Le Cloud Computing, au service du gouvernement... US !
Cloud Computing : pas de place pour les amateurs

«Nous célébrons nos échecs» : la fin de Google Wave


Google Wave logo 4 Août 2010 : Eric Schmidt, Président de Google, annonce que Google arrête les développements de «Google Wave», une «innovation de rupture» présentée le 27 mai 2009 et mise à la disposition des premiers utilisateurs en septembre 2009.


La conférence Techonomy

Technomomy HP Eric Schmidt a annoncé la fin de Google Wave lors de la première édition d’une conférence de très haut niveau, Techonomy, qui a l’ambition de regrouper les «technonomistes», personnes qui ont l’ambition de mettre la technologie au service de l’humanité.

La liste des intervenants à ce colloque est impressionnante ! La variété des profils et des thèmes traités aussi.

Pour toutes les personnes qui s’intéressent à la science et à ses impacts sur l’humanité, je recommande de jeter un coup d’œil sur la liste des technonomistes, disparus ou en activité, qu’ils ont établie ; vous y trouverez beaucoup de noms intéressants.
La France y est représentée par Louis Pasteur, Gustave Eiffel et Marie Curie ; il n’y a par contre aucun Français dans la liste des technonomistes vivants.


Innovation, succès et échecs

Failure Revenons à Google Wave et aux explications d’Eric Schmidt :
«We celebrate our failures. This is a company where it is absolutely OK to try something that is very hard, have it not be successful, take the learning and apply it to something new
(Nous célébrons nos échecs. Google est une société où il est totalement OK d’essayer quelque chose de très difficile, de ne pas réussir,  d’apprendre de cet échec et de l’appliquer à quelque chose de nouveau.)

De très nombreux articles ont déjà été publiés pour expliquer l’échec de Google Wave, par ZDnet France, Libération, eweek, computerworld, Cnet.com...

Je dois aussi signaler que de nombreux professionnels du Web avaient, dès l’annonce de Google Wave en 2009, pronostiqué son échec :Techcrunch, FastCompany, GigaOm, Scobleizer...

Google Wave dialogue Revevol Revevol a été l’une des toutes premières entreprises à obtenir un accès «beta testeur» à Google Wave. Comme beaucoup, j’ai été intéressé, intrigué et un peu «déboussolé» par cette solution.
J’espérai l’éventuelle disponibilité de Google Wave dans la version professionnelle de Google Apps pour réétudier ses potentiels ; je n’aurai plus à attendre !

Mise à jour du 15 août : Google Wave est disponible dans Google Apps depuis peu, en particulier pour Revevol ; je voulais simplement dire que je n'avais pas encore travaillé sur les apports potentiels que la complémentarités de ces deux produits permettraient et que l'arrêt de Google Wave ne m'incitera pas à le faire.

Google Wave n’est ni le premier, ni le dernier des produits lancés par Google qui n’ont pas réussi ! De nombreux articles, ici ou , se sont fait un plaisir de référencer quelques-uns des échecs passés de Google.

Google graveyard Le Canadien Vincent Abry a publié sur son blog une belle et longue image qui regroupe les principaux échecs de Google. Il termine en pronostiquant la prochaine mort de «Buzz» ; sur ce point, je suis en total désaccord avec lui.

Beaucoup de ces échecs concernaient des produits «me-too», qui essayaient de concurrencer des solutions déjà bien implantées, telles que Google Answers face à Yahoo! Answers ou Knol versus WIkipedia.

A l’inverse, Google Wave était un produit très (trop ?) innovant. C’est sur ce créneau des produits de rupture que Google devrait concentrer ses efforts dans les années qui viennent.

Logo Android A l’opposé de l’échec de Wave, le succès très rapide d’Android, Système d’exploitation Open Source pour smartphones, est un bon exemple d’un produit de rupture qui devient leader en moins de trois ans. Sur les deux derniers trimestres, Android est devenu le numéro un des OS pour mobiles aux USA, devant RIM-Blackberry et iOS d’apple !

Apple aussi s’était «planté» en 1993 avec le Newton avant de réussir brillamment le lancement de l’iPad en 2010.

Kin Phones Microsoft a aussi son lot d’échecs, le plus récent et le plus rapide étant celui des deux smartphones KIn, retirés du marché deux mois après leur lancement et des ventes qui se sont mesurées en milliers d’exemplaires.
Le plus inquiétant pour Microsoft c’est qu’en face nombreux échecs, il n’y aucun «iPhone», «iPad» ou «Android» pour rééquilibrer la balance succès - échecs.

Avant la fin de 2010, de nombreux produits «innovants» vont être mis sur marché ; je vais suivre avec un «intérêt» particulier :
- Windows Mobile 7.
- Chrome OS.
- Les tablettes Android.

Seront-ils des succès ? Des échecs ? Tous les pronostics sont possibles, mais le message de fond reste le même :

Sans grands échecs, il ne peut pas y avoir de grandes réussites.


Que peut-il se passer, maintenant, pour Google Wave ?

L’annonce de l’arrêt de Wave a pris de court beaucoup de personnes ; le site «non officiel», en français, dédié à Google Wave devra trouver une autre activité !

SaveGoogleWave goodies Dans les heures qui ont suivi cette annonce, l'association "Sauvons Google Wave" a vu le jour.
Même dans ce cas, le commerce ne perd pas ses droits ; l’une des premières actions de cette association a été de mettre en vente des «Goodies» autour du thème du sauvetage de Google Wave.

Plus sérieusement, la réponse se trouve peut-être dans le fait que le code source de Google Wave est déjà disponible, partiellement, en Open Source.
Il est encore trop tôt pour savoir si Google va libérer entièrement le code source de Google Wave.
Dans ce cas, il est possible qu’une communauté Open Source reprenne le flambeau et maintienne en vie, voire transforme en réussite, un nouveau produit qu’il faudra appeler autrement, Open Source Wave par exemple.

Mise à jour du 8 septembre 2010

Sans prétendre avoir des dons de "devin", je suis quand même très heureux que Google a fait ce que j'anticipais, mettre en Open Source l'essentiel du code de Wave. Sous le nom de "Wave in a box", Google permettra à toutes les personnes intéressées de continuer à travailler et à développer Google Wave.

Encore un exemple de plus des avantages d'une démarche Open Source bien comprise !

Commentaires