Outils numériques modernes pour tous, priorité pour l’enseignement public
Clouds Publics : la confiance...

Fournisseurs historiques, fournisseurs cloud : la guerre des mondes

 

Wells la guerre des mondes 1Aujourd’hui, choisir ses fournisseurs de solutions numériques, ses partenaires pour une Transformation Numérique réussie, est une décision majeure pour toutes les entreprises.

Un combat sans merci à la vie, à la mort se jouera au cours des 5 prochaines années entre les fournisseurs ; les anciens lutteront pour rester pertinents, les nouveaux tenteront de s’imposer. Arbitres de ces luttes ? Les entreprises !

Pour simplifier, j’utilise le mot “cloud” pour identifier les nouveaux entrants ; on y retrouvera les acteurs “xaaS, tout as a service”, tels que IaaS, SaaS, PaaS et BPaaS.

Ce billet se concentre sur les solutions professionnelles, pas sur les outils à destination du grand public.

Les thèmes suivants sont abordés :

  • Caractéristiques des fournisseurs historiques.
  • Caractéristiques des fournisseurs “cloud”.
  • Les trois familles de fournisseurs.
  • Quels scénarii, à l’horizon 2025.
  • Comment les entreprises décident de l’avenir des fournisseurs.

 

Fournisseurs historiques : caractéristiques

Ces fournisseurs proposent des solutions nées avant le cloud ; ils sont présents dans les infrastructures, les logiciels et les services.

Infrastructures historiques,  “on premise”

Computer history museum 2Les entreprises achètent et installent des objets physiques dans des locaux qui leur appartiennent ou chez des hébergeurs classiques. Ce sont des serveurs, des outils de stockage, des routeurs et commutateurs, des “appliances” de sécurité...

Ces objets physiques représentent des investissements en “CAPEX”’ ; ils ont des durées de vie longues, souvent supérieures à cinq ans.

Logiciels historiques :  licences + contrats de maintenance

Ces logiciels applicatifs, tels que les ERP ou d’infrastructures comme les bases de données représentent aussi des investissements en CAPEX, complétés par des contrats de maintenance en OPEX. Ces logiciels sont installés, soit sur les serveurs, soit sur les postes de travail. Les mises à jour doivent être réalisées périodiquement sur serveurs et postes de travail, ce qui fait tout le “charme” de ces solutions client/serveur.

Services d’accompagnement historiques  : “mécaniciens” de solutions artisanales

Pour mettre en œuvre, gérer, configurer, maintenir et dépanner ces infrastructures et logiciels historiques, des mécaniciens numériques, ESN aujourd’hui, SSII hier, proposent leurs services ; les plus grandes ESN emploient plusieurs centaines de milliers de personnes.

Elles vivent, très bien, de contrats pluriannuels, en millions d’euros, pour des dizaines ou des centaines de mécaniciens numériques. Les plus emblématiques de ces contrats sont liés à la paramétrisation des ERP “intégrés”.

 

Fournisseurs Cloud : caractéristiques

IaaS : Infrastructures as a Service

Ces infrastructures sont fournies en OPEX, à la carte, et les entreprises ne paient que pour les ressources dont elles ont besoin, pendant le seul temps nécessaire. En 2019, les jeux sont faits et les entreprises sont face à un oligopole de géants industriels : AWS, Alibaba, Azure ou Google. Tous les autres fournisseurs ont disparu ou sont marginalisés comme l’illustre très bien le “quadrant magique” IaaS du Gartner publié en 2018.

Gartner MQ IaaS 4:2018

Logiciels SaaS, Software as a Service

Les logiciels sont eux aussi fournis en OPEX et les entreprises peuvent adapter leurs dépenses en fonction du temps et de l’évolution de leurs activités.

L’offre a explosé au cours des 20 dernières années ; il existe plusieurs dizaines de milliers de fournisseurs SaaS, dans des domaines très variés :

  • Toutes les fonctions “S” Support, du modèle B I S : finances, ressources humaines, bureautique, commerciales…
  • Des solutions SaaS verticales, métiers, pour les usages “B”, cœur métier.
  • Les logiciels d”infrastructures, dans les domaines de l’interopérabilité, de l’agrégation des composants logiciels.
  • Les solutions qui ont pour objectif de créer la “confiance” : parefeux, chiffrement, SSO, authentification….

DPC iaas  paas  saas S 57294688Développements : PaaS, Platform as a Service

Le retour au premier plan des métiers de développeurs, de “Builders”, est récent, mais va s’accélérer. Les outils mis à leur disposition dans le cloud sont d’une puissance et d’une qualité exceptionnelles.

Services d’accompagnement xaaS

La multiplication du nombre d’acteurs de qualité dans les offres xaaS crée des opportunités de nouveaux services, très différents de ceux de l’ancien monde. On ne parle plus de mécaniciens, car les solutions fonctionnent très bien, mais de conseils, d’accompagnateurs ou de formateurs, très “pointus”. Les niveaux de compétences attendus de ces nouveaux acteurs font que des entreprises très spécialisées, de taille raisonnable, seront les seules capables de répondre aux besoins des entreprises.

Dans tous ces domaines, l’offre se répartit en trois grandes familles :

  • Les historiques.
  • Les natifs clouds.
  • Les “transitionnistes”, historiques qui basculent dans le nouveau monde.

 

Les grands acteurs historiques

Vous les connaissez bien, ils sont vos compagnons informatiques depuis des dizaines d’années. Les plus grands ont pour noms Cisco, Dell, HP, IBM, Oracle, SAP... Ils sont nombreux dans cette famille d’anciens combattants de l’informatique !

Guerre monde - losers

Le décalage entre leur discours et la réalité est fascinant. Ils clament tous qu’ils sont dans le clan des modernes, mais ont, au fond d’eux-mêmes, une haine féroce de ces innovations de rupture qui tuent leurs anciens “business models” et mettent en péril leur avenir ; je les comprends très bien.

Ils parlent Cloud, pour dire hébergement...

Ils parlent “Mode SaaS”, pour dire paiement échelonné de licences traditionnelles...

Ce déni de réalité est généralisé ; on lit tous les jours des entretiens avec les dirigeants de ces géants aux pieds d’argile qui trouvent d’excellentes raisons d’être optimistes. Un exemple parmi des centaines : Oracle qui prétend ne pas avoir peur d’AWS ou de MongoDB !

Oracle happy to lose to AWS

Face à leurs incapacités techniques et organisationnelles à réinventer leurs offres, de nombreux géants de l’ancien monde… achètent à tour de bras des acteurs du Cloud. SAP est bien placé dans cette course à l’investissement ; j’ai représenté six rachats principaux dans ce schéma.

Logos SaaS bought by SAP

 

Les champions, natifs, du monde cloud

Ils sont tous nés au XXIe siècle : Salesforce est le plus “ancien” de la bande et fête ses 20 ans !

Guerre des mondes - winners

A côté de quelques géants, surtout présents dans les infrastructures, des dizaines de milliers de fournisseurs SaaS, venus du monde entier, proposent de remarquables solutions “best of breed”. Il est de plus en plus difficile de “faire son marché” numérique tant l’offre est foisonnante.

Dès 2015, j’avais évoqué les défis posés aux DSI par cette explosion de l’offre ; ils doivent aller en permanence à la “pêche” aux solutions et fournisseurs innovants, sans attendre la visite d’un commercial, luxe que seuls les grands historiques peuvent s’offrir.

Le plus grand danger pour les entreprises qui travaillent avec ces éditeurs natifs SaaS n’est pas leur disparition, mais leur… rachat par des fournisseurs historiques, comme je l’ai indiqué dans le paragraphe précédent. De trop nombreuses offres SaaS pleines d’avenir ont été laminées par des acheteurs de l’ancien monde.

Ce combat des anciens et des modernes touche tous les domaines du numérique. L’exemple de Zoom est emblématique de l’évolution du marché. Zoom propose une solution innovante pour un usage universel “banal”, la vidéoconférence, couvert depuis longtemps par d’anciens combattants que vous connaissiez : Webex de Cisco, Skype de Microsoft ou Gotomeeting de LogMeIn.

Zoom a fait ses débuts en bourse, le jeudi 18 avril 2019 ; à la fin de la journée, l’entreprise avait une valeur de… 14,4 B$. Zoom, créé en 2011, était valorisé 1 B$ en 2017.

Fournisseurs ancien nouveau monde Best of breed vs ERPC’est un excellent exemple de la valeur du “Best of Breed” : Zoom ne fait qu’une chose, mais le fait très bien et les entreprises l’ont vite compris. C’est très encourageant pour les milliers d’éditeurs de logiciels qui ont choisi de se concentrer sur des marchés spécialisés, des niches logicielles pour attaquer avec succès tous les anciens combattants qui se croyaient protégés par leurs offres de solutions intégrées.

 

Les “transitionnistes” courageux

J’ai beaucoup d’admiration pour les fournisseurs historiques qui ont entrepris un véritable virage stratégique pour basculer de l’ancien monde vers le nouveau.

Guerre des mondes - transition

Ils sont peu nombreux à avoir entrepris ce voyage, long, dangereux et semé d’embûches.

Ceux qui sont bien partis pour réussir, tels que Microsoft ou Infor, le doivent toujours à l’arrivée d’un nouveau dirigeant qui accepte de changer la culture de l’entreprise. Le remplacement de Ballmer par Nadella chez Microsoft est l’exemple le plus spectaculaire d’un virage stratégique.

Le rachat par Microsoft de Github (principale base de données de codes Open Source) pour 7,5 B$ en 2018 aurait tout simplement était inimaginable à l’époque Ballmer.

Changer la culture, les modes de fonctionnement d’une entreprise informatique historique, c’est beaucoup, beaucoup plus difficile, long et complexe que de sortir son carnet de chèques pour acheter un éditeur SaaS pour faire croire à la communauté financière que l’on devient “moderne” !

Old car look horse MulhouseJe pronostique que pour la majorité des fournisseurs historiques qui n’ont pas commencé cette véritable transition avant 2019, il est maintenant trop tard pour le faire.

Ils sont peu nombreux, les fabricants de fiacres à avoir réussi la transition leur permettant de devenir des constructeurs d’automobiles à succès !

 

Situation 2019


Fournisseurs - Ancien monde 2019En 2019, le clan des fournisseurs historiques est encore largement dominant en pourcentage des solutions numériques déployées dans les entreprises. Cette situation est symbolisée par ce graphique où les vieilles voitures, bleue comme IBM Big Blue, ou rouge comme Oracle Big Red, dominent face aux nouveaux entrants, représentés par Tesla.

Globalement, le marché informatique mondial est stable, comme le montrent les prévisions que publie Gartner pour 2019, avec un taux de croissance de l’ordre de 1%.

Gartner IT sales 2019 vs 2018

 

 

 

Le taux de croissance des leaders du nouveau monde est élevé ; quelques chiffres sur 2018 comparés à 2017 :

  • AWS : 47 %.
  • Azure : 55 %
  • Salesforce : 20 %
  • Workday : 35 %
  • Coupa : 39 %

Il n’est pas nécessaire d’être un grand guru de la finance pour comprendre que si, sur un marché stable, le nouveau monde gagne rapidement des parts de marché, c’est que l’ancien monde en perd, autant.

Quelle pourrait être la situation en 2025 ?

 

Situation 2025

Pourquoi avoir choisi comme date de référence 2025 ? Le nombre d’entreprises courageuses, capables de prendre rapidement la décision de basculer dans le nouveau monde est… faible.

Est-ce que ce basculement peut s’accélérer d’ici à 2025 ? Je ne suis pas capable de répondre à cette question, c’est pour cela que je vous propose deux scénarios :

  • Le premier, pessimiste, fait l’hypothèse que les fournisseurs anciens combattants défendent efficacement leurs territoires et ne sont pas trop challengés par les DSI et les entreprises. En 2025, ils contrôlent encore plus de 50 % des Systèmes d’Information des entreprises.
  • Le deuxième, optimiste, imagine que les entreprises accélèrent leur mutation numérique en s’appuyant sur les solutions du nouveau monde qui deviennent majoritaires dans leurs SI.

Fournisseurs - nouveau monde - 2025

J’ai pris la précaution de ne pas donner de pourcentage précis pour les parts respectives des deux familles de fournisseurs ; la question posée est de savoir si les entreprises du cloud seront capables de passer la barre des 50 % avant 2025.

 

Entreprises et DSI : arbitres de ce combat

J’ose espérer que ce sont les entreprises qui décideront quels sont les fournisseurs choisis pour les aider à réussir leur Transformation Numérique.

J’ose espérer qu’elles sauront résister aux fortes pressions des fournisseurs historiques qui agissent auprès des Directions Générales et des DSI pour défendre leurs positions dominantes actuelles.

AdS DPC Cimetière militaire SS 72348903Quel que soit le scénario retenu pour 2025, les parts de marché des fournisseurs historiques vont baisser. En 2025, il y aura beaucoup de nouvelles tombes dans le cimetière des fournisseurs numériques.

Je vous propose un petit jeu dans votre entreprise : mettez des noms de fournisseurs qui vont disparaître sur les tombes anonymes de ce cimetière, gardez l’image et évaluez en 2025 votre capacité d’anticipation.

La vitesse de disparition des fournisseurs historiques dépendra de la vitesse à laquelle les entreprises auront le courage de basculer sur des solutions innovantes, cloud pour l’essentiel.

Elle dépendra de la vitesse à laquelle votre entreprise décidera de basculer sur les solutions proposées par les fournisseurs innovants.

 

Synthèse

Les entreprises qui ont compris cette dichotomie du marché de l’offre numérique peuvent faire leur “marché” en toute connaissance de cause.
Les courageuses éviteront comme la peste les “historiques”, qui vont rejoindre le cimetière des fournisseurs morts. Il est déjà bien rempli avec des ex-célébrités telles que Digital Equipment, Data General, Palm, Control Data, Wang…

Manager boulet bagnardLes “trouillardes” continueront à faire confiance aux “morts en sursis” avec qui elles ont des liens historiques forts ; bien lestées de boulets numériques de plusieurs tonnes, leur capacité à innover, à avancer rapidement sera définitivement stoppée.

Est-il difficile de prédire leur avenir ?

Et si je résumai ce billet en une phrase toute simple ?

“Dites-moi quels sont vos fournisseurs numériques,

je prédirai l’avenir numérique de votre entreprise”

 

Commentaires