ma tentative, 2 ou 3 fois, sans succès. Il me faut, à chaque fois, recommencer tout le processus de saisie, mais je suis patient et accepte de perdre quelques dizaines de minutes à chaque fois.
Un refus de réservation de plusieurs heures, cela devient génant ; je décide de recommencer le lendemain matin.

Nouvelle tentative et... surprise vraiment désagréable :
Mon vol de retour, San Francisco - Atlanta - Paris a vu son tarif passer, dans la nuit, de 309 à 711 euros, soit une augmentation de 130 % !

Que faire ? Je n’ai vraiment pas envie d’accepter cette “taxe panne informatique” alors que je n’y suis vraiment pour rien.

Commence alors un “parcours du combattant” dont je résume les principales étapes :

- Recherche sur le site d’Air France d’information sur ce genre d’incidents, sans succès.

Dead silence - Dépôt d’une réclamation sur le site : difficile de trouver comment, mais j’y arrive.

- Je reçois, très vite, un mail qui me confirme que ma réclamation a été enregistrée ; facile, mais au moins j’ai reçu un premier signal.

- Ensuite... trois jours de silence ! Je consulte tous les jours les tarifs, mais ils n’augmentent pas de plus de 1 à 3 € par jour. Impossible de trouver le moyen de relancer ma réclamation avec le numéro de dossier indiqué, et pourtant, j’ai beaucoup cherché !

- Après trois jours, la réponse “tant attendue” arrive !

Message Air France passe partoutHélas, grosse déception ! C’est un message passe-partout qui ne répond absolument pas à ma question. Bravo au rédacteur qui a su écrire des lignes aussi insipides qui correspondent surement à un maximum de cas possibles. Air France aurait au moins pu faire un effort en évitant des fautes d’orthographe grossières !



Retour aux outils du passé : réservation par ... téléphone

Old-phone Il ne me restait plus qu’une solution, refaire une réservation d’avion par téléphone ; cela faisait au moins 4 ans que cela ne m’était pas arrivé !

J’ai donc appelé le numéro d’assistance Internet d'Air France (merci Skype, car j’étais aux USA).

Toutes les personnes avec qui j’ai communiqué ont été très aimables et attentives, merci à elles.

Par contre, j’ai fait un voyage dans le passé de plusieurs dizaines d’années, en ce qui concerne.... l’informatique.
Voici quelques-uns des commentaires que j’ai entendus :

- C’est normal, il y a une nouvelle version du logiciel !

- Oui, on le sait, il ya des problèmes : vous auriez du nous appeler immédiatement (comment pouvais-je le deviner ?)

- Vous n’auriez pas un numéro de réservation pour que l’on vérifie ? Un comble, quand justement le système de réservation a refusé de m’en donner un !

- C’est peut-être parce que vous avez demandé un tarif “senior”.

- On va essayer sans indiquer votre numéro “Flying Blue”, c’est parfois une cause d’incident !

- La dernière personne qui m’a aidé à faire une réservation m’a proposé une solution “surprenante” :
"On va enregistrer le strict minimum d’information : pas de numéro de carte Flying Blue, pas de réservation de siège, pas de numéro de passeport ..."
et...
J’ai enfin une réservation “confirmée” avec un vrai numéro de réservation !

Hélas, les ennuis ne sont pas terminés !

Armé de mon numéro de réservation, j’ai essayé plusieurs fois de compléter mon dossier d’entrée aux USA : numéro de passeport, adresse....

Devinez ce qui m’arrive quand j’appuie sur valider ?

Mon maintenant célébrissime message d’erreur me disant que le  “système de réservation est provisoirement indisponible”.

J’ai presque envie d’en rire, sauf que je risque de recevoir dans quelques jours un message me disant :
“Votre réservation a été annulée, car vous n’avez pas fourni les informations demandées”.

Et rebelote pour acheter un nouveau billet, encore plus cher ?


Résultats

Euros - Le tarif de mon vol de retour est passé de 309 à 711 € soit une augmentation de 130 % !
- J’ai perdu plusieurs heures à essayer de régler le problème, sans succès.

- Le chiffre d’Affaires d’Air France a augmenté de 402 €, et sa marge d’autant, car il s’agit du même voyage ! C’est bon pour leurs résultats, pas brillants en ce moment, mais très mauvais pour l’image et la qualité de service aux clients !


Désolé, mais tout ceci est indigne d’une informatique moderne, pour une grande entreprise comme Air France.

Il est vraiment inadmissible que l’informatique soit, une fois de plus, à l’origine d’une qualité de service déplorable, alors que toutes les personnes avec qui j’ai pu parler ont, pour l’essentiel, fait le maximum pour m’aider.
Seul problème, de taille, et récurrent : aucune des personnes avec qui j’ai pu dialoguer n’avait la moindre once de pouvoir décisionnaire !

“L’informatique ne nous laisse aucun degré de liberté” était une réponse permanente chaque fois que je posais la question simple :

“Comment faire pour ne payer que le prix que j’aurais du obtenir ?”

Siège première Air France-s Ce sont les mêmes personnes qui lors de mon dernier voyage à New York, début août 2009, m’ont proposé un “upgrade” en première classe alors que j’avais un billet normal, qui plus est payé avec mes miles.
C’était une “première” pour moi, et je dois reconnaître que j’ai fait un voyage très, très agréable : beaucoup d’espace, champagne, très bon repas et ... une prise pour mon Macintosh.

Le processus de réservation n’a pas fonctionné ; Louis Naugès, un client, n’a pas obtenu le service qu’il attendait, qu’Air France s’était engagé à fournir.

C’est pourtant un message simple à comprendre ! J’ai déjà eu droit à de nombreuses explications, plus ou moins pertinentes, pour tenter de m’expliquer pourquoi.

Seul problème : le pourquoi, ce n’est pas mon ... problème !

Amis informaticiens d’Air France, n’oubliez jamais que le client n’a pas à connaître, comprendre vos processus, vos applications ; seul le résultat compte.
Quand il n’est pas au rendez-vous, ce n’est pas au client de payer le prix d’un dysfonctionnement sérieux de vos logiciels !

Météo informatique : Tsunami Cloud/SaaS à l’horizon ! quatrième partie : Editeurs de logiciels applicatifs


“Feuilleton de l’été” Tsunami, suite.
Vague 8T Les trois premiers textes déjà publiés sont : introduction, les serveurs et les postes de travail.
Ce nouveau texte s’occupe des impacts du Tsunami Cloud/SaaS sur les éditeurs de logiciels applicatifs.

Je vais segmenter le marché des logiciels en deux grandes familles :
- Logiciels applicatifs, dans ce texte.
- Logiciels d’infrastructures, dans un prochain document. Il s’agit pour l’essentiel des outils (bases de données, pilotage...) qui s’installent dans les centres de calcul privés des entreprises.


Le marché des logiciels applicatifs, aujourd’hui.

Ces quelques lignes vont “caricaturer” la situation, mais c’est inévitable si l’on va à l’essentiel.

SAP & Oracle market share - Les grandes entreprises ont, dans leur grande majorité, installé des PGI, Progiciels de Gestion Intégré, ERP en anglais - Enterprise Ressource Planning).
Ce marché est aujourd’hui dominé par deux grands acteurs mondiaux :
- SAP, qui a une offre très complète, pour l’essentiel développée en interne.
- Oracle, qui a beaucoup grandi par acquisitions : Siebel, PeopleSoft, ... La liste des derniers rachats, impressionnante, est disponible sur Wikipedia, ici.

- Les entreprises moyennes et petites ont aussi leurs ERP, dont les plus connus, en France sont Sage et Cegid.  Malgré leurs efforts, SAP et Oracle n’ont encore que peu percé sur ce marché.

- Des milliers de solutions spécialisées. A côté de ces logiciels “intégrés”, censés répondre à tous les besoins de gestion d’une entreprise, il existe de très nombreuses solutions spécialisées en gestion commerciale (CRM), financières, ressources humaines... Ce sont, pour l’essentiel, des produits qui correspondent à des “processus” support ou soutien.

Le modèle économique actuel des logiciels applicatifs est bien connu :
- L’entreprise achète une licence du logiciel ; pour l’essentiel, le prix payé est proportionnel au nombre d’utilisateurs et au nombre de “modules” utilisés.
- Un contrat de maintenance annuel est payé par l’entreprise ; le coût de cette maintenance est le plus souvent compris entre 12 et 25 % du prix d’achat initial.


Impacts du Tsunami Cloud/SaaS sur les éditeurs d’ERP grandes entreprises

SAP et Oracle peuvent dormir raisonnablement tranquilles, pendant de nombreuses années ; leurs clients grandes entreprises ne peuvent pas, en moins de 5 à 10 ans, substituer des solutions concurrentes, SaaS ou pas, à leurs ERP intégrés en place.

Ceci n’empêche pas ces éditeurs de voir arriver les solutions SaaS avec beaucoup d’appréhension ! Et ils ont, à long terme, raison de s’inquiéter !

La majorité des DSI de ces grandes entreprises ne sont pas aveugles ; ils découvrent avec “intérêt” que les coûts annuels des solutions SaaS sont de 5 à 10 fois inférieurs à ce que leurs “chers” éditeurs d’ERP facturent !

Ce ne sont pas les annonces récentes d’augmentation brutale du coût de la maintenance par SAP, à 23 %, qui vont les rassurer !

Au cours des 5 prochaines années, le marché des grands ERP intégrés va commencer à souffrir sérieusement de l’arrivée du Tsunami Cloud/SaaS, de plusieurs manières :

SAP sales licences Q2 2008- 2009Cherie-j-ai-retreci-les-gosses - Chute des ventes de nouvelles licences. C’est déjà le cas, par exemple pour SAP, qui a vu une chute de 40 % des nouvelles ventes au deuxième trimestre 2009.
Les rares entreprises non équipées ne vont pas se précipiter sur des solutions en “fin de vie”. Plus grave, le marché potentiel des PME va complètement leur échapper, maintenant que des solutions SaaS performantes et économiques sont disponibles.

- Réduction progressive de la “surface” du S.I. couverte par ces ERP.  Les grands clients de ces ERP commencent à abandonner des pans entiers de ces solutions au profit d’options SaaS non intégrées. CRM et gestion des ressources humaines sont en première ligne.
Ceci se traduira, rapidement, par une réduction des revenus récurrents liés à la maintenance.

- Proposer des solutions SaaS ?
SAP et Oracle ont, aujourd’hui, deux positions diamétralement opposées :
SAP a annoncé, fin 2007, une solution SaaS, BBD, Business By design ; ce fut un mégaéchec et j’en ai déjà parlé ici.

Larry Ellison, CEO d’Oracle a une double position “intéressante” :
- Officiellement, Oracle ne croit pas à la rentabilité du modèle SaaS.
- Personnellement, il a investi dans deux sociétés SaaS, Salesforce (créée par un ancien d’Oracle), et surtout Netsuite, qui propose un ERP en mode SaaS. 

Workday - SaaS for global enterprise Workday est la première solution ERP disponible en mode SaaS natif pour grandes entreprises ; elle a été créée par David Duffield, le fondateur de Peoplesoft, racheté depuis par Oracle !

Je ne suis pas certain du succès à long terme de Workday ; j’imagine que les DSI des grands groupes qui auront réussi à se sortir de la “nasse” ERP intégré classique y regarderont à deux fois avant de choisir un autre ERP intégré, même en mode SaaS !

En résumé, l’impact du Tsunami Cloud/Saas sur les grands éditeurs d’ERP intégrés ne sera pas ... fulgurant, mais très progressif.  Revenus et marges vont souffrir, mais la marginalisation d’Oracle ou de SAP n’est pas sur mon radar !

Intergalactic ERP Je ne peux pas terminer sans faire référence à ce texte (en anglais), qui est un petit chef-d'œuvre d’humour, sur les bonnes raisons de ces grands éditeurs pour ne pas aller vers le SaaS !


Impacts du Tsunami Cloud/SaaS sur les éditeurs d’ERP pour PME

Danger Danger immédiat !

Ces éditeurs sont beaucoup plus vulnérables et le Tsunami Cloud/SaaS va leur faire très mal, et vite !

Ces éditeurs ont deux raisons principales pour s’inquiéter :

- L’adhérence de leurs clients à leur ERP intégré est beaucoup plus faible que pour les grandes entreprises. N’ayant pas les moyens de faire les “grosses” bêtises des “grosses” entreprises qui avaient personnalisé à outrance leurs ERP, les PME avaient plus facilement adopté une démarche pragmatique : je prends un ERP tel qu’il est.

- Les solutions SaaS disponibles sont immédiatement utilisables par les PME, qui trouvent aujourd’hui des solutions raisonnables et très économiques, qui ne demandent pas d’adaptations spécifiques.


Netsuite solutions De plus, de nombreuses solutions, SaaS natives, existent déjà. La plus répandue est probablement Netsuite ; de nombreuses versions internationales existent, mais pas encore pour la France.

Les éditeurs d’ERP pour PME sont des entreprises petites ou moyennes ; elles vont avoir beaucoup de mal à s’adapter au modèle SaaS, et pour deux raisons de base.
- Transformer un logiciel client/serveur traditionnel en solution SaaS “multitenant”, ou “multi-locataire” demande de gros investissements pour développer les nouvelles versions.
- Le modèle économique SaaS, avec des revenus récurrents annuels, mais sans versement initial d’une somme importante pour l’achat de licences, va mettre à mal leur trésorerie.

Disappearance Je pronostique donc la disparition, en moins de cinq années, d’un très grand nombre d’éditeurs de ce groupe. Certains d’entre eux trouveront leur salut en se vendant rapidement à des éditeurs SaaS qui seraient prêts à racheter, non pas leurs produits, mais leur clientèle.


Impacts du Tsunami Cloud/SaaS sur les éditeurs spécialisés

Des centaines d’éditeurs de logiciels proposent des solutions très spécialisées, soit pour un métier donné, tels que les notaires, les dentistes ou les garagistes, soit pour un processus de soutien spécifique.

Basculer dans une logique SaaS est, bien sûr, la seule solution pour ces éditeurs, et ils ne devraient pas avoir trop de mal à le faire.
Beaucoup d’entre peuvent rapidement devenir des leaders s’ils sont capables de proposer les premières solutions de type “PraaS”, Process as a Service, dont j’ai parlé très récemment dans ce blog.

Logo Club Alliances  L’initiative prise dans cette direction par IBM est exemplaire. IBM a créé le “Club Alliances”, animé par Loïc Simon. Il regroupe une petite centaine d’éditeurs spécialisés qui travaillent ensemble pour assurer la promotion des solutions SaaS qu’ils sont en train de construire. (Remarque : Revevol est un membre récent du Club Alliances)

IBM n’est pas un éditeur de logiciels applicatifs ; cette société n’a donc rien à perdre, et tout à gagner, si les entreprises abandonnent des logiciels applicatifs traditionnels pour des solutions SaaS et PraaS, dont beaucoup seront hébergées sur ses propres “clouds”.

Ce sera, bien sûr, une autre histoire quand je parlerai des logiciels d’infrastructures, domaine où IBM est très présent.


Synthèse

Depuis quelques mois, je rencontre de nombreux dirigeants d’éditeurs de logiciels applicatifs ; tous, sans exception, on compris que le Tsunami Cloud/SaaS arrive et va profondément impacter leurs activités actuelles.

Beaucoup, par contre, n’ont pas encore pris conscience de l’importance et de la vitesse de ce Tsunami.

Crisis De nombreux analystes, tels que le Gartner Group, pensent encore que le marché des logiciels applicatifs va redémarrer en 2010 ; ils se trompent !
Oui la célèbre “crise” a impacté, à court terme, les ventes de logiciels.

Sakes 50 % Non, ces ventes ne vont pas redémarrer ensuite, car le Tsunami Cloud/SaaS va prendre le relais, et pour longtemps !

De combien aura baissé, d’ici 2015, le CA des éditeurs de logiciels applicatifs traditionnels ? Je vais, à nouveau, me risquer à un pronostic et estimer que cette baisse sera de l’ordre de 30 à 50 %.

Mise à jour du 25 août : Salesforce.com, numéro un mondial du marché SaaS, vient d'annoncer des résultats "intéressants" : augmentation de la vente des licences et croissance du Chiffre d'Affaires de 24 %. A comparer aux chiffres de SAP !


PRaaS, PRocess as a Service

Mise à jour, 11 septembre 2009.

Après les commentaires de nombreux lecteurs et de personnes rencontrées ces dernières semaines, je pense plus logique de parler de Process as a Service et non pas de "Processus as a Service".

J'ai donc changé le texte de ce blog avec cette modification de forme.

J'ai aussi publié une version de ce texte en anglais, légèrement modifiée.

Praas products Oui, je sais, encore un acronyme en aaS !

Par curiosité j’ai fait une recherche "Praas" sur Bing et Google, actualité oblige !
Le moins que l’on puisse dire, et que les résultats obtenus sont ... très différents !
Pour ceux que cela intéresse, je vous conseille d’utiliser l’outil “blackdog” qui exécute votre recherche sur Google et Bing et vous propose les deux sur la même page de votre navigateur.

J’ai ainsi appris que Praas est un produit “magique” de médecine naturelle, qui s’appuie sur une démarche très ancienne de la médecine indienne, nommée Ayurveda. (l’article de Wikipédia sur Ayurveda est passionnant.)

Revenons à notre monde de la technologie, du Cloud Computing.

Pourquoi parler de PRaaS ? Quelles différences avec les solutions SaaS ? C’est ce que je vous propose de découvrir.


PRaaS, PRocess as a Service : un essai de définition

Photo Phil La lecture d’un texte récent, sur l’excellent blog de mon ami Phil Wainewright, a été le déclic qui m’a aidé à formaliser une idée sur laquelle je travaille depuis quelques années.

Dans son texte “Thinking Beyond SaaS As We Know It” (en réfléchissant au-delà du SaaS tel qu’on le connait”), Phil présente une entreprise, “Service Channel”, qui propose, comme un service sur le Cloud, la gestion complète de la sous-traitance de l’entretien d’établissements géographiquement répartis.

Service Channel process C’est un processus complexe, très spécialisé, et qui consomme beaucoup de ressources dans les grandes entreprises.

Quelles sont les compétences nécessaires pour créer “Service Channel” ?
- Une équipe d’informaticiens pour construire ce service sur le Cloud, oui, bien sûr, mais... ce n’est pas l’essentiel !
- En priorité une équipe de professionnels de ces métiers, qui connaissent sur le bout des doigts toutes ses spécificités et ses complexités, pour le modéliser et être capables d’en faire un “service” utilisable par des milliers d’entreprises.
C’est d’ailleurs l’un des points clefs de leur compétitivité ; on peut lire sur leur site : “Every member of our team has a deep understanding of the challenges that facility managers and contractors face every day...” (Chaque membre de notre équipe a une connaissance approfondie des difficultés rencontrées tous les jours par les gestionnaires et les sous-traitants...)

Et si “Service Channel” était un exemple de .... PRaaS, PRocess as a Service ?

Je vous propose donc une première définition d’un PRaaS :

Un PRaaS possède quatre caractéristiques de base :
- Un service disponible sur le Cloud.
- Propose une réponse complète pour gérer l’intégralité d’un processus.
- Concerne non seulement l’entreprise, mais aussi des acteurs externes, clients, fournisseurs ou prestataires.
- Est utilisable directement par des personnes des métiers concernés, sans nécessiter l’intervention d’informaticiens de l’entreprise.


PRaaS, processiels et BPO (Business Process Outsourcing)

Pourquoi promouvoir PRaaS, un concept de plus, dans notre monde informatique qui est très friand de néologismes et de sigles ?

Il y a une excellente raison pour le faire ; je suis persuadé que c’est une innovation forte, qui va jouer un rôle clef au cours des cinq prochaines années.

PRaaS se situe au confluent de trois mouvements majeurs :

Offshore BPO - BPO, Business Process Outsourcing. Depuis des dizaines d’années, les entreprises ont externalisé des activités “Back-office” à des sociétés spécialisées, souvent situées en Inde, en Afrique du Nord ou dans des pays de l’Est de l’Europe.

- L’émergence de processiels, progiciels construits autour d’un processus, thème que j’ai traité ily a peu.

- L’arrivée du Cloud Computing, qui met à disposition des entreprises et des éditeurs de solutions informatiques de la puissance informatique infinie, fiable et sécurisée, à des coûts très compétitifs.

Définition PRaaS - BPO : Processiel:Cloud Il devient maintenant possible de cumuler les avantages des trois démarches ...  dans un PRaaS :

- L’entreprise cliente peut accélérer sa démarche BPO en s’appuyant sur une offre PRaaS qui va exploser, plus modulaire, capable de prendre en charge des processus plus spécialisés et très orientés “Front-office”.

- Une entreprise qui possède une forte expertise métier dans un processus spécialisé peut construire un PRaaS performant, rapidement, et qui sera potentiellement disponible pour des clients dans le monde entier.

Amiando events Amiando en est un bon exemple : ce PRaaS prend en charge toute la réalisation d’un événement ou d’une conférence. Il a été utilisé pour plus de 50 000 événements, et le service est déjà disponible en Français, Anglais, Allemand et Espagnol.

- Le Cloud fournit l’infrastructure informatique qui permet d’héberger cette famille de services, en libérant les développeurs de PRaaS de contraintes de performances et d’investissements lourds dans des infrastructures informatiques spécifiques.

Une autre définition du PRaaS devient possible :

Un PRaaS, ou quand un BPO rencontre un Processiel sur le Cloud.


PRaaS, un composant de plus dans la “nébuleuse” Cloud Computing

L’arrivée rapide de solutions PRaaS accroît encore plus l’intérêt du Cloud Computing pour les entreprises de toutes tailles, de tous les secteurs d’activités.

Cloud I, P, SaaS Aujourd’hui, une DSI est l’interlocutrice principale des acteurs du Cloud ; elle met en œuvre les trois composants principaux actuels du Cloud Computing :

- IaaS, Infrastructures as a Service = mise à disposition de ressources telles que serveurs ou capacité de stockage. AWS, Amazon Web Services, est aujourd’hui le leader incontesté de l’IaaS.

- PaaS, Platform as a Service = outils à la disposition des équipes de développement, pour écrire des programmes en Java, Phyton ou autres langages.  Google App Engine ou Force.com en sont deux bons exemples.

- SaaS, Software as a Service
. C’est la brique la plus connue du Cloud. Jeff Kaplan publie depuis 2 ans SaaS Showplace, un catalogue qui contient aujourd’hui plus d’un millier de solutions SaaS.

Iaas, PaaS, SaaS, PraaS Ce quatrième composant du Cloud que je propose aujourd’hui, PRaaS, est le premier qui s’adresse directement aux responsables métiers d’une entreprise.
Ceci ne veut pas dire, au contraire, que la DSI ne peut jouer un rôle utile, en accompagnant les métiers et en aidant la nouvelle solution PRaaS à dialoguer avec les applications existantes.

C’est par contre l’amorce d’un tournant majeur dans la jeune histoire de l’informatique : pour la première fois, les solutions deviennent suffisamment “industrielles” pour que les responsables métiers soient capables de les choisir, déployer et utiliser directement, seuls.


Outils de construction de processus spécifiques

Pour compléter ce panorama, je souhaite présenter une famille d’outils qui vont compléter les solutions SaaS et PRaaS : ce sont des logiciels qui permettent de ... construire des processus spécifiques sur le Cloud.

Quelles que soient la qualité et la variété des solutions SaaS/PRaaS disponibles, les entreprises auront toujours besoin d’un peu de flexibilité pour gérer des processus qui leur sont spécifiques.
Lotus Notes/Domino a été, pendant 15 années, l’excellent outil qui répondait à ces attentes.

Les offres modernes, pour le Cloud Computing, sont encore très jeunes, mais pleines de promesses.
J’en citerai deux, françaises, qui proposent des approches différentes, et très complémentaires, pour construire ces processus “sur mesure” :

RunMyProcess création processus - RunMyProcess (RMP).  RMP permet de développer des processus qui s’appuient sur les solutions SaaS existantes dans l’entreprise. A titre d’exemple, Revevol a utilisé RMP pour automatiser la prise de commandes de Google Apps. (Remarque : Revevol est partenaire de RunMyProcess).

- Vdoc Software, de la société Visiativ. Je les ai rencontrés récemment, et je trouve leur démarche intelligente. Leur outil permet de développer rapidement des processus spécialisés autonomes, qui pourront s’exécuter sur le Cloud.  Je pense que ce sera un outil utilisé en priorité par des consultants ou sociétés ayant une forte compétence dans un métier spécifique.
Cet outil leur permettra de construire des ... PRaaS !

L’arrivée de PRaaS est une excellente nouvelle pour les entreprises utilisatrices de solutions informatiques. 
Dans les cinq années qui viennent, l’offre de PRaaS couvrira, très bien, l’essentiel des processus de soutien dont ont besoin les entreprises.
Ceci leur permettra de concentrer toute l’énergie de leurs équipes informatiques sur les seuls processus métiers, porteurs de compétitivité et de différentiation.

PRaaS, on en reparlera dans le prochain chapitre de la saga Tsunami Cloud/SaaS consacrée aux éditeurs de logiciels !