Previous month:
mai 2010
Next month:
juillet 2010

EuroCloud : quand les acteurs européens du Cloud Computing fédèrent leurs efforts


Cloudy ocean  Un mois de juin très «nuageux» ! 


J’ai participé, ces dernières semaines, à plusieurs événements qui démontrent à quel point le Cloud Computing devient un sujet important, qui sort, progressivement, du secteur de l’informatique pour toucher tout le monde.

J’avais déjà évoqué la réunion annuelle des DSI français, organisée par Finaki, pendant laquelle le Cloud était omniprésent.

Je vous propose aujourd’hui de faire le point sur la première réunion de l’association Eurocloud, qui c’est tenue le 21 juin à Luxembourg, Europe oblige ...


Dans les jours qui viennent, j’espère avoir le temps de compléter ce panorama par d’autres textes.

EuroCloud ?

Eurocloud Fonctionnement  EuroCloud est une jeune association, créée en 2009 en France par Pierre-José Billotte, du forum ASP, pour fédérer les acteurs du marché du Cloud Computing en Europe.


Cette initiative a été un très grand succès, et rapide ! 

Le mode de fonctionnement choisi, très collaboratif, est à l’origine de cette réussite. Dans chaque pays, c’est une association nationale qui peut devenir membre d’Eurocloud. Ceci permet une grande souplesse de fonctionnement et de tenir compte des spécificités de chaque pays.


Eurocloud liste pays  Résultat : en une année, une vingtaine de pays ont rejoint Eurocloud !

Cette association regroupe les acteurs de l’offre Cloud, éditeurs, infrastructures, sociétés de services (Revevol en est membre). 


Eurocloud sponsors  Ce sont en priorité des sociétés européennes, mais les acteurs américains peuvent y participer comme le montre le nom de toutes les entreprises qui ont sponsorisé la première réunion Eurocloud, tous pays confondus.

On y retrouve des Européens tels que Dassault Systèmes ou RunMyProcess, mais aussi Salesforce, Amazon et même Microsoft.

On peut suivre les activités d’EuroCloud sur Twitter ou sur un groupe LinkedIn.


La première réunion multi-pays à Luxembourg

Salle EuroCLoud 1s  Une petite centaine de personnes avaient fait le déplacement à Luxembourg, ce qui est un grand succès pour une première réunion.

J’ai rencontré des représentants de pratiquement tous les pays, Portugal, Pays-Bas, Angleterre, Suisse, Italie..

Le programme alternait conférences et groupes de travail, ce qui permettait de se construire une journée à la carte.

Les thèmes choisis pour les groupes de travail :

- Internationalisation en Europe et au-delà.

- Sécurité et certification.

- SLA

- Innovation

- Environnement juridique

- Alliances et partenariats

Rapporteurs Eurocloud 2 s  C’est un bon résumé des préoccupations de tous les acteurs du Cloud en Europe.

Les animateurs de ces groupes ont ensuite présenté les résultats des travaux devant tous les participants ; tous les participants en recevront les comptes rendus.

En introduction, Mathieu Poujol du groupe PAC a fait un bon résumé de l’état du marché du Cloud Computing en Europe, basé sur une étude financée par la Communauté Européenne.

Francois Biltgen  L’intervention de François Biltgen, ministre luxembourgeois de la Communication et Média (un titre peu commun) était intéressante car elle montrait à quel point certains hommes politiques comprennent bien les enjeux des technologies nouvelles ; j’aimerais pouvoir dire la même chose dans d’autres pays comme la France !

Très haut débit généralisé, premier pays pour l’e-commerce, siège européen de sociétés comme Amazon ... le Luxembourg a une forte volonté politique de mettre les technologies au service de l’économie du pays.

Digital Agenda pour l’Europe

Commission Europeenne Agenda s Carl-Christian Buhr, un membre du cabinet de la commissaire européenne Neelie Kroes en charge de la «société numérique», est venu présenter le grand projet européen actuel, «un agenda digital pour l’Europe».

Cet ambitieux projet couvre la période 2010 - 2020, celle que j’ai proposé d’appeler la décennie Cloud !

Digital Agenda for Europe Plus de 100 projets sont prévus, pour couvrir les sept domaines prioritaires suivants :

- Le Marché Unique numérique : favoriser la libre-circulation des services.

- Inter-opérabilité et standards.

- Confiance et sécurité.

- Accès à l’internet haut débit.

- Recherche et Innovation.

- Améliorer les compétences numériques : réduction des fractures numériques.

- Les TIC pour la société : climat, santé, vieillissement de la population.

Au-delà du côté très officiel de cette présentation, elle était importante dans le contexte EuroCloud car il y avait dans la salle des dizaines d’entreprises européennes qui peuvent apporter leurs compétences à ces projets qui représentent de gros budgets. 

EuroCloud, demain ?

Logo_Eurocloud174x88 EuroCloud est une très bonne initiative, qui a créé en très peu de temps une dynamique positive, et avec très peu de moyens, sans financements publics.

Pour pérenniser ces premiers succès, il est important qu’EuroCloud ne change pas sa stratégie et reste totalement focalisé sur ses objectifs de promotion des véritables solutions Cloud et SaaS.

J’espère que cette réunion à Luxembourg facilitera les échanges entre la Commission Européenne et EuroCloud ; en clair, cela signifie qu’une partie des budgets européens seront attribués à des projets sponsorisés par EuroCloud.


Attentes et objectifs des responsables informatiques en 2010 : de profonds motifs d’espoir !


Louis devant salle 1 s Comme tous les ans, Finaki organisait du 10 au 13 juin 2010, les rencontres informatiques qui réunissent environ 80 responsables informatiques de grandes organisations (invités) et autant de fournisseurs (payants), dont bien sur Revevol !

C’est une excellente occasion de faire le point sur les thèmes majeurs qui préoccupent les principaux décideurs en Informatique en France.
Cette année, les rencontres avaient abandonné le Club Med à Opio pour un hôtel les pieds dans l’eau à Cannes - Mandelieu.


Les thèmes majeurs

Ph Courqueux 2 s Un comité de programme de DSI, présidé cette année par Philippe Courqueux, DSI de Cora, sélectionne les thèmes débattus pendant ces journées.

Cette année, six thèmes ont été choisis dans les tables rondes :
- Une DSI à l’écoute et communicante.
- L’offre de services de la DSI pour les «digital natives».
- Le budget de la DSI : vers plus de variabilisation des coûts ?
- Quels impacts des modèles économiques du Web sur nos S.I. ?
- Les enseignements de la Crise.
- La DSI de plus en plus internationale.

Les résultats détaillés de ces tables rondes sont, et c’est logique, réservés aux personnes qui ont participé à ces journées. J’ai choisi, de manière très personnelle, de présenter, dans le prochain paragraphe, ceux qui m’ont semblé les plus novateurs, venant de DSI de grandes organisations.
 
Etoile 7 s Chaque table ronde a préparé un document de synthèse ; ils ont ensuite été présentés et discutés dans des petits groupes selon une démarche originale et efficace :

Chaque groupe est formé de personnes ayant participé à toutes les tables rondes ; chacun à son tour présente les conclusions de la table ronde à laquelle il a participé et dialogue avec les autres membres du groupe.

Les mutations en émergence

Rappel : c’est une sélection très «personnelle».

Young girl Digital Native - Accueillir les Digital Natives : beaucoup plus que les outils, ce sont les usages qui feront la différence. Any device, any time, any where, collaboration, appel à ses «tribus» tous ces composants de la vie personnelle des digital natives doivent se retrouver dans les entreprises.

- Ecoute et communication : écouter pour bien communiquer, écouter les utilisateurs, les professionnels... Même si c’est rarement dans la génétique des informaticiens, la prise de conscience de l’importance de la communication au sein d’une DSI est une excellente nouvelle.

- Budgets : La rigidité des coûts des progiciels amène à reconsidérer le dogme du tout progiciel ! Même si c’est le «portefeuille» qui pousse dans cette direction, je suis ravi de ce renversement de tendance !

- La démarche MOA/MOE dépassée par la nécessaire flexibilité et le changement des modèles du Web. Espérons que cette démarche «franco-française» va, très vite, rejoindre les machines à écrire au cimetière des outils obsolètes.


 Ambiance : travail + détente

L’alternance entre tables rondes studieuses, conférences, débats et activités ludiques est très propice à des échanges ouverts et détendus.
Eglise + Couvent S
J’ai participé à l’excursion sur l’ile de St Honorat, qui avait attiré plus de 100 participants ; nous avons assisté à un extraordinaire cours de marketing et de communication par l’un des moines de l’Abbaye de Lérins, «économe» et responsable de la vente des vins élevés sur 7 Ha de l’ile.
 Moine depuis 25 ans, il maîtrise parfaitement les technologies ; trois sites Web sont opérationnels pour commercialiser les vins, haut de gamme, dont les prix vont de 22 à 190 € la bouteille !

Ibramovitch 2 s La conférence de clôture, «Quand la Chine change le Monde», était animée par Erik Izraelewicz, responsable de la rédaction de «La Tribune».

Sur ce sujet majeur, il a mis en évidence les très nombreuses ambiguïtés de ce pays, centralisation vs capitalisme, richesse extrême d’un petit nombre et 800 millions de pauvres, ouverture au monde et tentation de vouloir se passer du monde ...

Je n’ai pu m’empêcher de transposer ces idées dans le monde de l’informatique :
- Nécessaire centralisation des infrastructures vs liberté des usages.
- Déséquilibres entre les très gros budgets ERP et les faibles ressources allouées aux usages collaboratifs.
- Ouverture du S.I.au monde et aux «digital natives» et tentation de la fermeture sous des alibis sécuritaires.

Et si la Chine et les Systèmes d’Information professionnels avaient les mêmes ambivalences ?


Synthèse

Pleinière 1s Des DSI plus sereins, plus proches de leur direction et de leurs clients, plus ouverts aux technologies du Web et du Cloud, j’ai été très heureux de constater une évolution forte par rapport à l’année dernière, qui était très marquée par les impacts de la crise financière.

Et si le décalage actuel entre la simplicité, la performance et l’ergonomie des outils grands publics et les solutions professionnelles commençait enfin à se réduire ?

Ce serait une excellente nouvelle !