Previous month:
octobre 2010
Next month:
décembre 2010

Cloud Computing conférence et expo, Santa Clara Californie


Palais Congrès Santa Clara S San Francisco à l’Ouest, New York à l’Est, Sys-Con organise en alternance tous les 6 mois un des plus grands événements consacrés au Cloud Computing.

Comme l’an dernier, j’avais été invité à faire un exposé à la conférence de Santa Clara, en Californie, du 1er au 4 novembre 2010 dans le Palais des Congrès.


Impression générale

Salle conférence 1 s Le Cloud Computing fait recette ! Il y avait plus de 5 000 personnes présentes à cet événement et la grande salle était comble lors de la conférence inaugurale, comme le montre cette photo qui ne couvre que .. le 1/3 de l’assistance.

Californie oblige, je suis toujours très frappé par l’importance de la population venant des pays asiatiques : Chine, Inde, Corée... J’ai eu de nombreux échanges avec des représentants de ces pays.
Ils pourraient, comme cela s’est passé pour la téléphonie mobile, devenir des utilisateurs et des fournisseurs très actifs du Cloud Computing, moins freinés dans leurs évolutions par le poids de solutions «historiques», pré-cloud, dans leurs entreprises.


Sponsors «historiques»

Cloud Computing Santa Clara Sponsors Le modèle économique de ces événements est simple ; ce sont les sponsors et les exposants qui assurent le financement, les inscriptions payées par les participants permettant ensuite de faire des bénéfices.

A chaque niveau de sponsoring, platinum, gold... correspond un niveau de financement et ... le droit à des conférences «keynote», qui sont les seules à avoir lieu dans la grande salle, sans concurrence sur leur créneau horaire.
C’est pour cela que les deux séances inaugurales, le lundi à 13 h, étaient confiées à Oracle, le seul sponsor Platinum plus.

Jeremy Geelan opening s C’était Jeremy Geelan, le grand organisateur de ces conférences, qui faisait l’introduction ; j’ai rarement rencontré un aussi bon professionnel dans cette activité !

A ma grande surprise, de nombreux grands acteurs «pure players» du Cloud et du SaaS étaient absents ; Salesforce, Google, SuccessFactors n’étaient ni sponsors ni exposants.
La présence d’AWS, Amazon Web Services confirmait que les infrastructures Cloud Computing étaient au cœur de cette conférence.


Conférences

  Oracle Slide s Toutes les conférences plénières étaient «vendues» aux sponsors ; ceci se traduit par un contenu très marketing et une faible valeur informative, en particulier pour les professionnels du Cloud qui forment l’immense majorité des participants. On a un peu l’impression que les directions du marketing de grandes entreprises comme Microsoft, Oracle, Unisys ou SAP se font plaisir en s’offrant un auditoire captif de milliers de personnes. 
J’ai aussi été très déçu par la faible qualité des techniques de présentation utilisées : du PowerPoint de base, pas ou peu de vidéos ou d’accès Cloud...

Il y avait heureusement des plages horaires réservées pour de très nombreuses conférences plus pointues, plus intéressantes, avec en moyenne huit interventions en parallèle, ce qui posait souvent des problèmes cornéliens de choix.
En visitant le site de la conférence, on peut se faire une bonne idée de la grande diversité des thèmes abordés. Les supports d’un grand nombre de ces conférences sont disponibles, gratuitement.


Exposition

Crowd expo 2 S Pas de conférences pendant les heures d’ouverture de l’exposition ; pas d’ouverture de l’exposition pendant les conférences. Cette nouvelle formule, très performante, a évité la dispersion des participants et c’est traduite par une forte présence de visiteurs, et dans la zone d’exposition et dans les salles de conférence !

Les fournisseurs d’infrastructures, et de «Nuages Privés» étaient de loin les plus nombreux ; plus de la moitié des exposants représentaient des entreprises «historiques» de l’informatique, et avaient déjà des stands dans des salons informatiques il y a plus de 20 années : Compuware, CA Technologies, Unisys...

Microsoft Cloud Power 1s Microsoft en profitait pour étrenner sa nouvelle signature marketing dans le Cloud : «Cloud Power», qui va servir de base à une campagne publicitaire majeure ; je ne suis pas certain d’en comprendre la signification.

Oracle stand with server S C’était la première fois que je visitais un stand Oracle depuis leur achat de SUN ; voir une baie de serveurs trôner au premier plan de leur grand stand, c’était une image que je n’aurais jamais imaginée il y a quelques années !


RMP Santa Clara RunMyProcess, la solution de BPM (Business Process Modeling) en mode SaaS natif, créée par une brillante équipe de jeunes ingénieurs français, était la seule entreprise française qui avait un stand dans cette exposition.

Cela fait vraiment plaisir de rencontrer des compatriotes qui n’ont pas peur de s’attaquer au marché américain et d’apprendre qu’ils réalisent déjà 70 % de leur chiffre d’affaires à l’international !


ITIR : IT Industrial Revolution

La révolution industrielle informatique, ITIR en anglais, c’était le thème de ma conférence. C’est un sujet que j’ai déjà évoqué dans mon blog, mais qui était abordé pour la première fois dans les conférences Cloud Computing de Sys-Con. 

Une centaine de personnes étaient dans la salle et j’avais gardé plus de 15 minutes pour les questions ; ceci a permis des échanges très animés avec les participants. Si nous étions tous d’accord pour dire que le Cloud Computing représentait un véritable Tsunami pour tous les acteurs de l’industrie informatique, les désaccords portaient en priorité sur la puissance de ce Tsunami et le calendrier de son arrivée.

Carte Revevol dans le monde (Revevol n’avait pas payé pour avoir le droit d’intervenir, mais tous les frais de voyage et de séjour étaient à notre charge).
J’en ai profité pour annoncer l’accord entre Revevol et la société américaine Omnetic (Ce sont eux qui ont, entre autres projets, déployé Google Apps chez Salesforce.com), ce qui permet maintenant à Revevol d’être présent sur les cinq continents !



L’iPad, outil du conférencier ?

En arrivant à San Francisco le vendredi, je m’étais précipité dans une «Apple Store» pour acheter un iPad en profitant de la récente hausse de l’euro pour faire une économie de plus de 30 %.


Présentation SysCon sur iPad J’ai passé une bonne partie de mon Week-End à créer une présentation sur l’iPad ! J’ai été, je crois, le seul conférencier à utiliser cette tablette au lieu d’un PC classique. C’est une expérience intéressante et je vais le faire de plus en plus souvent.

Facile ? Oh que non ! Apple a encore beaucoup de progrès à faire pour rendre transparents les échanges entre l’iPad, le Cloud et un PC ou un Macintosh.
Il est encore obligatoire de passer par iTunes et l’ergonomie de ces échanges laisse vraiment beaucoup à désirer.
J’ai découvert qu’il est possible, en laissant son doigt appuyé sur l’écran, de créer l’équivalent d’un pointeur laser. Une superbe tache rouge se déplace sur l’écran en suivant les mouvements de votre doigt ; effet de surprise garanti, au moins pendant quelques mois.


Nuage Privé, Nuage Public

Hybrid Cloud Cloud public ? Cloud privé ? C’est certainement le thème qui a été le plus débattu pendant ces quatre journées. La majorité des sponsors et des exposants sont des fournisseurs historiques de l’informatique. Ils se sont donc tous rapidement ralliés à la bannière du «Cloud Privé» face aux menaces du «Cloud Public».
Certains d’entre eux, faisant preuve d’une grande ouverture d’esprit, acceptaient même l’idée d’un nuage «hybride» !

Ce débat «Privé-Public» n’est plus réservé aux partis politiques français ; l’ensemble des grands acteurs de l’industrie informatique va choisir son camp, dans ce qui va être le grand combat «des anciens et des modernes» de cette décennie.
Je reviendrai bientôt sur ce sujet, car ce sera l’un des grands débats des prochaines années.